Chérie FM Péronne 96.7 FM Peronne

Chérie FM Péronne 96.7 FM Peronne, Chérie FM Péronne 96.7 FM Peronne direct, écouter Chérie FM Péronne 96.7 FM Peronne en direct

Tu peux pas continuer. Le projet est intéressant, mais Millard ne suit pas. C’est comme ça. Merci. Alors, qu’est-ce qui s’est passé ? Je sais pas. Tu dois savoir, sinon il y a un problème. Tu papillonnes, sur le court. Résultat t’as pris une branlée. Il était plus fort. Si tu veux aller à Roland-Garros, il va falloir changer d’approche. Je crois que t’es incapable de faire plus. T’as pas faim. Si t’étais un compétiteur, tu supporterais pas la défaite. C’est pas vrai. Qu’est-ce qui est pas vrai ? C’est pas vrai que je m’en fous, de perdre. Prouve-le-moi, alors. Papa ? J’arrive. Papa ? Papa, ho ! Papa. Papa Radio Qu’est-ce qu’il y a ? Tu dormais. C’est fait exprès. Sylvie est là. Elle veut te parler. Quoi ? Elle est là, en bas ? Oui. Tu fais chier, Ugo. Il y a ta mère qui a appelé. Et alors, qu’est-ce qu’elle a dit ? Rien, des conneries. Cette fois, tu la rappelles. Excusez-moi, je travaillais. C’est moi qui m’excuse. J’arrive sans prévenir. Aucun problème. Vous voulez un verre d’eau ? Non, ça va. Merci. J’ai soif. En fait, je passais juste pour vous dire que, dans jours, Ugo va disputer son premier match, et il a besoin d’un certificat médical. Il est en pleine forme. Pourquoi voir un médecin ? Oui. Mais le juge-arbitre, il laissera pas passer. Je peux m’en charger. Non, c’est bon. Je vais le faire. Ugo m’a un peu raconté la situation ici Radio Tout va bien. Demain, je m’en occupe. J’avais dit que je l’emmènerais. Ça m’est juste sorti de la tête. Je compte sur vous, alors. Oui. Au revoir. Au revoir. Il y a quelqu’un. Salut. Salut, Gerets. Entre. Tu fais le mort. J’ai laissé au moins messages. J’aurais mieux fait de faire du foot. J’aurais eu du pognon. T’arrives à un stade où t’as plus rien, alors ta femme, elle choisit d’aller voir le plus offrant. Normal. Et toi, tu l’as sûrement mérité, en plus. J’arrive pas à identifier le moment où j’ai merdé. C’est ça, aussi, qui est difficile. Ça finira par sourire. Il faut laisser le temps. Et toi, ton truc, c’est le tennis ? Ouais. J’ai tout fait pour elle. Et j’aurais fait tout encore. Mais non. On te laisse crever comme ça, dans le caniveau. Même avec le temps, j’arrive pas à comprendre que quelqu’un qui fait partie de ta vie puisse faire ça. C’est pire que si elle mourait, parce que, si elle meurt, tu peux t’en prendre à personne. C’est la fatalité. Mais là, t’as l’absence, et en plus, t’as la douleur de l’abandon, parce que c’est elle qui a fait le choix de partir. J’arrive pas à Radio J’arrive pas à comprendre. Si ça se trouve, elle va revenir. Oui, je sais. Ce qui me dégoûte le plus, c’est d’imaginer qu’elle couche avec Darbois. Non ? Tu crois pas ? Je sais pas. C’est sûr qu’elle couche avec lui. Tu lui demanderas. Tu devrais peut-être aller te coucher, bonhomme, hein ? Bonne nuit. Allez, debout, camarade ! Holà ! Allez, debout ! Debout. Allez, debout ! On se lève. On va faire un tour. J’ai ans Je vais à l’école et j’entends De belles paroles, doucement Moi, je rigole, cerf-volant Je rêve, je vole Si tu me crois pas, hé T’ar ta gueule à la récré Le mercredi, je m’balade Une paille dans ma limonade Je vais embêter les quilles à la vanille Et les gars En chocolat C’est un pot belge, ton truc. T’as vu ce qu’il est bien. J’ai fait simple. C’est quoi, un pot belge ? Tu dis ? C’est quoi, un pot belge ? C’est un cocktail pour booster les cyclistes, un truc avec des médocs. J’ai ans Laissez-moi rêver que j’ai ans Si tu me crois pas, hé T’ar voir ta gueule à la récré Tiens, prends le pot de peinture. Tiens. Vas-y, on va s’amuser. Vas-y, magne-toi. Qu’est-ce que je dois faire ? Tu fais un tag. J’ai pas envie. Si, c’est pour faire chier Darbois. Il s’en fout, Darbois. Non, il s’en fout pas. Vas-y. Fais-le toi-même. Mais tu veux que je passe à travers ? Vas-y, qu’on se marre un peu ! Pas ça. Fais un vrai tag ! J’ai pas d’idée. Mais c’est pas difficile. Amuse-toi. Fais une bite. Dessine une bite ou des couilles. Et des poils. Mets des poils. Tu vois, on s’amuse. Imagine sa gueule, quand il va voir une bite sur ses vitres qui respirent Radio Chéri Radio Salut, maman. T’as dormi ici ? Je suis venue te faire une visite. On parlait de toi. Ah bon ? On parlait de tes vacances. À l’agence, ils ont ouvert un chantier dans un village près de Naples. Du coup, certains en profitent pour y aller en vacances. On irait les mois de vacances. ” mois”, sûrement pas. On ira à Pompéi. Tu sais ce que c’est, Pompéi ? Il en a rien à foutre, de Pompéi. Je parle à Ugo, là. Ugo, il veut rester ici. Je vais pas me retrouver seul comme un con. Alors ? Ça dépend du tennis. Tu pourrais venir après les matchs. Je reviendrai te chercher. C’est beau, l’Italie, tu sais. Papa viendra avec nous ? Non, merci. Je mange pas de ce pain-là. Quoi ? On n’est pas obligés de se parler comme ça. Jeu, Sauvage. Sauvage mène par jeux à . Première manche. Oui, Gerets ? Tu t’es perdu ? J’arrive. T’as oublié ? Mais non. Je suis dans la zone industrielle. Je suis là dans minutes. OK. J’y suis, là. J’y suis. À tout de suite. D’après Gerets, vous êtes un homme de terrain à l’ancienne. On peut dire ça, oui. Il se passe toujours quelque chose.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *