RCF Loiret

RCF Loiret, RCF Loiret direct, écouter RCF Loiret en direct

Ajoutez à Votre Site web.

Allons à la pharmacie appeler l’oncle Charlie, tu lui parleras toi-même. Tu lui demanderas. Qu’en dis-tu ? D’accord. Génial, allons-y.. Tommy et moi, on a décidé de téléphoner à l’oncle Charlie, juste pour s’assurer qu’il a envoyé le télégramme. D’accord. J’imagine que je devrais l’appeler d’abord. Bonjour Charlie, c’est Mary. Oui, je l’ai eu, comment va-t-elle ? Je vais partir maintenant, mais peux-tu parler à Tommy ? Il veut te demander quelque chose. Il est ici. Bonjour, oncle Charlie. As-tu vraiment envoyé ce télégramme à maman ? Rien, je me demandais juste. Elle est là. Bonjour Charlie. Tu lui as parlé ? Ouais. A-t-il envoyé le télégramme ? Maintenant, tu es satisfait ? Vas-tu laisser ta mère partir sans faire d’histoire ? Tu n’auras plus peur, n’est-ce pas ? Non, maman. Voilà un bon garçon. Il est encore tôt, mais je pourrais marcher pour aller au travail. Je peux partir avec l’autre autobus. Tommy a dit qu’il serait un bon garçon maintenant, Ed. Il va bien se comporter. Si tu veux ton dîner, le plat est dans le four. Merci maman. Tu restes à la maison ce soir, Tommy. Tu n’es pas très bien, et je ne veux pas m’inquiéter pour toi, pendant que ta mère est partie. Ok, Pop. Tu prendras ton petit déjeuner si je ne suis pas revenu le matin, ok ? Oui, maman. Tommy ! On se voit demain matin. Au revoir, Pop. Chers maman et Pop : Je sais que je vous ai causé beaucoup de problèmes et je suis désolé. Je vous aime tous les deux, mais je vais m’enfuir. Au revoir Tommy P.S. Ce que j’ai dit sur les Kellerson était la vérité. Qu’est-ce que tu fais ? J’ai bien fait de revenir pour voir si tu allais bien, sinon tu serais encore dans la rue. Je suis désolé, Pop. Et moi aussi, Tommy. Tu me forces à faire ce que je n’aime pas beaucoup. Si je ne devais pas aller travailler, je resterais ici moi-même pour veiller sur toi. Mais je ne peux pas le faire. Je vais donc faire en sorte que tu restes dans cette chambre. S’il te plaît, Pop, non ! Alors donne-moi une raison de croire que je peux te faire confiance. Emmène-moi à ton travail, Pop, je ne t’embêterai pas, promis. Tommy, ta mère et moi, on est très inquiets pour toi. Demain matin, première chose, on t’emmène chez un médecin voir ce qui ne va pas chez toi. J’essaierai d’avoir un rendez-vous dès que possible. Tu restes dans cette chambre jusqu’à ce que je revienne. Bonne nuit, Tommy. Alors, il est parti ? Attendons un moment pour être sûrs. h . On a attendu assez longtemps. Où est le passe ? Descends par l’escalier de secours, prends ça avec toi. Ce que j’ai dit sur les Kellerson était la vérité. Bonjour Tommy. Tu devrais rester tranquille si tu ne veux pas être blessé. Qu’est-ce que tu as, Tommy ? Tu ne m’aimes pas ? Est-ce que je t’ai déjà fait quelque chose ? Pourquoi tu racontes des histoires ? Ce ne sont pas des histoires. Oh non ? Peut-être que si tu me racontais, je pourais expliquer. Je ne veux pas que tu penses ces choses terribles. Que penses-tu que j’ai fait ? Vous savez ce que vous avez fait. Mais non. J’ignore de quoi tu parles. Allons, Tommy, soyons justes. Tu ne peux pas m’accuser sans me dire de quoi. Vous avez tué quelqu’un. Tommy, tu ne crois pas vraiment ça. J’étais sur l’escalier de secours. Je vous ai vus. Tu es sûr de ne pas l’avoir imaginé ? Non, j’ai tout vu, les ciseaux et l’homme. Tommy, si tu le crois vraiment, il n’y a qu’une chose à faire. Allez à la police, et leur en parler. Tu n’es pas déjà allé les voir, non ? Non. D’accord, voilà ce qu’on va faire. On va aller voir la police maintenant. Je ne veux pas que tu croies ça sur moi, on veut être amis. Peut-être que la police va te convaincre. Jean, Tommy et moi, on descend au poste de police. Le poste de police ? Oui, on doit éclaircir quelque chose. Mais Joe… Tu peux venir avec nous. Allez, Tom. C’est de quel côté, Tommy ? Je pense que c’est par là. Allons-y. Je serai heureux quand on aura éclairci tout ça. Je pense qu’on est assez loin. J’ai honte de toi, Tommy, tu rentres et tu te tiens bien. Holt street. Laissez-moi sortir ! Joe, on ne peut pas y retourner. On n’a pas le choix. Il fallait le faire sortir de la rue.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *