Le Mouv 91.0 FM Amiens

Le Mouv 91.0 FM Amiens, Le Mouv 91.0 FM Amiens direct, écouter Le Mouv 91.0 FM Amiens en direct

C’est triste d’apprendre qu’un mari aime sa femme. Vous êtes à la rubrique comique ? Je suis très sérieux. Combien je vous dois ? Rien. J’espère que vous le trouverez. Merci. Pas la peine de le chercher ! Quand ils sont partis, ils sont partis. Que s’est-il passé ? Elle a failli me tomber dessus. Elle a dû faire une chute des Jardins d’Orient. Qui est-ce ? Une de leurs danseuses. Tu veux un verre, Sammy ? Ça peut aider. Non, merci. Laissez-le tranquille. Je viens de l’apprendre. Je suis navré. Je ne comprends pas, inspecteur. Suzie était heureuse. Elle n’avait aucune raison de faire ça. On ne sait pas ce qui se passe dans la tête des gens. Je n’arrive pas à croire qu’elle se soit tuée. Et vous avez raison. Inspecteur Jeux C’était peut-être un cambrioleur. Elle a très bien pu le surprendre. Vous avez vérifié qu’on n’avait rien volé ? Non. Qu’attendez-vous ? On a presque fait tous ces magasins et on n’a trouvé aucune piste. Je peux regarder ? C’est pour homme. Je peux regarder ? Allez-y. C’est à Frank. D’où vient-il ? Pourquoi ? C’est à mon mari. Plus maintenant. Il l’a troqué contre un caban et une casquette. Quand ? À l’ouverture. Où est-il allé ? Je suis vendeur, pas détective. Fermez la porte en sortant. Regardez. Qui l’aurait cru ? Le voilà, comme si rien ne s’était passé. Frank ? Je vous demande pardon ? Excusez-moi. Je n’aurais jamais cru voir autant de marins. Et ils portent tous un caban et une casquette. Découragée ? Autant l’admettre. Je ne me souviens pas. Non, merci. Il reste peu de soleil sous lequel le trouver. “Si tu fouilles ta mémoire, tu sauras où me trouver.” Danny, j’y arriverai peut-être mieux seule. Je dois nourrir le chien. Il est enfermé depuis ce matin. Bien sûr. On peut se rejoindre quelque part. Venez me chercher à l’angle de Union Street. Ce n’est pas loin. D’accord. Je vous y retrouve dans une heure. On dirait que votre ombre vous a rattrapée. Êtes-vous aussi fatiguée que moi ? Pardon ? Inutile de payer deux taxis. Partageons la course. Au moins, vous aurez quelqu’un à qui parler. En bonne contribuable, je vous remercie. Bonjour, Rembrandt. J’arrive tout de suite. Bonjour. Encore vous ? Comment êtes-vous entré ? Je vous dérange ? Non. Faites comme chez vous. J’adore être traquée par la police. Où est la lettre ? Ne faites pas semblant. La lettre que votre ami est allé chercher ce matin. On ne peut rien vous cacher, sauf où sont Frank et l’assassin. Retournez chez vous en prison et laissez-moi. Non. La fête est finie. L’enquête est au point mort et vous êtes en vie. Je ne vous lâche plus. C’est bien ma veine. Je suis flapie. Je vous crois. Vous avez beaucoup marché. Mes hommes sont flapis aussi. Ayez un peu pitié. Vous comprenez cette lettre ? C’est crypté. Pas encore. Mais j’y travaille. On dirait que ce type est amoureux. Vous trouvez ? Oui. “Je serai au grand jour, “sous le soleil, comme ce jour où je t’ai perdue la première fois.” Vous avez une sacrée responsabilité. Ça ne vous dit rien ? J’aimerais bien. Au moins, il n’a pas ses ampoules. Ne vous en faites pas. Je le trouverai. Et je serai à vos côtés quand ça arrivera. Où vous irez, j’irai. Vous me suivrez aussi si je sors mon chien ? Je l’ai déjà sorti. Et j’ai un homme devant, un derrière et un sur le toit. Très bien. Je reste là. Moi aussi. J’attendrai qu’il vienne à vous ou que vous n’en puissiez plus et alliez à lui. Écoutez, M. Ferris. Vous n’avez peut-être pas tort. J’ai appris beaucoup de choses sur Frank. En un jour plus qu’en quatre ans ? C’est moi qui me suis égarée. Tout est en partie ma faute. Je suis une mauvaise épouse. C’est un sacré aveu de votre part. Laissez-moi une chance de le voir seule et de lui donner ses ampoules. À lui de décider s’il veut témoigner. Mais ce doit être son choix. Je ne l’influencerai pas, j’approuverai sa décision. Mais laissez-moi le voir seule. J’aimerais vous aider. Mais je suis flic. Si Frank continue de fuir, je n’aurai aucun témoin. Il a faim. Vous auriez pu le nourrir. Il ne sait pas ouvrir une boîte. Je peux téléphoner ? Ici Ferris. Du nouveau ? Continuez, je veux des résultats. On chauffe. Shaw est là ? Passez-le-moi. Désolée, Rembrandt. Je n’ai pas de meilleure idée. M. Ferris ! Rembrandt m’inquiète. Il ne veut pas manger. C’est étrange. Sa truffe est chaude. Je l’emmène chez le vétérinaire. Je l’emmène. J’aime bien les chiens. Merci. Mettez vos chaussures. Sa température est normale. Il va bien. Mais il ne mange pas. Il n’a peut-être pas faim. Je devrais vous le laisser quelques jours en observation. Je peux voir le jardin ? C’est par là, au bout du couloir. Et docteur, essayez de lui faire avaler quelque chose. Docteur, vous devez l’examiner. Je ne suis pas docteur, je viens me faire soigner. Pardonnez-moi ? Votre femme veut me le laisser. Ce n’est pas ma femme. Ferris était là. Il est au courant pour la lettre. Ça ne me surprend pas. Je m’en doutais. J’ai réfléchi. Pourquoi l’envoyer chez Hart and Winston ? Pour échapper à la police. Pourquoi pas à Sammy ? Ou à n’importe qui d’autre ? Pourquoi à Maibus ? Il y aurait une raison précise ? Oui. J’ai dû négliger un détail. Chauffeur, chez Hart and Winston. Lasse, amère, cynique. Fraîche, ardente, pleine d’espoir. Les deux Eleanor. Je me souviens ! À la plage, à Carmel, peu après notre mariage, Frank a fait une sirène de sable. C’était moi. Une vague l’a emportée et il a dit “Je t’ai perdue.” J’ai répondu “Tu ne me perdras jamais.” C’est de ça qu’il parlait et non d’une dispute. Vous savez où le trouver ? Je vous y conduis. Ferris veut vous voir. Pourquoi ? Il veut vous voir. Où ? Plus tard. Morgue Stationnement interdit Je suis navré de vous demander ça. Cet homme a été retrouvé au fond d’une impasse. On l’a roué de coups. Il ne portait pas de pardessus, mais une casquette et un caban. D’après mes souvenirs, ce pourrait être Frank. Mais j’ai un doute. Je dois vous demander de l’identifier. Laissez-la seule. C’en est fini de l’affaire Freeman. Deux témoins. Deux cadavres. Ainsi va la vie. Rien de ce que je dirais ne vous soulagerait. Danny. Ce n’était pas Frank. Je l’ai cru un instant et des pensées troublantes m’ont envahie. Pourquoi ai-je résisté ? Pourquoi



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *