Bel’Radio

Bel’Radio en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

On fait ce choix dans cette décennie, pas parce que c’est facile, mais parce que c’est difficile. Mme Armstrong ! Mme Armstrong ! Comment vous sentez-vous ? Bienvenue à la maison MON HÉROS TU AS RÉUSSI NEIL ! UN MERCI TOUT SPATIAL Vous avez parlé à votre mari ? Vos fils aimeraient-ils devenir des astronautes ? Mme Armstrong ! Vos prières ont-elles été exaucées ? Oui, en effet. Comment décririez-vous le vol ? C’était vraiment extraordinaire. Merci. Ils seront en quarantaine pour trois semaines, mais il n’y a aucun signe d’infection ou de maladie. Félicitations, Jan. Mise à jour nodale pour vous. En attente. Il faut trouver la bonne boîte. Réessayez. Bien reçu. -, -, -, rev , , est, -, -, ascension droite. Bien reçu, -, -, -, rev , , est, plus -, ascension droite. Bien reçu, c’est exact. Pouvez-vous vérifier que le radar de bande L est éteint ? On a envoyé une commande pour l’éteindre, on recommence ? Non, c’est le radar du vaisseau. Bien reçu, il ne semble pas allumé. J’aurais dû y penser. Les villes nouvelles, j’y crois pas. Lui, il y croit. Il aurait pu habiter Paris. Non. Tu sais bien. C’est deux fois plus cher. Il pense qu’il faut habiter sur les lieux, c’est plus franc. S’il contruisait une prison, il y habiterait sur les lieux ? Je le crains, c’est assez dans son style. Et tu le suivrais ? Même maintenant. Je l’ai pas vraiment suivi. J’ai gardé cette chambre et j’y ai laissé quasiment toutes mes affaires. Justement, où est-ce que tu vas les mettre, maintenant ? Maintenant ? Quand tu auras loué. Mais je veux plus louer. Alors tu repeins pour qui ? Pour moi. J’ai besoin d’un pied-à-terre. Oh là là, c’est dangereux. Peut-être, mais tu sais j’ai pris mes précautions. T’es là ce soir parce que c’est pas encore fait mais après pas question ni pour toi ni pour un autre de venir ici. J’ai besoin d’être seule de temps en temps. Vraiment seule. Même si je quittais Rémi, ce qui arriveras pas de sitôt, ce serait sûrement pas pour vivre avec un autre. Imagine quand même que depuis l’âge de quinze ans, y a pas eu une journée ou une période où j’ai pu me dire complètement seule. Quand j’ai quitté le premier garçon avec qui j’ai vécu, je connaissais déjà le second. La transition s’est faite sans secousse. Je m’attachais de plus en plus au nouveau tandis que je me détachais doucement de l’ancien. Une chose qui me manque absolument est d’avoir éprouvé la solitude. Et peut-être même d’en avoir souffert. La solitude n’est pas marrante du tout. Je verrai. Qu’on me laisse au moins voir par moi-même. Qui t’en empêche ? Les autres. Les gens qui m’aiment en général. On m’aime trop. T’as jamais aimé des gens qui ne t’aimaient pas ? Sois franche. Ben non. Franchement je pense pas. Parce que contrairement à beaucoup, il me serait invraisemblable d’aimer celui qui est contre moi ou de vouloir quelqu’un qui m’ignore. C’est le désir de l’autre qui suscite le mien. Il y a une explication. Mais ça va te vexer. Ben vas-y. Tu es très très belle. Tu plais à un nombre considérable de gens parmi lesquels, je suis sûr, des types très bien. Enfin, il y a quelques débiles mentaux à qui tu déplais. Et si ils ne m’intéressent pas ? Attends. Tu leur déplais et tu le sens, tu paniques. Tu peux pas supporter l’idée du moindre échec. Tu te rabats par précaution sur des mecs qui sont infiniment en-dessous de toi. Comme ça t’es sûre. Entre parenthèses, tu as tort parce que tu plairais encore mieux aux gens très bien. Qu’est-ce que tu racontes ? Je te dis pas que ça soit conscient chez toi. C’est un choix qui s’opère entièrement à ton insu, mais c’est vrai. Mais c’est faux ! J’ai jamais aimé que des garçons très bien et très difficiles. Non ! Ils ne sont pas bien et très difficiles. Tu pourrais en trouver des beaucoup mieux. Mieux !? Mais qu’est-ce que tu veux dire, mieux ? Je t’oblige pas à aimer Rémi pas plus que tu m’obliges à aimer ta femme. D’ailleurs je l’aime bien et je trouve que vous allez très bien ensemble. Permets-moi de te dire que je trouve que vous n’allez pas bien ensemble du tout. Et puis tu ne l’aimes pas. Sinon tu ne chercherais pas à faire chambre à part. Je veux pas faire chambre à part du tout. J’aime sortir et lui pas. C’est le seul point sur lequel on soit en désaccord. Sinon pour le reste, tout va bien. Et puis il a besoin de se lever plus tôt que moi. J’ai pas de voiture et je ne veux pas l’obliger à être mon chauffeur. C’est tout. Cette chambre est autant dans son intérêt que dans le mien. Comme ça, si je couche ici de temps en temps, je ne le réveillerais pas en rentrant. Et ça, il le pense ? Je sais pas. J’ai encore rien dit. Tu lui as rien dit ? Non. Oh là là ! Et tu oseras ? Ben oui, même si ça fait un drame. Ça en fera un, sois sûre. Tant mieux, comme ça t’auras un prétexte de le quitter. Je veux pas le quitter. C’est le contraire ! Je veux l’aimer. Je veux le garder. La seule chose qui m’empêche de l’aimer comme je voudrais est qu’il m’aime trop. Automatiquement, quand on m’aime trop, j’aime moins. Normal. Tu es tellement au-dessus de lui. Je veux pas être méchant mais votre couple est le cas typique d’une désagrégation. Tous les symptômes sont là et le processus est irréversible.

Numéro de téléphone: +590 590 83 39 84



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *