Impact FM

Impact FM en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

et Katrin Ne fais pas attention. Je suis si soulagée de te voir. Ça a été terrible. Il sait ? Oui. Oh non, chérie, je t’en prie. Je suis là. Tu es bien là ? Tu sais, il a dit Mais ça n’a pas d’importance, ce qu’il a dit. Dis-moi vite que tu m’aimes. Tu sais que je t’aime. Je sais, pardonne-moi. Mais j’ai attendu si longtemps. Et toutes ces choses terribles qu’il a dites. Je sais. Veut-il divorcer ? Il n’a pas l’air de penser que ce sera nécessaire. Il semble douter de tes intentions. Oh, et qu’est-ce qu’il Oh, il il attend une promesse écrite que tu vas divorcer d’elle Je ferai tout ce que tu demandes, Katrin. Ce que moi je demande ? Ce que tu attends, alors. Après tout, je t’ai entraîné là-dedans. Je vais devoir de soutenir. Tu dis ça comme si c’était une horrible obligation. Me soutenir Ce n’est pas aussi romantique que ça paraît. Le divorce. Deux divorces. Tu sais ce que ça signifie ? Non, quoi ? Pour moi, c’est la fin de beaucoup de choses. Ma carrière, que j’ai mis des années à construire. Ta carrière ? Et ta réputation. Ne l’oublie pas. Pour l’instant ça ne compte pas, car elle a toujours été bonne. Mais vu de l’extérieur ce n’est pas très reluisant. Tu devrais commencer à y penser. On aurait peut-être dû le faire avant. Chérie, ne prends pas ce ton. On est dans le bain tous les deux. Autant parler franchement. Tu l’as fait. Très franchement. Je dis juste que nous risquons de tout perdre, mais si tu es prête à le faire, je le suis aussi. Que demandes-tu de plus ? Je ne demande rien. Je ne voudrais pas ruiner ta carrière ou ta réputation. Tu sais bien, c’est pour ça que tu en parles. Tu n’es pas juste. Je Non, non N’en disons pas plus. Dr Fane, je suis le général Yu. Comment allez-vous ? Je suis si reconnaissant. C’est si gentil à vous d’être venu. Depuis la mort du Dr Watson, le chaos. Où habitait-il ? Nous nous y installons. Je ne sais pas où c’est. On est venus vous y conduire. Merci. Katrin, voici le général Yu. Mme Fane. Mme Fane ? Dès que nous serons installés, je viendrai au QG pour les détails. Oui, docteur. CHOLÉRA NE PAS BOIRE D’EAU NON BOUILLIE Cette pièce sera la salle de réunion. C’est là que Dr Watson meurt. Sortez ce lit de cette pièce. Portez-le ici. Brûlez ça. Brûlez tout ça. Boy Que tout dans cette pièce soit lavé avec une solution. Ces caisses vont à l’hôpital de campagne, où qu’il soit. Vous pouvez les ouvrir, mais je les déballerai moi-même. Amah ! Amah ! Enlevez ça. Bonjour ! Il y a quelqu’un ? Dr Fane ! Je suis Waddington, commissaire adjoint. Bien sûr ! Katrin, voici M. Waddington, en charge des douanes. Je ramène ça, c’était au Dr Watson. Ce n’était pas la peine. Je vous en prie. Voulez-vous l’arrêter ? Tout de suite. Voilà. Mme Fane, vous êtes une agréable surprise. Je sais que les scientifiques sont fous, mais Que diable faites-vous ici ? Oh, ne faites pas attention. Voilà un modeste témoignage de ma joie. Soyez les bienvenus. Merci. Oh ce n’est rien. J’ai déjà fait ce voyage par les rizières. Je sais ce que vous ressentez. Vous avez de l’eau. Vous avez de l’eau bouillie ? Oui. Sacrebleu, je suis ravi que cette maison soit à nouveau habitée ! La dernière fois c’était pour emporter le Dr Watson. Un type charmant. Pas très malin, mais charmant. J’ai marqué sa tombe, je pourrai vous la montrer. Ces Chinois vénèrent leurs morts, mais souvent ils ne savent pas où ils sont. Vous savez, il y en a tellement Oh pardon, Mme Fane, mais vous vous habituerez vite. Content que vous soyez toujours vivant. Parbleu, moi aussi. Vous savez qu’il ne reste que trois religieuses au couvent ? Avec nous trois, ça fait six blancs sur des centaines de miles. Vraiment ? Comment aimez-vous le vôtre ? Sec. Avec ça, il n’y a plus de place pour le choléra. À la vôtre. Santé. Voulez-vous vous asseoir ? D’abord, un toast. Je veux boire à votre santé. Mme Fane, une femme qui a le cran de suivre son mari, et qui s’aventure par ici ? Merveilleux, merveilleux ! Je suis trop fatiguée pour dire quoi que ce soit d’intelligent. Je ne dis jamais rien d’intelligent. Avez-vous été vacc Auriez-vous amené de nouveaux disques ? Désolé. Dommage, je suis si fatigué des miens. Si content que cette maison soit à nouveau habitée. Je vis au pied de la colline, si je peux vous aider, dites-le-moi. Merci. Oh, de rien. Je peux traîner par ici, je suis immunisé par le whisky, et le Dr Watson m’a vacciné. Il s’était vacciné lui-même. Pauvre diable, je bois à ses cendres. Merci beaucoup d’être venu ici. Si vous vous sentez seule ou si je peux vous aider, dites-le-moi. Prenez bien soin de vous. C’est une joie pour mon âme de voir ce bungalow habité à nouveau. N’oubliez pas, je suis au pied de la colline, au revoir ! Le général Yu m’attend. Tu rentreras pour dîner ? Les serviteurs ont des instructions pour la nourriture. Ne t’inquiète pas. Alors tu ne rentres pas pour dîner. Je ne sais pas. Ne mange ou ne bois que ce qui est prescrit. Pourquoi cette prudence ? Pourquoi prolonger tout ça ? Tu n’avais qu’une seule idée en m’amenant ici. Walter ! Si tu ne m’as pas amenée ici pour mourir, alors pourquoi suis-je ici ? Pourquoi suis-je ici ? Pas à cause de moi, ou de ce que j’ai dit