• Google+
  • 100% Radio

    100% Radio en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

    pompe à glycol. Terminé. Ici Eagle, on est sur la pompe un. Bien reçu. Eagle, Columbia. Les sas d’amarrage sont en place. Je suis prêt à fermer le sas. Bien reçu. J’entame la manœuvre vers l’attitude de désamarrage. D’accord. Utilisons la marque de heures et minutes pour le désamarrage. Et pour la réception du signal ? J’ai heures et minutes. Eagle, surveillez le carburant du moteur de descente. La combustion continue est limitée à secondes. Terminé. Apollo , Houston, prêts au désamarrage. Terminé. Quinze secondes. Bon, allez. Eagle, Houston. On vous voit. Terminé. L’Eagle s’est désamarré. Bien reçu. Comment ça se passe ? L’Eagle a des ailes. PORTÉE ALTITUDE TAUX PORTÉE TAUX ALTITUDE Ça ne se stabilise pas. Eagle, rapport de situation. Terminé. On va devoir le leur dire. Préparons-nous pour la descente. Eagle, Houston. Descente approuvée. Bien reçu. On vous reçoit. La lumière de l’altitude est allumée. On n’a pas de données radar. ORDINATEUR DE GUIDAGE DU MODULE LUNAIRE Procédons. On procède. Un Zéro Allumage. CARBURANT Alarme de programme. C’est quoi, une alarme ? Je ne sais pas. Houston, donnez-nous des informations sur l’alarme . Bien reçu. Vous pouvez ignorer l’alarme. Même alarme. Bien reçu. Ignorez-la. Bon, à . Bien reçu. Compris. Alarme de programme . Bien reçu. Alarme . Même chose. On peut continuer. C’est assez rocailleux. Ces rochers sont aussi gros que des voitures. On ne peut pas atterrir là. AVORTER On passe en mode manuel. À mètres, en moins. Il faut surveiller le carburant. Cent mètres. Quatre-vingt-onze mètres, deux et demi en moins. Carburant à %. Le radar a encore perdu la surface. Quarante-huit mètres, six et demi en moins. Cinq et demi en moins, neuf en avant. Niveau bas. Niveau bas. Trente-six mètres. Il reste % de carburant. Alarme de quantité ! Il reste secondes avant l’arrêt obligatoire. La moitié en moins, six en avant. En attente pour . Bien reçu. Soixante secondes. Douze mètres, deux et demi en moins. En attente pour . Trente secondes. En avant. Six mètres, un demi en moins ! Léger ombrage. En avant, juste un peu. Lumière de contact. Arrêt. Bien reçu, vous avez atterri, Eagle. Houston, ici la base Tranquility. L’Eagle a atterri. Bien reçu, Tranquility. On vous reçoit en bas. Tout le monde a retenu son souffle. On respire encore. Merci. Merci. Un atterrissage en douceur. ASCENSION OUVERT REFOULEMENT Neil, on vous voit descendre l’échelle. Je viens de vérifier. Revenir à la première étape, Buzz, c’est L’échelle n’atteint pas la surface, mais on peut remonter. Bien reçu. C’est un bon petit saut. Buzz, ici Houston. F, / par seconde pour la photographie de l’ombre avec la caméra. D’accord. Je suis au pied de l’échelle. Les pieds du LEM sont seulement enfoncés dans la surface de quelques centimètres. Mais la surface semble être très fine quand on s’en rapproche. C’est presque comme de la poudre. Très fine. Je vais sortir du LEM. C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’humanité. Bon, vous êtes prêts à ce que je sorte ? Cinq, quatre, trois, deux, un. Allumage. qu’ils ne pourront jamais vraiment décrire. Le saurons-nous jamais ? Non. Et ce n’est peut-être pas une expérience qui peut être transmise à d’autres observateurs. Ces premiers hommes sur la Lune ont vu des choses que personne d’autre ne verra. Ils ont aperçu une autre vie qu’on ne peut pas comprendre. Bob Simon à Trafalgar Square s’est joint aux milliers de gens qui ont regardé sur un immense écran de télévision l’Apollo atterrir sur la Lune. Le Roumain moyen voit Apollo un peu comme son aventure personnelle. J’ai estimé à des centaines de millions le nombre de spectateurs. Peut-être millions de personnes qui ont vu cette diffusion Des millions d’autres ont écouté à la radio pour entendre les voix de la Lune. Jamais auparavant autant de gens avaient suivi le même événement en même temps. de tous les temps. Êtes-vous abasourdi que ça se soit produit ? Oui, comme tous les gens dans ce pays, sans doute. INSTALLATION DE QUARANTAINE CENTRE SPATIAL JUILLET Qu’en pensez-vous ? J’espère qu’un jour, tout le monde ira sur la Lune. Vous voulez y aller ? Oui, j’aimerais y aller maintenant. C’est un jour important. Un jour historique. Tout l’univers est concerné par cet atterrissage sur la Lune. En tant que Française, qu’en pensez-vous ? C’est merveilleux. J’ai toujours eu confiance en l’Amérique, je savais qu’ils ne pouvaient pas échouer. À Washington, un citoyen anonyme a placé un bouquet sur la tombe de John F. Kennedy avec une note. « M. le président, l’Eagle a atterri. » En ce jour de retour des astronautes, il est difficile de ne pas penser au discours que notre e président a donné il y a sept ans à peine. Si cette capsule historique nous apprend quelque chose, c’est que l’homme, dans sa quête de connaissances et de progrès, est résolu et ne peut pas être dissuadé. Mais certains diront : « Pourquoi la Lune ? « Pourquoi cet objectif ? » Autant demander : « Pourquoi escalader la plus haute montagne ? « Pourquoi avoir survolé l’Atlantique il y a ans ? « Pourquoi la rivalité entre Rice et Texas ? » On choisit d’aller sur la Lune. On choisit d’aller sur la Lune.

    Numéro de téléphone: +33 5 63 98 61 60