Nostalgie 98.7 FM

Nostalgie 98.7 FM en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Ajoutez à Votre Site web.

Je t’en foutrais des amitiés fraternelles ! Toi et moi, on était déjà différents il y a ans. A De, si ton frère couche avec ta femme, qu’est-ce que tu fais ? Je le crève. C’est quoi ton signe ? Capricorne. L’odeur des fleurs de prunier naît du froid mordant. C’est l’afinage qui fait le fil du sabre. Punaise, il en veut ce gamin. Ça y est, je l’ai. Drôle de pseudo. Quoi ? Putain, Ornithorynque. Adresse IP localisée. Il s’est connecté à la cité U il y a minutes. La cité universitaire ? Attends, adresse postale… Il était au Café Internet Intégrité, route de Xuehai. Patron ? On a retrouvé la voiture à un carrefour du quartier Est. Il a laissé les clés. Va la chercher tout de suite. Compris, patron. On a localisé Xiao Zhang. Où ? À la cité universitaire au nord de la ville. Pourquoi tu l’emmènes ? Ce gamin n’a l’air de rien, mais il a beaucoup d’argent sur lui. Donc ça vaut absolument la peine qu’on l’emmène ! Oeil-Jaune, super pratiques ces jumelles de ton invention ! Tu parles de jumelles ! Quoi, c’est pas des jumelles ? Ce sont des lunettes invincibles à rayons X super-VR-infrarouges. Vas-y, ramène-la autant que tu voudras. En tout cas, je porte un gros sac plein d’argent et ça, j’aime ! Maintenant qu’on a touché notre premier pactole, quelle est la prochaine étape ? La prochaine étape ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Une startup ! Quelle startup ? Pour quoi faire ? Oh, c’est tellement pathétique une vie sans rêves ! Comment ça, pathétique ? Tu peux pas parler comme tout le monde ? Depuis que je suis petit, j’adore inventer et créer des choses, mais ma famille était si pauvre que je ne suis même pas allé au lycée. Heureusement, je n’avais peur de rien. Et je n’ai jamais abandonné le rêve de devenir inventeur. Ce soir, Dieu a ouvert les yeux et m’a envoyé du capital au démarrage. Je dois prévoir soigneusement le reste de ma vie. D’accord. Tu pourrais passer le reste de ta vie à inventer de l’argent. Tu veux bien m’épouser maintenant ? Mais je ne suis vraiment pas une chercheuse d’or ! Alors, avec tes super jumelles, tu vois sous les habits des gens aussi ? Salaud ! Tu as vu Xiao Li à poil dans mon magasin ? Donne-les moi. Moi aussi, je veux voir ! Arrête, voyou ! Mais je ne roulais pas vite ! Pas de pot ! Il va falloir en vendre de la soupe pour payer ces balles. , l’argent était en vue ! Oh non ! On s’en va ! Qu’est-ce que tu fais ? Viens-là. Oeil-Jaune, Oeil-Jaune ! Vous êtes en retard. On a eu un problème. Lao Zhao a perdu l’argent. Amitabha Buddha. Ça y est, c’est réglé. L’argent sera retrouvé avant l’aube. Ne vous inquiétez pas, Frère Biao. Maman, je t’avais dit de ne pas appeler. Quoi ? Ne t’inquiète pas, l’étoile de la sagesse veille sur notre “Le Le” cette année. Il ira à l’université de Pékin, à Harvard, Oxford ou à Cambridge. Oui, je sais. Apporte juste ses papiers pour la consécration. Tout ira bien. D’accord. Oui, je sais. Tout est là, Frère Skinny. Fais une soupe pour ta femme avec ces rognons. Nourris-la bien, elle te fera un beau bébé. Merci, Frère Skinny. J’y vais. Votre carte de membre ? Je suis de passage. Sans carte, c’est minimum heures à yuans/h. Combien d’heures ? Le forfait pour la nuit coûte yuans. Payables d’avance. Chambre Hôtel Business de la Gare Bienvenue au café Internet ! Papa m’a dit que ce n’était pas sûr en Corée. C’était aux nouvelles. Toujours là ? Maman dit qu’une opération va jusqu’à . yuans. J’ai un million. Je suis dans la chambre de l’Hôtel Business de la Gare. Putain, c’est des importés ! Trop grave, ces haut-parleurs ! Les basses, c’est des vrais coups de poing. Mon patron les a fait venir en douce. Il collectionne les motos. Il en a des dizaines. Quand est-ce que tu m’emmèneras faire le tour du monde en moto ? Encore cette histoire ? Comment ça, encore ? Je ferais mieux de laisser tomber… Tu te souviens quand on s’est fait lire le destin ? Quelle fois ? C’était où ? Au Temple Oraculaire Spectaculaire. On m’a dit que je serais fort et riche. Mais que j’aurais la vie dure jusqu’à ans, une épreuve des cieux. En vainquant l’adversité, je trouverais gloire et prospérité. Tu rigoles, gloire et prospérité… Tu crois vraiment à ces bêtises ? Écoute, t’es juste un responsable de billard paumé qui sacrifierait sa vie à tout moment pour son patron. Sois heureux de gagner de quoi manger et arrête de rêver. Redescends sur terre. Allô ? Allô, Tatie ? Ann Ann, il faut que je t’ennuie avec quelque chose. Tu ne m’ennuies pas. Calme-toi. Qu’est-ce qui se passe ? Le mois dernier, Yan Zi s’est fait refaire le visage. Elle y est allée finalement ? Elle est toujours si trendy. Alors ? Elle doit être merveilleuse ! Le résultat n’est pas particulièrement réussi. Elle n’ose plus sortir de chez elle. Mais son copain, Xiao Zhang, veut l’emmener en Corée pour une nouvelle opération. Bonne idée. Ils sont bons les Coréens. Ils ont des tonnes de cliniques de chirurgie esthétique. Xiao Zhang dit qu’il a un million de yuans dans un hôtel à la gare. Il a dit à Yan Zi de le retrouver là-bas. Comment ça, un million ? Aucune idée. J’ai peur qu’il ait fait une bêtise. Ils doivent se marier à la fin de l’année. S’il a des ennuis, que va faire Yan Zi ? Quel genre d’ennuis ? Je ne connais personne de plus honnête. Passe-moi Yan Zi. Son visage est si enflé qu’elle n’arrive pas à parler. Mais tu n’es pas loin de la gare, n’est-ce pas ? Fais plaisir à ta Tatie et va voir ce qui se passe avec Xiao Zhang. Tatie, ne t’inquiète pas. Je suis sûre que Xiao Zhang va très bien. Ne t’inquiète pas, je viendrai vous voir bientôt, Yan Zi et toi. Ciao. Qu’est-ce qui se passe ? Bande de clowns. Qui c’est qui a un million ? Quelqu’un d’aussi ambitieux que toi… Le copain de sa fille chérie a un million de yuans. Ce petit mec-là ? Un million ? , un client de mon patron vient de se faire voler un million. Son copain, il conduit des engins sur un chantier ? Ouais. ! Il m’a dit que le voleur était conducteur d’engins. Quoi ? J’ai trouvé cette clé de chambre devant l’hôtel. Elle est à vous ? Joyeux anniversaire ! Un an de plus. Pas de quoi se réjouir. C’était quand même une sacrée teuf ! Ouais, le patron c’était mon oncle. Putain, mais t’es pourri de thunes.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *