voltingradio

voltingradio, voltingradio direct, écouter voltingradio en direct

Ajoutez à Votre Site web.

Je ne vous ai pas entendu entrer. La chambre est prête, si vous n’avez pas peur d’y dormir. Défaites mes valises, j’arrive. Avez-vous trouvé Mr Crosby ? Personne ne cherche Mr Crosby. Le démon de cette maison l’a emporté. Ne dites pas ça. Fred ? Oh, Fred ? C’est toi, Fred ? Tu es enrhumé ? Ta voix est rauque. Fred ? Oh, c’est toi ! Que veux-tu ? Je… Salut. As-tu vu Crosby ? Non. Tu es rentré du jardin ? Qui te l’a dit ? C’était juste… Tout le monde. Ils se trompent. À quoi joues-tu, Çampbell ? Je joue ? Je tire entre et m. Je fais des coups droits et tire au golf. Tu devrais essayer… Et toi… éloignes-toi de Joyce. Laisse-la tranquille, vu ? Juste tranquille. Je mets ça dans le tiroir, Mlle. Merci. Quand oncle Cyrus vous a donné ça ? Dix ans ce soir, juste avant de mourir ici. C’est inutile, Mlle, d’essayer de gardez ça pour vous. De gardez quoi ? Ce qui vous a fait peur avant de venir ici. C’était seulement mon imagination. C’était un avertissement. Je ne crois pas aux esprits, Mlle Lu. Vous avez peur. Que le démon qui a emmené Mr Crosby vous emmène aussi. Mais, c’est absurde. Qu’y a-t-il ? Salut. Oh, Charlie, qu’y a-t-il ? Eh bien, c’est… Mlle Lu, n’alliez-vous pas partir ? Oui. Eh bien… Joyce, ferme bien ta porte cette nuit. Pourquoi ? Oh, juste par sécurité. Peut-être devrais-je dormir dans la bibliothèque ? Oh, pourquoi ça ? Au cas où tu aurais besoin de moi. Comment ça ? Je l’ignore. Tu pourrais être nerveuse ou autre. Pourquoi pas ? Chacun semble agir si étrangement… je commence à croire que je perds la tête. Eh bien, qu’importe, si tu as besoin, appelle. Merci. Et, Joyce, n’oublie pas ta promesse, de… À demain. Ne t’inquiète pas. Pas besoin de t’enfermer, je suis là. Non, je suis contente que tu sois là, Wally. Vraiment ? Oui, c’est agréable de nous revoir après ces années. Comment te sens-tu ? Oh, je vais bien. Je me sentirais mieux si on retrouvait Mr Crosby. Wally, dis-moi, qu’y a-t-il ? Où veux-tu en venir ? Oh, je l’ignore. Je l’ignore. Mais quoi que ce soit… sois sûre que je te protégerais. Rien de vivant ne me fait peur, vraiment. Oh ! Ce n’est que l’horloge. Oh, j’ai cru que mon heure était venue. Désolé, je pense que cette maison me rend fou. Que disais-je ? Oh, oui. Je n’ai pas peur de… Tu sais que je mens, hein ? Je suis mort de peur. Mais je suis toujours comme ça. Je suis toujours nerveux avant d’entrer en action. Mais peur ou non, je te protégerais. Tu t’es toujours battu pour moi, hein, Wally ? Même quand nous étions à Wickford. Tu te souviens quand tu portais mes livres à l’école ? Oui, quelle protection c’était ! Et la fois ou Jim Daley m’a tiré les cheveux ? Et quand tu t’es battu, quelle sacrée raclée… il m’a mis. Je ne l’ai jamais oublié. On dirait que j’ai toujours pris des coups pour toi. Eh bien, ça en valait peut-être la peine. Cicily ! Oh, écoute, Joyce, s’il y a du bruit, ne bouge pas. Tu t’assoies ici et tu cries fort. Et que vas-tu faire ? Eh bien, je… Je vais chercher de l’aide. Ne t’inquiète pas. Pas quand tu es près de moi, Wally. Oh, vraiment ? Merci. Bonne nuit. Bonne nuit. Bonne nuit. J’ai mal au cœur de la voir ainsi. J’ai peur qu’elle devienne folle. Qui, tante Sue ? Joyce. Si jamais elle a un autre choc. Cette remarque est plutôt malvenue… au cas on vous seriez la seconde héritière. Si Cyrus n’avait pas été totalement incompétent… je serais la ère héritière. C’est quoi ? Mr Crosby ? Non, monsieur. C’est Hendricks, de l’asile. Que puis-je pour vous ? Je vous croyais parti. Je ne peux pas, madame. Mes hommes viennent me chercher en bateau. Oh, et avez-vous vu Mr Crosby ? L’homme aux cheveux gris à qui vous parliez tout à l’heure. Non, j’ai rien vu. Il a disparu. Il n’est pas allé loin, sauf s’il voulait nager. Pourriez-vous-le chercher sur la terre ? Avec plaisir, madame. Merci beaucoup. Si tu as besoin de moi, appelle. Ma chambre est à côté. Merci, Fred. Je suis bien protégée ce soir… avec tous ces hommes. Charlie vient de me dire la même chose. Il était ici ? Il arrive toujours le premier partout. Chut ! Je ne ferais pas ça, si j’étais toi. Faire quoi ? Inviter d’autres gens chez toi, ce soir. Mais non. Avez-vous lu la lettre ? Non, pas encore. Wally, entre une minute. “Ouvrez cette enveloppe ce soir, dans ma chambre”… “quand vous irez dormir.” Ne le fais pas. Pourquoi pas ? Je ne sais pas. Ma tante Minnie m’a appris… à toujours faire attention. Écoute, Mlle Lu dit que Mr Norman lui a donné ça. Mais est-ce vrai ? Mlle Lu est peut-être de mèche… avec quelqu’un qui veut te trouver ce soir… quand tu seras seule. Qui ça peut-être ? Celui dont le nom est dans l’enveloppe que Crosby avait. Celui qui hériterait… au cas où tu disparaîtrais. Wally, quelle horrible pensée. Oui, c’est vrai. J’ai la chair de poule. Même ma chair de poule a la chair de poule. Allons prendre un peu d’air frais. Il n’y a pas eu d’air frais… depuis longtemps ici. Voilà, c’est mieux. Oui. Oh, tu vas. Je peux tant que tu es ici. “À mon héritier, homme ou femme” “Comme je ne peux emmener aucuns biens avec moi” “je suis obligé de te les laisser.” “Ton heure viendra aussi.” “Dans ta brève vie” “profite des biens de ce monde, auxquels je renonce maintenant.” J’en ai la chair de poule. C’est en vers. Un peu plus gai. “Trouve le numéro sous la vigne.” “Les pierres précieuses seront tiennes alors.” “Ô amour, quel numéro rime avec le mien ?” C’est complètement idiot. Oui. Dis, Wally, c’est la clef du collier. Oui. “Quel numéro rime avec le mien ?” Ce n’est pas le . Neuf. “Sous la vigne.” Ce doit être dehors, dans le jardin. Pourquoi, dit-il “Amour”? Quel rapport avec ça ? Amour, affection, Vénus… La déesse de l’amour. Eh, il y a-t-il une statue de Vénus… quelque part ici ? Attends. Regarde ! La fontaine. Cupidon, bien sûr. L’enfant difficile de Vénus. Allons-y. Je prends ma veste. Wally. Regarde ! C’est curieux. C’est réconfortant. Viens. Par où ? Là-haut, au fond du hall. Chut ! Il y a quelqu’un dans la chambre de Mr Crosby. Peut-être Mr Crosby. Que faites-vous là ? J’attends. Qu’attend-t-elle ? Certainement de sortir de cette horrible maison. Voici l’amour. La vigne. Sous la vigne. Oui, la vigne. Il doit falloir déterrer les racines. Je ne vois pas de numéro neuf. Regarde, les boutons. Oui. Peut-être le e bouton. Où est le er ? Je l’ignore. , , , , … , , , . Une minute. Celui-ci bouge. Nous l’avons, mais qu’allons-nous faire ? Je ne sais pas. Tourne-le, tire-le. Rien ne bouge. Oncle Cyrus était gaucher. C’est important ? Non. Peut-être. Non, Je pense qu’il blaguait. Ce n’est pas ça. Eh, regarde ! Eh… Qu’y a-t-il ? Quelque chose de mou ! Je vais… Non… laisse-moi. Eh… Je parie qu’il y a un piège là-dessous. Oh, Wally ! Dis, mieux vaut le laisser là… jusqu’à demain matin ? Oh… Non, il serait mieux avec moi. Viens, partons. N’est-il pas splendide ? Splendide. Merci pour tout, Wally. Euh, si tu dors avec ça ce soir… prends une arme. Tu sais te servir d’une carabine à plomb ? Quand tu as tiré… dans le chapeau du vieux Scrooge ? Je n’ai pas tiré depuis… Savais-tu qu’il était vide ? Vide ? Comment comprends-tu ça ? Une minute, j’étais seul là-bas ! Jamais de ma vie… Oh, je commence à comprendre. Qu’y a-t-il ? Je l’ignore, juste… Je suppose, je pense… C’est quoi ?



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *