Radio Salam

Radio Salam en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Tel: 04 72 12 00 60

le transport pour après-demain, ce qui te laisse seulement un jour pour te préparer. Tu vas rester, bien sûr. Oui. Je vais à km, jusqu’à Fu Kong. Combien de temps seras-tu parti ? On ne peut pas savoir. Je t’en prie, assieds-toi. Oui, je vais le faire. Merci. Tu dois vraiment aller à cet endroit ? Oui, je le dois. Tu ne veux pas retourner à Hong Kong ? Je suis dans le noir, Walter, je ne sais plus. C’est la seule chose qui me vienne à l’esprit, que je puisse faire pour toi. Pardonne-moi. Mon cerveau ne fonctionne pas. C’est la première fois que tu Je sais, je le sais Les choses s’éclaircissent pour moi aussi. Il a fallu tous ces morts et ce désastre pour que je voie combien c’était dérisoire. Tu te souviens de la cuisine à Gratz ? Oui. Tu vois J’avais oublié quelle douce et belle personne tu es en réalité. Si j’avais épousé quelqu’un d’autre sans amour, et si ensuite je t’avais rencontrée, et que tu m’aimes, mes principes ne seraient peut-être pas si élevés. C’est parce que tu as cessé de m’aimer que tu te radoucis ? Je ne pourrais pas cesser de t’aimer. Pas tant que je vivrai. Si seulement je t’avais parlé. Si j’avais été honnête avec toi. Ça aurait aidé. On ne peut pas arrêter d’aimer quelqu’un pour n’importe quelle raison, n’est-ce pas ? Ton café. Oui, merci. Je ne sais pas. Quoi ? Oh, j’essayais de te répondre Mais j’étais si effrayée ici, je ne pouvais plus rien voir clairement. Et puis, la pensée que tu étais en train de te tuer Ce n’est pas ce que je fais. Alors ce que tu essaies de faire ce soir en ce moment c’est un adieu amical, n’est-ce pas ? J’ai été aveuglé à Hong Kong un peu fou Mais si tous les hommes qui ont mal se contentaient d’abandonner Sale affaire Tu vois ? Oui, je vois. Quand pars-tu ? Demain matin. Alors, je ne te reverrai peut-être pas ? Peut-être que je ne te reverrai plus jamais. Les choses sont tellement désespérées ici, c’est difficile à dire. Mais si je m’en sors, je te retrouverai. Et j’essaierai de trouver des solutions pour notre avenir. Je veux que tu saches cela, aussi longtemps que je vivrai, j’aurai honte. Je ne sais pas comment le dire, mais c’est cela, être amoureuse, et tout briser au nom de l’amour je pensais avoir le droit de le faire, vraiment. Moi aussi, à ma façon. Il le fallait. Que veux-tu dire ? En ce moment, nous n’avons jamais été aussi proches, toi et moi. Et pourtant si loin l’un de l’autre. Quand tu m’as renvoyée vers Townsend, il Je ne me suis pas sentie aussi petite et méprisable que maintenant Oh non, ce n’est pas ce que je voulais Mais il y a deux raisons. Je suppose que mon âme n’est pas assez grande pour aimer un homme comme toi. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un de meilleur Et l’autre raison j’y ferai face moi-même. Es-tu toujours amoureuse de lui ? Je t’en prie, essaie de te reposer. Ne parlons plus. N’essayons même pas. Laisse-moi ici pendant que je reprends mes esprits. Je suis tellement désolé. Je suis tellement désolé. Ces rapports réclament votre attention immédiate. Merci. Laissez-les là. Certains datent d’hier, monsieur. J’ai fait ce que j’ai pu. Le gouverneur avait l’air fâché. Je m’en occuperai aujourd’hui. A-t-on reçu le rapport venant de Mi Tang Fu ? Il est sur le dessus de la pile, monsieur. Que dit-il ? “Taux de mortalité en baisse de %.” “Épidémie toujours non maîtrisée.” “Dr Fane est allé jusqu’à Fu Kong.” “A ordonné de brûler le quartier de Kham Po Shan.” Faites-moi voir ça. Il n’y a rien sur les autres Anglais qui sont là-bas ? Mais il n’y en a pas d’autres, monsieur. A part les religieuses du couvent et Mme Fane. Je récupère tous les rapports possibles. Laissez tomber, Barrett. Je vais aller sur place. Organisez mon départ immédiat. Mais la réunion de demain matin J’ai ma propre réunion, Barrett. Le gouverneur est là ? Il est avec le vice-consul. Il a interdit qu’on le dérange. Ah oui, vraiment ? Dr Fane. Entrez. Quel plaisir de vous revoir, docteur. Merci. Vous revenez de Fu Kong ? Oui, à l’instant. Nous nous vous attendions aux baraquements. J’y vais maintenant. Doit-on vous attendre ? Je vais vous le dire ici. Mes ordres concernant Kham Po Shan n’ont pas été suivis.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *