100 Pour Cent France

100 Pour Cent France en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Il est fâché ? Non, il n’est pas méchant. Vous n’avez pas peur ? Non, il est merveilleux. Vous devriez venir un soir pour qu’il vous parle de ses ancêtres arabes. Oui, j’adorerais l’entendre. Vous êtes resté ici ans ? Mon Dieu non, non. Il est né en Égypte. Il pourrait vous parler de l’Inde, de l’Australie, du Canada Nous avons été des milords et nous en avons vus, n’est-ce pas ? Où vous plaisez-vous le plus ? Ici ? C’est facile. Il répond pour moi. Je vais voir ce qui se passe. Comme d’habitude, monsieur. Dur à calmer. Lui, c’est le mauvais garçon de l’écurie. Maintenant vous pouvez faire de lui votre ami, soudoyez-le. Non, pas comme ça. Voilà comme ça. Cochon, tu as craché sur la dame ! Je suis désolé. Je ne m’attendais pas à ça. Merci. Voilà, je pense le problème est à peu près résolu. De toute façon, c’était de ma faute. Je suis désolé. Je ferais mieux de rentrer. Le docteur vous appelle ? Oui. Vous reviendrez bientôt ? J’aimerais beaucoup, merci. C’est drôle de vous montrer des choses que vous n’avez jamais vues. Je n’ai pas vu grand-chose, vous savez. Vous avez visité les environs ? Hong Kong ? Les boutiques. Je n’ai pas beaucoup exploré. Vous savez que certains passent ans en Chine sans rien en voir ? Pourquoi ? Ils ne sont pas curieux ? Vous l’êtes ? Oh oui. Vous me ferez une liste des choses à voir ? Certainement pas. C’est si rare de voir quelqu’un s’émerveiller ! Vraiment ? Oui. C’est pour ça que je veux vous accompagner. Eh bien, je ne veux pas m’imposer. Pourquoi riez-vous ? Ne vous inquiétez pas pour ça ! Prenez cette pièce. Très belle. Non, pas celle-là. Oh, oui. Très belle pièce aussi. Non. Il ne vous montre pas ses trésors. Ces gars sont malins, ils savent que la plupart des gens ne connaissent rien aux objets chinois. Où nous emmène-t-il ? En Chine, on ne peut jamais savoir. Comme c’est beau. Qu’est-ce que c’est ? Des pavots blancs. Vous aimez ? Oui. Mais il y a tant de belles choses ici. En voilà une de plus, hein ? Oh oui, beaucoup, beaucoup. Vous voyez une chose qui vous plaît, venez me voir. Merci. S’il vous plait. Vous voyez ? Ils nous font confiance. La confiance des Orientaux en nous est admirable. Exquis, ils sentent si bon. Pourquoi pas ? Ils sont magiques. Magiques ? La princesse est morte le cœur brisé. Ils ont poussé sur sa tombe, et ont jeté un sort à ses ennemis. La Chine semble remplie de sorts. Vous avez remarqué aussi. Ils semblent tout expliquer. Le seul problème ici, c’est que si un sort vous attaque, il n’y a avec vous que des dames chinoises, ou les grosses épouses des fonctionnaires anglais. Mais les choses se sont améliorées cette semaine. Vraiment ? Vraiment. On ne m’a pas jeté de sort, alors Il y en a un très puissant par ici. Je n’arrive pas à m’en débarrasser. Vous ne deviez pas me montrer les curiosités ? Oui, c’est vrai. Je ne vois rien d’intéressant. Quel dommage. Peut-être que vous ne regardez pas au bon endroit. Je pense que vous êtes la plus curieuse de toutes les curiosités de Chine. Je ne me trouve pas si curieuse. J’ai été dévoré de curiosité depuis ce jour sur les quais. Je ne veux pas que vous soyez dévoré. Que voulez-vous savoir ? Je peux vraiment poser des questions ? Je n’ai pas d’objection. Je n’ose pas. La re serait impudente. Passez à la seconde. D’accord Êtes-vous amoureuse, et pourquoi ? Je pourrais vous poser la même question. Et je vous répondrais, je ne le suis pas, ne l’ai jamais été, et Vos réponses ne m’intéressent pas. Et vous ne m’avez pas donné les vôtres. Je suis très amoureuse. Bien que l’amour n’ait besoin d’aucune explication, j’ai toutes les raisons de l’être. Vous êtes satisfait ? Oui, plutôt. Nous continuons avec les curiosités ? Voilà un vieux poème chinois. Je vous le lis ? Oui. “Ses lèvres murmuraient des mots que ses yeux démentaient.” Est-ce que le chinois ne se lit pas de haut en bas ? Ah oui, c’est vrai. “Ses yeux démentaient les mots que ses lèvres murmuraient.” C’est très ennuyeux. Ça devient de mieux en mieux. “Sa colère est dévorante “et sa furie ne connaît pas de limite.” C’est un bon poème, très authentique. Étrange. Le sort est toujours là.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *