Radio RFR

Radio RFR 94.9 FM en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Tel: +33 7 81 20 83 99

Il veut vous voir tout de suite. Je le verrai dès que je pourrai. J’ai peur que ce soit impératif. Les vaccinations, et toutes ces sortes de choses. Il est là-bas, monsieur. Tu veux bien attendre quelques minutes ? Je suis navré. Voulez-vous accompagner ma femme à la voiture ? Par ici. Townsend. Heureux de vous voir. Que se passe-t-il ? On remplace les stocks. Ordres spéciaux du service médical. Mon vieil ami choléra ? J’en ai peur. Des nouvelles de Semelin ? Rien de précis. Des cas, mais pas de schémas. Bonjour Simmons. Avons-nous l’ordre de les vacciner ? Oui. Ampoule, s’il vous plaît. Bonjour docteur. Des bacilles morts dans une solution saline, je suppose. Ordres du service médical. C’est une ancienne formule. J’ai un sérum qui vaccine à vie. Je l’ai prouvé. Celui-là durera que quelques mois, c’est une perte de temps. Je ne fais que suivre les ordres. Je sais bien, un moment. Peut-être voudrez-vous arrêter ça et m’accompagner devant le conseil médical. Il faut faire le changement. Dr Simmons ? Si le Dr Fane le dit, il a raison. D’accord. D’accord. Oui, ma femme m’attend. Votre quoi ? Ma femme. Vous ne saviez pas ? Non. Quand et comment et où ? Juste avant de partir, à Gratz, et de la façon habituelle. Je n’aurais jamais cru ça de vous. Je vous prenais pour un célibataire non réclamé. Non, je suis plutôt réclamé, semble-t-il. Félicitations ! Merci. Voici ma réclamante. Je retire mes félicitations superficielles. Je te croyais perdu. Voici M. Townsend, notre attaché d’ambassade. Soyez la bienvenue, Mme Fane. Merci. Je dois d’abord m’excuser. Pourquoi, M. Townsend ? Pour avoir mis des obstacles triviaux sur votre route dès votre arrivée. Je n’appellerais pas ça un souci. C’est très gentil. Je pensais voir une Anglaise, je ne sais pas pourquoi Autri. Nous rentrons ? Vous avez fini ? Oui, pour le moment. À quelle heure au service médical ? Je vous laisse un peu de temps. C’est la moindre des choses. Mme Fane, persuadez-le de nous accorder un peu plus d’attention. D’ailleurs, ma femme sera ravie de vous présenter au reste de la colonie. Merci. Maintenant que vous êtes là, votre mari sera peut-être moins distant avec nous. Il l’a été ? Vous êtes déjà allé au club, Walter ? Bien sûr, fois. La re fois, c’était il y a cinq ans. J’ai oublié la seconde. Nous allons changer tout ça. Je préviens ma femme tout de suite. J’en serais ravie. C’est si gentil à vous, Townsend. Au revoir. Au revoir. J’ai oublié de te demander sais-tu jouer au bridge ? Je suis désolée, non. Au polo ? J’ai peur que tu aies beaucoup à apprendre Vous avez raison, vous êtes la e main, et vous pouvez enchérir dessus. Le poison du rang. Mauvais conseil. Elle a le droit de passer. Mais elle a juste enchéri à et fait . Oh, c’est médiéval. Ne vous laissez pas déstabiliser. La logique est inévitable. Seuls les s s’en préoccupent. Regardez Sur mains, vous aurez raison de passer fois. C’est obsolète. Laissez-moi vous expliquer, Mme Fane Voilà un autre de vos amis. Comment ça se passe ? Elles ont été très patientes avec moi. Ce n’est que la première étape. Vous voulez voir les chevaux ? Je pourrais ? Je vous en prie. Coldchester, venez jouer. Doux comme un agneau, mon jeune ami. Chéri, n’oublie pas que nous dînons avec le gouverneur ce soir. Merci beaucoup. Pour quoi, pour mon mari ? Vous voyez, ça commence ! Mais ces gens sont si calmes ! Et votre polo était si excitant. Non, vraiment ? Vous ne trouvez pas ? Maintenant oui. Et cette partie de bridge ? C’était moi la folle. Merci pour le sauvetage. C’est à moi de vous remercier. Pourquoi ? Toutes ces choses existaient avant, mais avec vous elles deviennent vivantes. Extravagant. Bien sûr, pourquoi pas ? C’est votre chien ? Oui, il vit dans les écuries, méprise la société, et il s’appelle Prince. Il est malin. Il vous invite à visiter son repaire. J’accepte avec joie. Venez, alors. Lequel était si furieux cet après-midi ? C’était Haffirt, juste là. Comment avez-vous dit ? Haffirt, c’est le nom de ce gentleman. Comment l’écrivez-vous ? H-A-F-F-I-R-T. Il est arabe, n’est-ce pas ? Oui, je l’élève depuis ans. Vous l’avez connu toute sa vie ?



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *