Durance FM 87.8 FM

Durance FM 87.8 FM, Durance FM 87.8 FM direct, écouter Durance FM 87.8 FM en direct

utiliser un avion téléguidé. Le soccer et le baseball jeux Il faut s’entraîner deux mois au baseball avant de pouvoir lancer? Puis Jean-Louis a eu une idée vraiment farfelue. Il n’a même pas terminé sa phrase. «Pourquoi pas un arc et une flèche?» On a perforé un minuscule trou au bout de la flèche, et on y a attaché du fil de pêche. Il fallait que Jean-Louis tire la flèche d’une tour à l’autre. Chaque fois qu’on essayait jeux ça ne fonctionnait pas. Elle est inutilisable. Fais-en une autre. On a fini par concevoir une bobine de forme conique pour que le fil se déroule et voyage librement dans les airs. Parfait, c’est ça! Enfant, j’aimais grimper partout. C’est au psy d’expliquer pourquoi. Peut-être voulais-je fuir mon époque. Peut-être voulais-je voir le monde sous un autre angle. Je suis un explorateur dans l’âme. Qui sait et qui s’en préoccupe? J’étais un petit grimpeur. Personne ni mes parents ni mes professeurs ne pouvait m’en empêcher. J’ai entendu parler des funambules. On me les a décrits en hommes et femmes magnifiques qui marchaient sur l’air. J’ai pensé : Ce n’est rien. Avec mes fils, je fais ça. Mark disait : «Si quelqu’un ouvre la porte de l’escalier et voit un homme sérieux transporter de l’équipement lourd, il se dira que ça n’a pas de sens.» On peut être découverts par n’importe qui dans les escaliers. Il nous faut un déguisement entre l’ouvrier et l’employé de bureau. Ça, ça va. Ça aussi, mais pas ça. Longtemps avant Barry, Annie cherchait à être invitée à New York. Elle recourait à la tendresse, au chantage, aux menaces, aux insultes et aux larmes. J’ai besoin d’un détachement total, d’une liberté absolue. Je dois être comme un naufragé sur l’île déserte de mes rêves. mai Philippe et moi sommes allés à New York. Je me souviens d’avoir regardé par le hublot de l’avion et d’avoir vu les tours au loin. On avait parcouru tout ce chemin pour ces tours. Metropolis est le magazine français d’urbanisme le plus populaire. On prépare un reportage sur les ouvriers qui construisent le World Trade Center à New York. Notre journaliste chevronné, Philippe Petit, sollicite votre coopération pour cet article. Il s’est présenté comme journaliste français. Guy Tozzoli Président de la WTC Association Ce n’était pas dans mes habitudes de vérifier les identités. Il préparait un reportage sur le World Trade Center pour un magazine français. Deux photographes l’accompagnaient. Selon moi, c’était de la bonne pub. Faites-vous confiance à l’édifice? Est-il sécuritaire? Pourrait-il s’effondrer? Oui. Non, c’est sécuritaire. Il y avait un Australien aux cheveux longs et un Français lunatique qui parlait très mal anglais. On prétendait être journalistes. Jim Moore jouait notre caméraman. C’était intéressant. On s’était inventé des rôles et on les bernait. C’était merveilleux. Si la météo change pendant que vous travaillez, devez-vous arrêter? Si on travaille sur le toit et que la météo devient mauvaise, on doit terminer notre journée. Il vous arrive de travailler dans de mauvaises conditions? Oui. Ça vous fait peur? Pas vraiment. Jim faisait semblant de photographier un ouvrier. En déposant l’appareil, il photographiait un pylône ou un point d’ancrage. Les coins des tours n’étaient pas face à face. Ils étaient de travers. Ça me causait problème. Je ne savais pas où mettre mon fil. En principe, c’est un câble placé entre deux toits. J’ai décidé d’attacher le câble à la poutre qui me semblait la plus solide du toit. Puis je vais fixer le fil, ici, sur la tour sud. Un très long câble, entre deux édifices, ça oscille, ça bouge de haut en bas. Il y a aussi une torsion du câble, un mouvement quasi invisible. On a donc conçu jeux jeux ce qu’on appelle un cavaletti en sport équestre. C’est un hauban. C’est perpendiculaire à l’axe du câble et bien ancré au sol. Même en obtenant la permission, le hauban n’atteindrait pas le sol. En plus, il m’en fallait deux. Et de un, et de deux. Ils n’atteindront pas le sol. Il faut donc opter pour des ancrages asymétriques, comme ceci. Voici la première attache. Chaque cavaletti a deux côtés. Un court et un long. C’était ce qui convenait le mieux à la situation. Je devais me préparer pour le coup. On va le faire! mai J’arrive le samedi et le coup est prévu pour lundi. Il est plus que prêt pour le coup. Mais le coup n’est pas prêt, et c’est ce qui me frustre. Il fallait agir vite et on n’avait rien. Jean-Louis veut savoir. «As-tu fait ce que je t’ai dit? Qu’en est-il du gardien?» Je n’arrive pas à le convaincre. Il dit que je manque de préparation, alors qu’au contraire, je crois que je suis très bien préparé. Plus les jours passaient, plus je réalisais jeux jeux que tout ce projet était une entreprise très ambitieuse. Il faut tout assembler. On n’est pas prêts. On pose les vis jeux Je ne doutais pas du talent de Philippe, de ses prouesses. Ce sont les impondérables qui m’inquiétaient. La société américaine est plutôt litigieuse. Homicide involontaire, suicide assisté jeux Puis on met tout par terre. D’accord. Je ne voulais pas être responsable de la mort d’un ami. C’était évident qu’on n’était pas prêts. Tout le monde le voyait, sauf Philippe jeux À ce moment-là, j’ai abandonné. Bien sûr, sans l’Australien, c’est la débâcle totale. Je lui ai dit : «Qu’en penses-tu, Philippe? «On est le mai, on est supposés faire le coup aujourd’hui. Peut-on le faire comme ça?» Il a dit : «Non.» Il a dit : «C’est évident que c’est impossible.» J’ai dit : «Ce n’est pas impossible. C’est possible, on est près du but.» Si on veut quelque chose, il n’y a rien d’impossible. On se répétait sans cesse : «On va revenir.» On se prépare, et on le fait. Je l’ai vu dans le hall et il n’avait rien à faire là. Comme quelqu’un qui jeux C’était une drôle de juxtaposition. C’était très étrange. «Philippe, c’est super de te voir!» Il s’appelle Barry et m’a vu jongler dans une rue à Paris. Il m’a parlé de ses exploits de funambule. J’ai dit quelque chose comme: «Si tu penses traverser le World Trade Center, oublie ça.» Mais il réussit toujours à nous entraîner dans son monde. Je n’étais pas du genre complètement réfractaire jeux



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *