Horizon Arras 98.5 FM

Horizon Arras 98.5 FM en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Ajoutez à Votre Site web.

Tu vas à Sydney et t’oublies tout ça! Peut-être que j’oublierai, mais toi, oublieras-tu? Donne-moi une chance, d’accord? Donne-moi une chance. Gardez le tourne-disque en souvenir de moi! On se souviendra de vous ne vous inquiétez pas ! Au revoir. Au revoir. J’attrape le premier avion dès que j’ai ma démobilisation. On se revoit dans un mois. Bonne chance, Sadie! A bientôt, Sadie! Au revoir! Au revoir! Moi je ne peux pas, mais ne te gêne pas pour moi. Boulot ? Lecture, et je me couche tôt. Je vais picoler avec toi. Merci, Thelma. Comment… avance le travail pour le comité ? Ça va. Tu arrives à rester éveillé ? Je suis fasciné. Lâche l’affaire. Même si tu es leur tête d’affiche. Pas vraiment. Crois-moi, quand le courageux nouveau rapport sera enfin publié, ils se targueront de ton implication. Implication minimale. Alors lâche l’affaire. Je ne t’ai demandé que pour te changer les idées. Sache aussi que je… quitte le gouvernement. Et mon à-côté dans l’édition. Comme ça. Pourquoi ferais-tu ça ? Retraite. Il se retire. À la campagne. C’est un sujet de discorde depuis pas mal de temps. Décision prise. Ça me gêne pas que tu lâches le pays, mais pourquoi les livres ? Et moi ? ans de journées de h ont fait de Charles une loque. Tu adores tes h par jour. Il a rien dit au Premier ministre… Tu en as de la chance. Désolé, je dois répondre. C’est New York. George… D’accord, un instant que je trouve un coin tranquille. Il a vraiment besoin de tout arrêter. Il n’est pas malade ? Non. Juste fatigué, c’est tout. D’être Charles, d’être responsable. Tu peux venir nous voir. On ne quitte pas le pays. Mais qui va veiller sur moi ? Qui m’invitera à des dîners coûteux et me soûlera ? Tu te trouveras quelqu’un d’autre. Peut-être la personne qui me demande toutes les semaines comment tu vas. Tu parles à Julie toutes les semaines ? Tu devrais aller la voir. J’attends une invitation. Elle attend peut-être un appel. Ou prévoyez-vous de vous éviter jusqu’à la fin des temps ? Appelle-la. Ne regardez pas, mais la table de derrière a un roulé à la confiture. J’ai dit de pas regarder ! J’en veux un. Comment était New York ? Grossiers. Très grossiers. Plus mon problème. À une autre vie. Portons un toast. Sers fort. Tu n’as pas trop chaud avec ton ciré ? Pas vraiment. Tant mieux. Ton idiot de papa a cru qu’il allait pleuvoir. Papa, on peut rouler vite ? À quelle vitesse ? Très très vite ? Oui. À une vitesse ridiculement illégale ? Oui. Avec les cheveux qui volent au vent ? Oui ! D’accord… Quand il n’y aura personne. À vos marques, prêts, partez ! Kate, ma chérie, ne bouge pas. Attends papa. Ça fait , £. Vous faites un don à l’école ? Non. Carte de fidélité ? Non. Un retrait ? Non, merci. Votre code PIN, s’il vous plaît. Retirez votre carte. Merci. Merci beaucoup. Merci. Merci, au revoir. . Kate ? Pardon. Kate ? Quelqu’un a vu une petite fille de quatre ans, portant un ciré jaune ? Elle était… Elle s’appelle Kate. S’il vous plaît ? Kate ? Quelqu’un a-t-il vu une fillette de quatre ans, elle portait un ciré jaune ? Elle s’appelle Kate ! Vous avez dû la voir, elle était juste là pendant que je payais. Non ? On la trouvera. Je te le promets. – Allô ? Salut. C’est moi. Nous semblons avoir plongé par mégarde dans une situation où nous sommes apparemment contents de confier nos enfants à de parfaits inconnus. COMITÉ ÉDUCATIF L’éducation est délocalisée. Les parents ont plus important à faire. Des choses essentielles, comme gagner de l’argent pour payer le loyer, l’alimentation et la crèche. Avant, c’était Mamie qui aidait, mais elle est maintenant loin, alors l’enfant est gardé par une fausse famille éloignée d’inconnus au casier vérifié, des intérimaires dont la seule qualification est leur volonté de travailler pour le minimum légal, voire souvent moins. Les pressions financières détériorent la vie de famille et menacent le bien-être de nos enfants. Les familles ont besoin d’une aide financière. Les jeunes parents… Allô ? C’est moi. Tu viens toujours ? Et comment. Bien. Tu pourrais m’amener mes vieilles partitions ? Elles sont dans la commode, je crois. OK.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *