Radio Saint Nabor

Radio Saint Nabor 103.2 FM en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Tel: 03.8792 9999

Je s’appelle Groot… Non. Non. Non ! Groot… Sam ? Sam, où es-tu ? Il se passe quelque chose… Ne bougez pas, Quill. Mec… Il n’y avait pas d’autre moyen. M. Stark ? Je me sens pas bien… Tout va bien. Je sais pas, ce qui se passe. Je veux pas mourir. M. Stark. S’il vous plait. Je veux pas mourir. S’il vous plait. Je suis désolé. Il l’a fait. Qu’y a-t-il ? Qu’est-ce qui se passe ? Mon Dieu. Traduit par jordandelta www.addiced.com Des nouvelles de Stark ? Pas encore. Je scrute tous les satellites susceptibles de repérer Stark. Qu’est-ce que c’est ? Incidents multiples au Wakanda. Les mêmes signatures d’énergie qu’à New York ? fois plus grosses. Appelle Clint. On va le retrouver… Ça va eux ? Il n’y a personne. Appelle le contrôle. Code rouge. Quand vous aurez été dans la troupe un peu plus longtemps mon ami, vous apprendrez que notre Colonel bien-aimé se bat pour la main qui le paye le mieux. Je ne peux pas dire que je le blâme. Fouillez la maison, Wyatt. Prenez six hommes pour vous aider. Beau, vraiment beau. Votre fille,n’est-ce pas, colonel Beverley ? Allez-vous me dire ce que je veux savoir ? Si vous ne le faites pas, vous mourrez. Ainsi qu’elle. Seulement plus lentement. Dites-moi où je peux trouver le roi et vous serez tous les deux gracier. J’attends. Quelle est votre réponse ? Ma réponse est simple. Je vous recommande, ainsi que le despote meurtrier Cromwell,… Où est ton maître ? à la fosse sans fond de l’enfer… où vous allez sûrement aller ! Longue vie au Roi. Merci, Edward Beverley. Et vous, Philip. Que Dieu soit toujours avec vous. Je tiens à vous rappeler, Messieurs, que ce quartier est le noyau de la résistance royaliste la plus forte dans le pays. Il est de mon devoir de l’éradiquer. Nous allons demeurer ici jusqu’à la pendaison du dernier royaliste. Très bien. Ce sera tout.. Capitaine Sylvester, nos opérations pour la semaine prochaine seront pour la troupe A de couvrir cette zone là, Troupe B ici, troupe C ici, troupe D reste au quartier général en réserve. Et Charles Stuart, monsieur ? Publiez une proclamation. Oyé ! Oyé ! Oyé ! À quiconque apportera des informations à l’Etat conduisant à l’arrestation du traître Charles Stuart l’Etat offre une récompense de guinées. Et à quiconque retiendra de telles informations, la peine est la mort. Vous dites que vous avez reconnu Charles Stuart ? Comment ? Eh bien, implorant votre pardon, votre honneur, l’homme qui était avec lui m’a mis la puce à l’oreille, comme vous dîtes, il l’a appelé « sire » et « votre majesté.  » Lieutenant Hawke, allez faire un tour sur la route de la côte. Oui, monsieur. Très bien. Vous pouvez partir. Euh, vôtre honneur… Euh… Je vous demande pardon, votre honneur. Eh bien ? J’ai accompli mon devoir de citoyen loyal. Oui. Il était question d’une récompense. Qu’en est-il ? Eh bien, quand cela fera-t-il plaisir à votre Honneur de me permettre de le percevoir ? Si votre information nous mène à Charles Stuart, vous recevrez votre récompense. Ah…, merci vôtre honneur. Il vous sera présenté… en public. Oh, vôtre honneur, s’il vous plaît, pas en publique. Pourquoi pas, suppliez ? Eh bien… les gens… Ils vont me tuer. Beaucoup sont mal orienté et ont prêté allégeance au roi. Je… je voulais dire le traitre, Charles Stuart. S’ils suspectent ce que j’ai fait, j’aurais besoin de protection. Vous obtiendrez votre protection. Merci vôtre honneur. Capitaine Sylvester, arrangez-vous pour que cet homme sois confiné dans la prison du village, indéfiniment. Mais… vôtre honneur ! Personne ne t’atteindra là-bas. Captain Sylvester, Montrez lui la sortie, voulez-vous ? Oui, monsieur. Mais votre honneur, je… Emmenez le ailleurs. Si l’information de notre ami s’avère fausse, pendez-le. Avec plaisirs. J’aime rendre à un homme la monnaie de sa pièce. Oui, en effet. Si cela ne tenait qu’à moi, avec les traîtres, je… Vous disiez ? C’est sans importance. Ne confondez pas un collaborateur avec un soi-disant traître. L’un est un lâche pleurnichard, cherchant à s’enrichir ou pour sauver sa peau. L’autre peut se trouver idéologiquement disposé à changer de camp. Comprenez-vous ? Chaque homme a une raison de changer son allégeance. Lui seul peut ajuster les droits et les torts à sa propre conscience. Ma fille va arriver d’une minute à l’autre, vous pourrez rester et lui exposez votre admirable philosophie à elle. Et comment va ma belle Claire ? Je vais bien, merci Tom. Et mon père ? Oh, il est fidèle à lui-même, dirons-nous ! Je suis inquiet pour lui. Oh ? Sa réputation s’étend dans tout le pays. Partout où il va, il ne laisse que de la haine derrière lui. Il t’attend maintenant, je le sais. Attend, Tom. Oui ? Où est le colonel Beverley ? Tu ferais mieux de demander à ton père. N’êtes-vous pas dans la confidence ? Oh oui. Je suis vraiment le garçon aux yeux bleus. En fait je pense que cela peut vous intéresser de savoir il me regarde maintenant comme son gendre. Du moins, c’est l’impression qu’il donne. C’est dommage. Oh pourquoi ? Je n’aime pas décevoir les gens. Même ton père ? Même s’il s’agit de mon père. Claire. Sylvester, veuillez nous excuser. Caporal !