RCF Calvados-Manche 94.9

RCF Calvados-Manche 94.9 en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Ajoutez à Votre Site web.

Fernando Vous devez manger. Pour continuer à vivre ici en ermite. Sinon, vous tomberez malade. Pas moi. Je suis libre de toute misère. Que dites-vous ? Vous ne pouvez pas comprendre. Je me suis détaché de mes faiblesses. J’ai lévité. Qu’est-ce que vous dites avoir fait ? M’élever ! Monter ! Flotter entre ciel et terre. C’est cela, léviter. Spiritisme. Non. L’extase. Un état d’âme Une suspension des sens et de la réalité physiologique. On oublie son corps, on s’élève sans poids. Aussi léger que l’air. Comment y êtes-vous parvenu ? Concentration. Renoncement. Mortification. Et ça n’importe qui peut y arriver ? Tous ceux qui le désirent ardemment. Alors moi. Concentration. Renoncement. Mortification. Je ne peux pas, ça ne va pas. Je ne sens rien. Fernando Il sortit en silence. La jeune fille s’apaisa et sentit l’angoisse lui serrer la gorge. Que se passait-il ? Pourquoi n’éprouvait-elle pas de rancune ? Elle s’habilla, prit congé de la vieille, puis se précipita dans la rue. Elle se rendit à l’église où elle demanda le Père Feijo son confesseur, toujours de bon conseil. “ça fait longtemps que je ne t’ai vue”, dit-il. “On m’a dit que tu voulais me parler.” Maman Et s’il restait toujours dans la grotte ? Ne sois pas ridicule, il sortira. Continue à lire, que répond-elle ? Peut-être devrais-je ? Oui, vas-y. “Je veux me confesser, recevoir l’absolution. Le vieux curé se mit à rire, bonasse. Tu ne pèches pas, chérie. Tu es trop pure. Tu ne comprends pas. Si Anna reste avec Fernando, je la perds. Je ne peux vivre sans elle. Lutte. Toi aussi tu as le droit. Lutter ? Comment, maman ? Tu ne la connais pas. Elle n’est pas comme les autres. Elle est mauvaise. Et puis, lutter contre mon frère ? Tu as raison. Unis-toi à Fernando. Mettez-vous d’accord. Mais ne sois pas démoralisé. Mets ton plus bel uniforme avec les décorations. Tu te sentiras plus sûr de toi en uniforme. Puis apporte-moi tes bottes. J’en ferai deux miroirs. Continue à lire. “Tu ne pèches pas, chérie. Tu es trop pure.” Tu l’as déjà lu, sois plus attentif. Désolé, maman. “La fille parle d’une voix voilée. Plus c’était scabreux, plus sa voix vibrait, et le Père Feijo ne sourcillait pas.” Pardonne-moi, maman. Je ne peux pas. Tu crois qu’avec l’uniforme ? C’est sûr. Mets-toi d’accord avec Fernando et Juan, car il faut tenir compte de Juan. Sans importance. Je sais Mais pense à Luchy, mon fils. Chaque nuit, je rêve qu’elle grimpe sur le toit, hurle et se jette. Maman Tu es la seule qui me comprenne. et tes cuisses, Anna. T’écraser sous mon corps. déchirer ta robe, mordre ta chair, sentir ton sang, baiser ta peau, centimètre par centimètre, baiser la courbe de tes épaules, l’obscure moiteur de tes aisselles, baiser tes rondeurs Eh bien Bonjour ! Anna ! Tu m’as entendu et tu es venue. Je t’attendais depuis longtemps. Ah oui ? Oui. Je te désire. Demande-moi ce que tu veux. Tu veux de l’argent ? Je t’en donnerai. Tout ce que tu voudras. Ouste ! Qu’importe ma femme, mes enfants et ma mère. Il n’y a que toi. Tu abandonnerais Luchy pour moi ? Tu m’aimes, tu gardes mes lettres, tu les lis !



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *