Radio Isa 100.4 fm

Radio Isa 100.4 fm en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Ajoutez à Votre Site web.

Bonne nuit. Salut, petit ourson. Tu commences à ressembler à maman. Un jour, il a fait ses valises et est parti. Oui. Mon vol est tôt demain. Portland ? Phoenix. Une ferme de serveurs. Une ligne aérienne bidon sans siège réservé, je veux arriver tôt. Vous vous débrouillerez ici ? Elle va bien ? Oui. Comment te sens-tu ? Bien. Oui. Parfait. D’accord. Bien. D’accord. Es-tu content pour la nouvelle école ? J’ai peur. Ça va. Je suis grande, et les nouvelles choses me font peur. Comme ton nouveau bébé ? Je n’ai pas peur du bébé. Qu’y a-t-il ? J’ai envie pipi. Seigneur. Viens. Dépêche-toi. Personne ne va activer la chasse d’eau ? Il n’y a personne. Pas de chasse d’eau, promis. Ça fait trop de bruit. Jonah, il n’y a personne ! Pardon. J’ignorais que c’était automatique. Jonah ! Jonah ! Jonah, arrête ! Jonah, arrête. Le monde est rempli de toilettes bruyantes. Le monde est une toilette bruyante. Hé ! Bonjour. Qu’y a-t-il, petit ? Pardon. Il a peur de certains bruits. Je suis désolée. On s’en va. Non. Ne partez pas. Hé. Si toi et moi, on devenait des arbres un moment ? Ça te va ? D’accord. Tu peux mettre ton pied ici ? Tu veux me montrer tes branches ? C’est bon, ça. Inspire à fond. Expire par tes branches. Ça va mieux ? Ne vous excusez pas. Vous n’avez pas à partir, il n’a rien fait de mal. Viens. Amuse-toi en classe. Maman ? Pourquoi te maquilles-tu ? Je pense que j’aime être jolie parfois. Pourquoi ? Tu n’aimes pas ça ? J’aime ça. Tu es différente. Comme Draculaura. Qui est Draculaura déjà ? La fille de Dracula dans Monster High. Monster High. C’est l’école des monstres ? Oui. Rappelle-moi l’histoire de Draculaura. Elle a ans. C’est à peu près ça. Ça va ? Oui. Quoi ? C’est du lait. Je fais du lait. C’est de la sangria ? Oui. Ça me rappelle l’université. Tu es une vraie femme d’intérieur. À cause de la sangria ? On en fait dans les toilettes de prison. On appelle ça “pruno”. Ça te dit ? D’accord. Je connaissais un gars qui en avait un comme ça. Il le remplissait d’eau. Santé. Santé. Drew parle-t-il de moi ? Oui. Il trouve tout ça un peu étrange. Oui. Il aime être père ? Bien sûr. À la façon des pères. Il travaille très fort et il rentre à la maison. Il s’occupe des devoirs, des lectures et tout ça. On prépare les lunchs ensemble, puis il monte, met ses écouteurs, tue des zombies et s’endort. Et vous ne faites jamais… L’amour ? Pas depuis des mois. C’est comme si on voulait tous les deux aller souper sans savoir à quel restaurant ou si on a faim. Vous n’en parlez jamais ? Tu fréquentes quelqu’un ? Oui. Plusieurs. J’étais comme ça avant. Oui. J’ai monté tous les chevaux du carrousel avant Drew. Quel cheval était Drew ? Drew était le banc. Mais tu l’aimes. Oui. C’est certain. J’ai choisi la bonne personne. Pourquoi ne pas faire l’amour ? Toute la journée avec un bébé, c’est moi et elle, c’est primitif. On est comme deux gorilles dans un zoo. Quand la nuit tombe, je suis censée changer de personnalité… “Salut, je suis y. “Regarde mes seins. Ils sont uels.” C’est… Je comprends. Bien sûr. J’aime bien Drew. Non. Oui. Ce que je connais de lui. Mes enfants ne grandiront pas comme j’ai grandi. J’ai eu trois belles-mères. C’était… C’était fou. Bien. Il faut donc arranger ça. Drew doit faire charger sa batterie. Sa batterie ? Sa batterie. Qu’est-ce qu’il aime ? J’ai fouillé dans son historique une fois, et c’était des trucs banals. Comme ? Quoi ? Quoi ? Dis-moi. Je dois savoir. C’est quoi ? Il me tuerait. C’est étrange ? Non, c’est… Non. Quand il était au secondaire, il était plongeur dans un restaurant, où les serveuses portaient un costume avec un chapeau et… Il a toujours fantasmé là-dessus. C’est tout ? Oui. D’accord, bien. Quoi ? Je ne sais pas. J’avais en tête un truc plus sinistre. Nous ? Non. J’ai déjà acheté un de ces costumes un jour, pensant le mettre pour lui faire une surprise. Je ne l’ai jamais fait. Pourquoi ? Je ne l’ai pas fait. Maintenant, j’ai des varices aux jambes, aux seins, aux varices. Mon corps a l’air d’une carte avec reliefs d’un pays dévasté. Tu as encore le costume ? Oui. Où est-il ? C’est extraordinaire.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *