RFI Persian

RFI Persian en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Ajoutez à Votre Site web.

Et si Himiko était l’arme que la Trinité recherche ? Insomnie ? C’est splendide. Profites-en bien. Bientôt les eaux les plus dangereuses entre Hong Kong et la Californie. Ton père savait choisir ses vacances. Il aimait l’imprévu… apparemment. Il était peut-être devenu fou. Il devait perdre le sens du réel, avec son obsession pour cette reine sanglante japonaise. L’attrait des femmes fatales. La bêtise de certains hommes. Quoi ? Bonne nuit, Lu Ren. Fais de beaux rêves. Ma Guillaume Tell en herbe ! C’est un mythe. Mythe, réalité… Tout est lié. Je repars, fillette. Tu viens de rentrer ! Tu ne verras pas… …”que j’étais parti.” Ana s’occupera de toi. Ne me fais pas garder par tes employées. Je suis assez grande. Ma fille. Ton père t’aime, n’oublie pas. Je sais. Bien, ça t’a réveillée. Ton île nous a trouvés. Yamatai. Je ne contrôle plus rien ! Il faut quitter le bateau. On est morts, s’il coule. Il tiendra pas. Il faut quitter le bateau ! Attends ! Les documents ! Laisse-les ! Viens ! Le canot de sauvetage ! Attention ! Où suis-je ? Elle se réveille. Je commencais à m’inquiéter. Un récif. Tu l’as heurté. Heureusement, je t’ai trouvée. Les courants sont meurtriers. Accoster est presque impossible. Et repartir est pire. Où est mon… Ici. Qu’est-ce que tu fais ici ? J’ai deux filles. Cheveux châtains, comme toi. Jolies, comme toi. Pardon. Je suis impoli. Je n’ai reçu personne depuis longtemps. Je m’appelle Mathias Vogel. Tu dois avoir faim. J’ai longtemps pensé que j’allais trouver une oreille dans une de ces boîtes de conserve. Délirant, non ? Rester trop longtemps sur cette île peut rendre un peu fou. La seule personne à qui je puisse parler est à l’autre bout de ce téléphone. Et c’est toujours la même réponse. Je ne partirai qu’une fois mon travail terminé. Qu’est-ce que vous faites ? Différentes choses. J’obéis à mon employeur. Tu cherches ça ? Les tours que jouent le destin me fascinent. “La porte de Himiko.” Richard avait trouvé l’entrée. Que de temps perdu. Tu m’as apporté ce que je convoitais le plus au monde. Merci. Que savez-vous de mon père ? Je vois la ressemblance. L’intelligence du regard. La témérité. Il aurait suffi qu’il coopère. Mais, étant comme il était, il a refusé. Croyant sauver le monde. Où est-il ? Où est-il ? Au ciel. Je l’ai tué. Pardon d’être abrupt, je manque de pratique. Ca fait ans. ans. Descends. Dépêche-toi. En avant ! Avance ! Attache-lui les mains. Au travail ! Lara Croft. Tu n’aurais pas dû venir. Mais j’en suis très heureux. Remballez tout ! On lève le camp ! On remballe ! Qui sont ces gens ? Pour certains, des pêcheurs naufragés. D’autres ont payé des passeurs et ont échoué ici. Il dit qu’il a tué mon père. Il a tué le mien. Ils l’ont vu. Tué de sang-froid. Je suis désolée. Je n’aurais pas dû te faire venir ici. C’est vrai, tu as abusé d’un marin ivre. On n’est pas morts. Sans blague. Apportez-moi des explosifs ! Ca va ? Remettez-le au travail ! Attendez. Tout de suite ! On va le remplacer. Remettez-le au travail ! Il est malade, il doit se reposer. Reprenez le travail ! Tiens-toi prête. Va-t’en ! Attention ! Rattrapez-la ! Elle est tombée à l’eau. On la suit ? J’envoie Rocket à sa recherche. Si elle survit, il la ramènera. Sérieux ? Tout doux. Je te ramène au camp. Reste tranquille. Attendez ! Je ne suis pas fou. Je ne suis pas fou. Ignore-la. Elle va disparaître. Papa ? C’est moi. Elle n’est pas réelle. Ignore-la. Elle va disparaître. Elle disparaît toujours. Regarde-moi. Je t’en prie. Tu te souviens de ça ? On faisait… C’est moi. C’est Lara. Fillette. Mais qu’est-ce que tu fais là ? Je suis blessée. Ca va aller. J’aurai plus mal que toi. Qhoi ? Ca va aller. C’est fini. Repose-toi. Tu restes avec moi ? Je ne bouge pas d’ici. On l’a trouvée ! Je l’ai trouvée. Envoyez l’hélico. PERSONNE NE PART Je te croyais parti. D’habitude, quand je te vois, c’est toi qui disparais. Laisse-moi faire. Viens là. Tu as choisi quoi, finalement ? Oxford, ou Cambridge ? Laquelle des deux ? En fait… je suis pas allée à l’université. Tu as encore le temps. Tu n’es qu’une enfant. J’étais une enfant quand tu m’as abandonnée.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.