Skyrock 106.1 FM

Skyrock 106.1 FM, Skyrock 106.1 FM direct, écouter Skyrock 106.1 FM en direct

séparons, je ne pourrais pas vous protéger. Il n’est pas après vous. Foutez le camp d’ici. Aller ! Aller ! Will ! Merde ! Personne ici. Ils ont du aller dans les bois. Donc, si vous voulez radio J’irais de l’autre coté et vous pouvez aller ici. OK. Ouais ? D’accord. Merde. Oh mon Dieu. Vraiment ? C’est sympa. J’aime ça. Je pourrais m’y habituer. Je suis Tom. Helen. Désolé que vous ayez été mêlé à tout ça. Eh bien, celui-ci est amusant. C’est votre mari ? Ouais. Un bon gars ? Je le pense. Vous avez du café ? Qu’est-ce que tu fais ici toute seule, alors ? La paix et la tranquillité. Je comprends ça. Moi je suis un garçon de la ville. putains d’années, cela finit par vous user, je vous dis. C’est devenu tellement civilisé. Savez-vous ce que je veux dire ? Je vous remercie. Est-ce que tu l’aimais ? Combien de temps étiez-vous ensemble ? ans. Une vie. Pas assez. Il va mourir ce soir. Will va mourir ce soir. Nous allons tous mourir, mais il va mourir ce soir. Ce qui est drôle. Vous ne croyez pas ? Je veux dire radio vous vous levez le matin, vous traversez la journée, puis radio tout est fini. Tu meurs. Il n’est pas du tout comme moi, vous savez. J’étais fier de ça. Et il a toujours été un peu timide. Tu sais ? Un peu peureux. Il était doux, vraiment. Il a toujours cru ce que les gens disait, vous savez. C’était un radio C’était un garçon littéral. Un garçon simple. Il a fait du travail partout dans Calgary. Un peu de toiture. Un peu de maçonnerie. Hé, mademoiselle. Hé, je ne vais pas le trouver par moi-même, n’est-ce pas ? J’ai besoin d’aide là-dehors. Je veux dire, c’est assez radio Ouais, il est probablement en train de venir me rencontrer de toute façon. Les gens passent leur vie en la tenant pour acquise, vous ne pensez pas ? Je veux dire que radio tout va bien se passer et vous ne pouvez tomber si loin et quelqu’un sera là pour vous attraper. Je n’ai jamais eu ce luxe. Je savais qu’il était possible de tomber et continuer à tomber. Des gens comme vous et moi, nous ne pouvons pas se permettre de faire une seule erreur. Non. C’est vrai ça. Ouais. Exact ? Oh mon Dieu. Vous savez, j’ai toujours voulu être père radio ce qui est putain radio ridicule quand j’y pense. Donc, j’attendais avec impatience. Et j’aimais Will. Je l’aimais comme s’il était à moi, vous savez ? Je l’ai accueilli quand il avait quoi ? ans ? ans. Et je l’ai élevé. Je pensais que ce serait bon pour Chris, d’avoir un frère plus âgé. Comme, quelqu’un pour admirer. Une bonne influence. Vous savez, il était un petit con coléreux radio tu sais. Mais je l’aimais. Et radio J’ai adoré sa mère. Et puis quand elle est morte il n’avait personne d’autre donc je l’ai accueilli et élevé. Il est un peu comme moi, vraiment. Dur comme une pierre. Mais radio il était censé prendre soin de mon Chris. Et savez-vous ce qu’il a fait ? Savez-vous ce qu’il a fait au lieu de ça ? Il l’a tué. Et je m’en fous de ce que vous a dit Will, tout un tas de conneries parce que mon Chris radio n’aurait jamais, jamais radio mit ses mains sur une femme. J’en ai assez de ça. Oh mon radio Oh mon Dieu. Comment vas-tu, Will ? J’ai été mieux. Viens ici. Donne-moi un câlin. Je suis désolé, papa. Je suis désolé. Désolé pour ça. Hé mon amour. Tu ne vas pas croire ce qui vient de se passer. Peu importe radio je t’aime. Rappelle-moi. Le ciel est magnifique. On dirait qu’il va pleuvoir. Vous auriez dû venir avec moi. Salut, Helen. Table pour deux ? Non, c’est juste moi. Café pour aller, s’il vous plaît. Génial. Je vous remercie. Hé. Il fait beau ? Oui. Très beau. Oui, il y a du soleil, c’est donc agréable. Parfait. Tu vas me manquer. Où iras-tu ? Je ne sais pas. Loin, je suppose. Loin sonne bien. Et toi ? Retour à Toronto. Retour au travail. Retour à la vie, je suppose. Je m’appelle Sylvie, je suis toxico. Je n’ai rien pris depuis deux ans. J’espère continuer ainsi, car je me suis battue pour ça. Chaque jour, encore aujourd’hui. Ma mère radio m’a toujours dit que dans la vie, on peut faire ce qu’on veut, quand on le veut vraiment. Quelle connerie. Et elle le sait très bien. Elle a passé sa vie derrière la caisse du Cora. Debout. J’ai toujours voulu être Madonna. Encore aujourd’hui. On ne choisit pas toujours. Le temps qu’il fera, les mecs pour qui tu craques radio On peut se faire renverser et se retrouver en chaise roulante. On ne le choisit pas. Toute la journée au lit à chialer. On essaie de s’en sortir, jour après jour. Je l’ai fait, car ce choix-là, je l’avais. Vous l’avez tous. Car je ne suis plus accro. Sans vous, je n’y serais pas arrivée. Je vous suis reconnaissante. Voilà. Bonnes heures à tous. Merci, Sylvie. Merci. Téléphone. Ta mère. Ta mère, au téléphone. Maman, je travaille. T’es pas transparent. Quand ? OK. Je te rappelle, t’inquiète pas. Oui, d’accord. Au revoir. Je peux voir ? Joli. Chic, hein ? Ça va, chérie ? Et toi ? Ça va. Bonjour Daisy. Tu peux mettre le chauffage ? Tout de suite. T’as été sage ? Trop sage radio Comment est-ce possible ? Comme ça radio Je me ridiculise avec un chien pareil. Et toi, t’es un pitbull ? Pas un chihuahua, en tout cas. T’entends ça ? Il est pas gentil, Dave radio Qu’est-ce qu’il y a ? Ça a été approuvé. Vraiment ? C’est une bonne nouvelle. Quand ? Il sort samedi à heures. Ça ira. Et alors, De Swaef ? On n’est pas à deux minutes près. Ça va ? Ça va ? Oui. J’arrive ! La voilà, la fleur de Berchem ! C’est quoi, ça ? Attention. Bonjour, maman. J’ai déjà un sapin, Kenny. En plastique. Patrick est venu pour le chauffe-eau ? Ce matin. Pousse, Dave ! Enlevez vos chaussures. Celui en plastique était parfait. Dave, tes chaussures. Un sapin en plastique c’est un Noël en plastique. Qui va ramasser les aiguilles ? Pas moi. Je le ferai. Maman, t’as des Cha-Cha ? Des Bounty, dans la cuisine. Ici, maman ? T’as jamais vu un balai ? Faut mettre des boules. Maman radio Tu me fais pas un bisou ? Mon garçon radio Viens là. Il est jaloux. On est à nouveau réunis. C’est bon. Un café ? Qu’est-ce que j’aimerais être à nouveau gamin. Jouer au foot sur la place puis rentrer sale à la maison pour manger des gâteaux. Aucun souci. Et les weekends dans les Ardennes



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *