Radio France Inter

Radio France Inter, Radio France Inter direct, écouter Radio France Inter en direct

Ajoutez à Votre Site web.

Toujours pas mieux. Il faudrait récupérer leurs données et les transférer dans un autre corps. Il n’y a rien à récupérer quand on est mort. Ah, c’est vraiment dommage. Et vous, M. Batou, vous êtes déjà mort ? J’aurais dû. Mais on m’a cybernétisé à %. Vous travaillez donc pour le major dans le but de mourir ? Dis donc, toi… Un chic type comme moi, ça meurt pas pour si peu. Pigé ? Oui. Je vous remercie pour ces précieux enseignements. Adressez votre demande aux Affaires étrangères. Nous sommes les victimes, dans cette histoire. Nous demandons même réparation. Sacrée victime, ce type. Robert Lee, représentant de l’UEA extrême-orientale. Un magouilleur notable. Jadis, les Américains avaient demandé son expulsion, mais il s’en est sorti grâce à son réseau. Il montre beaucoup d’assurance, pour une cible potentielle. C’est parce qu’il traîne des casseroles. Je veux savoir qui a organisé la réunion avec le Premier ministre. Et qui a dévoilé le lieu du rendez-vous. J’accepte toute aide qu’on me propose. Vous transmettrez au major. Pour une entreprise, les normes en matière de cybernétique sont des frontières. Par nature, elles engendrent des disparités. Mais aucun État n’y a encore renoncé. Kurutsu et moi-même cherchions le chemin vers une nouvelle ère. Vous profitez pourtant d’un système qui dépasse les frontières étatiques, M. le secrétaire. Je ne porte plus ce titre. Je l’ai dit au colonel. Un jour, le réseau des cyber-cerveaux s’affranchira des frontières. Nous voyons à long terme. Si vous pensez être menacé, je peux vous proposer notre protection. Nul besoin. Vos anciens camarades protègent déjà mon entreprise. – Major. Tu as trouvé quelque chose ? Je bute sur le brouillage. Mais j’ai repéré un flux de données du colonel Kurutsu. Une transmission automatique, juste après l’explosion. L’envoi n’était pas adressé aux réseaux militaires. Dis-moi à quelle adresse, j’y vais. Les membres de l’unité se sont tous reconvertis dans le privé ou bien vous jouez les cobayes ? Reste en dehors de ça, Kusanagi. M. l’instructeur… Nous nous occupons de ce qui concerne Kurutsu. N’interviens plus. Je n’ai jamais apprécié ta façon de modifier ton corps artificiel. Alors, au moindre faux pas, je serai ravi de m’occuper de toi. Surveille les anciens de la e. Qu’ils ne nous gênent pas. Bien reçu. Je les sens revanchards, sur ce coup-là. J’ai un truc sur l’obsolescence cybernétique. Il y a plus de ans, on a mis en place des mesures de sécurité pour lutter contre l’obsolescence. Que s’est-il passé ? Les documents ont été caviardés. Le peu que j’ai évoque un chercheur et son épouse enceinte. Ça s’arrête à un accident impliquant des armes chimiques. Leurs corps ont été conservés pour la recherche… Vous me recevez, major ? Envoie-moi ces données pour analyse. Vois si c’est lié à notre affaire. Tu as été mutée, semble-t-il. Les visiteurs du privé sont de plus en plus nombreux. Nous avons donc augmenté nos effectifs. Les clients sont-ils satisfaits ? Assez pour garantir un avenir à ces enfants. Elle est là-bas. Bonjour. Bonjour. Comment t’appelles-tu ? Chris. Je suis Motoko Kusanagi. Je vivais ici, autrefois. Cela vous rend-il nostalgique ? Oui, ça me rappelle plein de souvenirs. – Tu connais Kurutsu ? Tout le monde la connaît. Elle a fait en sorte que ces enfants aient un avenir. Mais elle est morte. – Je peux voir son message ? Oui. Si vous voyez ces images, cela signifie que je ne suis plus de ce monde. Dans vos réseaux individuels, je vous ai laissé à chacun vos droits, biens et devoirs. Vous devez croire en l’avenir. Si vous croyez au e monde, vous pourrez m’y retrouver. Le “e monde” ? Un monde de données, immatériel. Quand nous ne pourrons plus changer de corps, quand la vie deviendra impossible, ce sera notre dernier refuge. Vous y croyez, vous ? Je n’en sais rien… Le message s’arrête là ? Oui. Vous reviendrez ? Oui, avec plaisir. Pourquoi ce rendez-vous ? Vous avez peur de mon cyberespace ? Eh bien… C’est juste que, des fois, il faut savoir se parler autour d’une bouffe, non ? Comment ça ? Celle qui a voulu de ce type % humain parmi nous, c’est toi ! SANDWICH POUR CYBORG Il s’inquiète de savoir si t’es vraiment un robot ou pas, le nouveau. Oh, ça va, hein ! Je voulais qu’on apprenne à se… Il voudrait des vacances, pour aller voir les cerisiers en fleur ! Ça va, hein ! À propos des militaristes… Les onze assaillants, ainsi que le colonel Nada et sept inconnus, ont envoyé le même testament. “Tous en embuscade, les chances d’enclencher la prochaine phase augmentent.” Et il y avait une phrase bizarre dans la lettre de Nada. “J’ai reçu le cadeau du e monde”, qu’il disait. Il parlait sans doute du virus qu’il avait obtenu par un courtier. Non, c’est étrange. Le “e monde” ? Ça fait très ésotérique. Regarde si tu trouves cette expression à la Défense ou dans ses satellites. Par pitié, recrutez davantage. Il me faudrait de bonnes pièces. Encore ces “pièces” ! – Où est le problème ? Le nouveau l’a dit : “Faut être le pire des chefs pour parler comme ça.” J’ai pas dit ça comme ça ! Saito, au rapport. D’après ce qu’on a récupéré sur place, je dirais que le sniper était un RMC. Une arme contrôlée à distance. Notre homme pilotait donc ça en plus des corps artificiels. C’est plus un sosie du major, c’est la vraie ! Ça me donne encore plus la rage. Au fait, depuis tout à l’heure, je sens un regard braqué sur moi. Bizarre, ça. Moi aussi. Pareil ici. – Un coup du vieux singe ? Non, c’est différent. J’ai trouvé quelque chose d’intéressant. Venez voir ça dans mon cyberespace. Vas-y, montre-le-nous. J’ai pu simuler les mouvements qui se sont produits lors de l’attentat. Voici une reconstitution inversée de l’explosion. C’est dingue… La mallette avait un verrou biométrique réglé sur le Premier ministre. Une caméra ? Sa portée est limitée. Mais j’ai pu capter son signal. Ça sent la ligne cryptée au rabais… On tient les salauds qui nous épient. Identifiez-vous ! J’ai avec moi un sniper à cran, alors parlez vite. Section D du Bureau des traités. Demandez-leur ! C’est les Affaires étrangères. Ils sont derrière la réunion du Premier ministre ? Akiyama, chef de cette section.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *