Radio Albigés 95.4 FM Albi

Radio Albigés 95.4 FM Albi, Radio Albigés 95.4 FM Albi direct, écouter Radio Albigés 95.4 FM Albi en direct

j’ai dit à ta mère pour la première fois Radio que Radio “Que” quoi ? “Que quoi”, malin ? Hein ? Bon. On choisit ? Allez. S’il vous plaît Radio S’il vous plaît Radio Monsieur ? Ah oui. D’accord. Salade de gésiers, pour commencer. Et après, une côte de boeuf avec pommes sarladaises Radio La côte de boeuf est pour deux. Ben, tant mieux. Je vais prendre les légumes à la vapeur avec des endives. On n’est pas à l’hôpital. On est au restaurant. Excusez-moi, mais nous n’avons plus d’endives. C’est dommage. Quoi ? Il y a un problème ? Il y a quelque chose sous la table. C’est peut-être des endives. C’est quoi, ça ? Je peux ? Ben oui ! Je l’ai choisi tout seul. Il fait tout, ce truc-là. Calculette, photos Radio Il fait même téléphone. T’as qu’à voir. Merci, papa. Ben Radio Je peux te poser une question ? Quoi ? Pourquoi on n’a pas de photo de maman, à la maison ? Ça fait ans que je la vois partout. Pas besoin de photo. Elle me manque, tu sais. Elle était belle. C’est pas qu’elle était belle, ta mère. C’est que c’était la seule. Ça fait longtemps qu’on n’a pas joué à Radio chat gifle ! C’est dégueulasse ! Y a rien de dégueulasse. Là, je suis maison. Ah bon ? Comment ça ? Tiens. Vas-y, chope-moi. Vas-y. Cavale, mon pote. Il a des cannes, ton père, encore, hein ? Pourquoi vous m’avez fait venir ici ? Pour vous rendre ce qui vous appartient. Pourquoi ? D’après vous ? Jo, pourquoi vous êtes fâchés, avec le Boulon ? Il y a ans, j’ai dit qu’il s’était échappé de la bagarre. Tu te souviens, quand on a joué à Toulon ? Un peu, oui. Il l’a jamais admis. Il dit qu’il s’est jamais échappé. Et il a claqué la porte du club-house. Vous vous parlez plus pour ça ? Voilà. Donc t’es tombé sur plus con que toi. T’es tombé sur plus con que toi. Je me rappelle, il s’était arraché, à Toulon, cet enfoiré. Bon. Allez. À Doumiac ! Regarde-les-moi. À la victoire de qui on boira ? Castelroc ! Regarde-moi ces têtes de frangipanes. Oh, ma Colette ! Excusez-moi. Colette, la directrice de l’école ? Ça, c’est le pompon, Jo. T’as rien à me cacher, toi ? L’autre jour, j’étendais du linge, et je sors de la panière une petite culotte. Elle est pas à moi, pas à Tom, et encore moins au Chinois. Je te jure, c’est pas la mienne. Mme Quentin ! “Bonjour, Mme Quentin.” “Merci, Mme Quentin.” À un moment donné, forcément, Mme Quentin oublie sa culotte dans la panière. À un moment donné Radio Voyou, va. C’est lui, qui casse tout, quand il a bu ? Il faut pas que la Nouvelle-Zélande soit en guerre. Va leur donner une petite leçon de danse. Pourquoi moi ? Il te fait peur, Jo ? Non. Demande aux garçons. Tu te sentiras plus fort. Hé, les gars ! Avec moi. Jo, vous pourriez vous écarter ? On aimerait danser, aussi. T’as une poussée d’hormones ? Fais pas le malin. Tu me fais pas peur. Cette cravate-là, c’est celle d’une tapette ou d’un cow-boy. Et t’es pas venu à cheval. Moi, une “tapette” ? T’es un gros con, Albert. J’espère que Doumiac va gagner. Excuse-moi, Jo. Tu veux quoi, la Piste aux étoiles ? Tu as traité Jo de “tapette” ? Oui. Alors écoute-moi. Répète-le une seule fois, et tu vas voir ce que c’est, le taquet du Boulon. Laisse tomber, le Boulon. On va régler ça tout seuls. Le Boulon, ce soir, il va pas s’échapper. Il s’est jamais échappé. Ça va, Boulon. La vache ! Ça, c’est du taquet. Il fallait pas le réveiller. Maintenant, il faut y aller. Ça fait heures qu’il est assis là. Il est pas bien. Tu t’es encore battu ? Ce coup-ci, c’est pas ma faute. Papa Radio Oui ? Je jouerai pas, cet après-midi. J’ai fait un cauchemar. Je ratais tout, j’étais nul. Je ne serai pas à la hauteur de ce que t’attends. Tom Radio Tu sais Radio Un jour, j’ai eu un coup de téléphone à la maison, de l’entraîneur de l’équipe de France. J’avais à peine ans. Angleterre-France. Un truc énorme. re sélection. Tous les Canavaro étaient là. Seulement Radio la veille du match, j’ai pas pu dormir. Pas une seconde. Un vrai cauchemar. Le matin, j’étais épuisé. Et j’ai tellement eu la trouille de paraître ridicule Radio Oui. Ton père, il a eu la trouille. J’ai prétexté une blessure, en me disant que je serais mieux la prochaine fois. Mais Radio il n’y en a jamais eu. Quoi qu’il arrive Radio j’ai passé mois formidables avec toi. Et je t’aime, mon fils. Rico Radio t’es le patron. Tu les emmènes. Ils comptent sur toi, nous aussi. D’accord ? On est venus pour Tom. Comme il est pas là, on est tristes. On va tout faire pour gagner. Merci. Ouais ! Voilà. points. C’est bien, Tom ! Doumiac ! Doumiac ! C’est bien. C’est bien. Très bien. C’est bien, mon grand ! On se replace. Vite, vite. On se replace. Allez, allez. Pompon, tu nous soûles. On y croit un peu ou quoi ? C’est pas possible. Regarde-les. Ils rigolent moins. Allez, les gars. On y retourne. Allez, allez. Hors jeu. Attends. Hé ! Oh ! C’est quoi, ce guindoule, là ? C’est quoi, ça ? Guindoule ! “Goundoule” ! Non. “Guine.” “Guindoule.” ! Hors-jeu bleu. Mi-temps. Castel ! Castelroc ! Castel ! Castelroc ! Ça, ça fait plaisir. Dis un truc, . Resserrez-vous, les minots. On perd, mais on joue bien. Et pourquoi ? Parce qu’on s’aime. Tu m’as éclaté. Battez-vous jusqu’au bout. Faites-vous plaisir. Il reste une mi-temps, alors je veux du Doumiac ! Allez, Doumiac ! Doumiac ! Doumiac ! Doumiac ! Allez, enchaînement ! Allez, allez. Allez. Il y a un avantage. Oh, . Allez ! Le trou. Allez ! Passe. C’est bon. Ouais ! Voilà. Ça, c’est bien. Voilà. C’est bien. Doumiac ! Doumiac ! Doumiac ! Doumiac ! Doumiac ! Doumiac ! Tu vas rentrer. Merci, coach. Je vais tout casser. Mais pas le stade. Il va mettre jours pour arriver au milieu. Allez, Bouboule ! Allez, Bouboule. C’est bien. Allez, Bouboule ! Va au bout, Bouboule ! Ouais ! Bouboule ! Bouboule ! Calme-toi. On l’a eu, là. Il est beau, ce match. C’est bien. C’est bien. Fais-nous la même. Elle est pour toi, celle-là. Le courage vient en osant, Tom. T’as peur ? T’as peur. T’as peur ? C’est bon, les mecs ! Merci, Titi. , je veux plus vous voir. C’est fini. Je t’ai laissé tous les numéros de la famille à Jonah Radio et tous les autres. Si t’as le moindre problème, tu m’appelles. Bon. À un moment donné, il faut y aller. Voilà. Alors, le billet



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *