RPO

Stream 1 Stream 2

RPO en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

la quête cette fois ? La vie de Sabin. C’est d’accord Je vais le chasser de la ville si Hoag veut bien payer. Je vous le promets. D’accord, faites que le nettoyeur entre dans le saloon, je serai à la partie de poker. Johnny, asseyez-vous. Je suis amoureuse de votre frère. Il n’en sortira rien, je resterai mariée, mais je l’aime. Pourquoi me le dire ? C’est le moment où vous vous confessez ou quoi ? Non, c’est le, banc du pécheur. Ça paraît logique. Comment diable t’es-tu fourré dans un merdier comme ça ? Et comment vas-tu en sortir ? Je vais te dire comment tu vas en sortir. Tu vois cette horloge ? Eh bien, tu seras parti à six heures. Ça te donnera, juste cinquante-cinq minutes pour partir d’ici, n’est-ce pas ? Et tu es sérieux ? Je suis sérieux. Tu es sûr qu’il va s’enfuir n’est-ce pas ? T’as laissé tomber quelque chose. Essaye de distribuer avec ta bouche fermée. J’aurai gagné une belle somme d’ici six heures. Assez pour payer un enterrement ? Les funérailles de qui ? Les tiennes, peut-être. Tu es un ami de Sabin, fiston ? Écoutez monsieur, vous devriez l’appeler Zodie. Donne-moi deux cartes. Qu’est-ce que vous allez faire, nettoyeur ? Nous pourrions vous nommer marshal. De toute façon, c’est à vous d’agir. Je veux Hoag en prison. Johnny Naco pourrait avoir quelque chose à dire à ce sujet. Qu’en dites-vous Sabin ? Tu sais, si j’étais sûr que j’allais gagner Je sortirais du champagne que j’avais mis de côté, importé de Paris. Allez chercher le barman. Johnny, c’est pas si bien. Il y a des jours où on n’a que les plumes et pas de poulet. Juste, fiston ? Calme-toi Zodie, je ne voudrais pas te voir sans ta tête. C’est un clown, n’est-ce pas ? Elle est bien bonne. Un joueur de poker sans tête. Tu veux me voir ? Ouais Champagne pour M. Hoag. C’est graissé, marshal. On va faire en sorte de réparer ici et d’avoir un toit sur la tête. Une prison dont on peut en être fiers et dormir sans que personne ne nous enferme dedans. Marshal Tu ne peux pas partir maintenant. Les choses sont trop bien ici. D’accord, où est-il ? Où est quoi ? Tu sais, mon arme. Je suis le genre d’incapable qui pourrait s’en tirer en tirant sur un infirme ? Merci, Dipper. Tu es un bon adjoint. Hé Fanny, le marshal va quitter la ville, il doit filer. Tom Tom, je t’aime. Mais je resterai à côté de Hoag comme je l’ai toujours fait. Je suis sa femme. Si vous dites que vous êtes sa femme et que vous lui êtes fidèle, vous êtes sa femme. Et si vous faites les choses bien, alors vous êtes le marshal. Je ne suis pas marshal. Je ne suis pas une épouse. Montez. J’annonce. Trois sept. Vous avez envoyé un garçon où vous auriez dû envoyer un homme. Trois valets. Dis-leur où tu l’as eu, fiston. Première magot que je prends. J’espère que le gamin n’est pas trop fâché. Hé fiston fais le tour avant de me tirer dans le ventre. Dépêche-toi, fiston j’ai seulement quinze minutes. Je vais le faire, grand homme. Évidemment. Mais pas dans le dos, s’il te plait. Viens un peu plus près, tire-moi de face. Alors ça, c’est un plan sans faille. Tu es prêt à appuyer sur cette gâchette ? D’abord, je veux que tu fasses quelque chose pour moi. Je veux que tu dises tes prières. Ensuite je vais te tuer. Bang. Bonjour Marshal. Il va se sauver, le lâche. C’est un lâche. Traître. Purgatory est la première ville qui a nettoyé un nettoyeur. Allons Sabin, cours hors de vue. Sabin a peur, lâche. Je dis, faisons lui rendre notre argent. Il ne peut pas, je l’ai déjà envoyé à la femme Casavedas. Ça sert à rien de le dire. Allez, monte sur ton cheval, quitte la ville. Quel genre de marshal es-tu ? Peur de dégainer ton arme. Lâche. Elle était dans son bureau avec lui. J’ai toujours pensé qu’elle était fidèle à Hoag. À ta santé Johnny Naco. Tu l’as fait courir la queue entre les jambes, hein ? Tu m’as assez payé pour le tuer. Mais pas assez pour me faire faire ce que je lui fais. Eh bien, qu’est-ce que tu veux, Johnny ? Ta vie. Non Johnny, non. Il m’a fait honte de voir mon frère ridiculisé. Que je le fasse courir comme un chien. Priez pour lui. Allons Mary, mettez ce fusil à terre. Qu’est-ce qu’il y a, Marie ? Je vous ai libérée. Je vous ai libérée de l’infirme. C’est assez proche. Vous ne pouvez pas me manquer de là. Vous ne bluffez pas, n’est-ce pas ? Vous feriez mieux d’avoir une bonne prise sur cette gâchette, fillette. Parce que je vais vous tirer dessus trois fois avant que vous puissiez tirer. Je vais prendre ce pari. Mary posez ce fusil. Il est six heures moins dix, Tom. Ça ne s’arrêtera jamais ? Il te faut ton propre frère maintenant ? Si je m’arrête, je suis mort. Peux-tu arrêter ? Je pensais pouvoir. Mais quand il s’est-agit de le faire, je n’ai vraiment pas pu. Je suppose que c’est de famille. Eh bien, au revoir, Tom. Ça peut vouloir me dire deux choses, Johnny Boy. On se voit à l’église. Je peux t’aider ? Veille à ce que les choses soient bien faites. Bien sûr, bien sûr Tom. La ville est à vous maintenant, Sabin. Dites un seul mot. Vous savez que vous n’êtes pas obligé de partir maintenant. Restez, soyez le marshal. Désolé, Mary. M. Sabin, la ville vous veut pour marshal. S’il vous plaît, Tom. Rappelez-vous Marie je ne pourrais jamais rendre une femme heureuse. Je vais à Tombstone. On se retrouve là-bas. Allez, Tom. Au revoir, Marshal. C’était en , la terre des hommes armés. Certains rapides, d’autres un peu plus rapides. Un, le révolver le plus rapide de tous. Réfléchissons. Où pourrais-je vous emmener ? Ton père est notre avocat, tu connais nos biens. Une idée ? Voyons un peu ll possède un ranch au Texas, un beau domaine. Ton grand-père l’appelait le Rancho de Oro. Intéressant. Le Texas, quelle horreur ! ll est inhabité depuis dix ans. Gros travail en perspective. Travail ? Ce serait une folie ! Nous partons au Texas. Vous devez changer d’air. Je dois boire un verre, oui ! J’y pense, c’est impossible. Vous vous mariez dans jours. Allons nous marier au Texas, Clyde. ll me faudra des semaines pour régler les affaires de ton père. Attends donc. Nous manquons de temps. Tu ignores tout de la rudesse du Texas. A l’ouest du Pecos, la loi n’a pas cours. Je ne te laisserai pas partir. Mon dos ! Mes reins !

Numéro de téléphone: +33 5 59 80 00 09