Radio La Voix de l’Armagnac 100.7 FM

Radio La Voix de l’Armagnac 100.7 FM, Radio La Voix de l’Armagnac 100.7 FM direct, écouter Radio La Voix de l’Armagnac 100.7 FM en direct

un holocauste mondial, pour utiliser une métaphore. Que se passera-t-il dans les montagnes ? Vous êtes un vrai défenseur des montagnes radio Ça a marché ? J’ai trouvé une entreprise. J’appellerai mon père demain. euros ? Oui. Je vais me coucher. Je viens tout de suite. Tu peux m’aider ? Pour quoi ? J’ai besoin d’aller radio Je veux dire au patron que je fais une inspection avec toi. Je n’ai pas le temps. Allez, je t’ai déjà aidé. Où veux-tu aller ? Je dois visiter des entreprises qui ferment à h. Quelles entreprises ? Je ne peux pas te le dire. Allez, je t’ai aidé quand tu en avais besoin pour ta nièce. Ok. Bonjour chef. Salut, Costi. Je dois aller au , rue Moise Nicoara. On a reçu une plainte de l’association des résidents disant qu’un propriétaire a construit sur des terres publiques. A-t-il l’autorisation ? C’est ce qu’il dit. Mais l’association dit que c’est illégal. Ok. Va jeter un coup d’œil. Avec qui y vas tu ? Avec Liliana. Ok. Au revoir. On y va ? Tu as bien réfléchi ? Ouais. Allons-y ! Vous partez ? Oui. Vous reviendrez ? Non. Tournez à droite. La prochaine, tourner à gauche. Bonjour ! Bonjour. Vous cherchez quelqu’un ? J’ai besoin d’un détecteur de métal. Une bombe non explosée ? Non. Une maison d’un ami dans la campagne. Il dit que son arrière grand-père a enterré un trésor. Qu’y a-t-il ? Ce monsieur a besoin d’un détecteur. Bonjour. Bonjour. Entrez. Par ici. Quelle est la surface ? Je ne sais pas. C’est très important. Le prix dépend de la surface. Je peux appeler ? Allez-y. Salut. Quelle est la taille du jardin ? Oui, à la campagne. Très bien, merci. Je te rappellerai. Au revoir. Ça fait environ m². Et où est-ce ? Je ne sais pas. Ce n’est pas à Bucarest ? Pas très loin radio Attendez, je vais rappeler. Ne vous embêtez pas. Le prix est de € par mètre, ça fait donc € plus la TVA. Plus le prix de l’essence pour celui qui vient avec vous. Et quand pouvez-vous venir ? Quand vous voulez. Dès que le contrat est signé et le paiement effectué. Donc je dois payer d’abord ? Évidemment. Le prix est négociable ? Non. Pouvez-vous venir le week-end ? Les week-ends sont parfaits. Nous avons un grand projet en ce moment. Je reviens avec l’argent et on arrange ça. Je peux prendre votre numéro ? Bien sûr. Vous savez, si vous trouvez des pièces anciennes, vous devez les signaler à la police. Ah bon ? Bien sûr. Elles doivent être examinées, et si elles sont considérées comme faisant partie du patrimoine national, elles restent la propriété de l’Etat. Je ne savais pas. Ce n’est pas une plaisanterie. Vous devez le signaler. Si la police vous prend, ils vous enverront en prison. Et si ce ne sont pas des pièces ? Peu importe ce que c’est. Même de la vaisselle. Tout ce que vous trouvez doit être signalé. La police appelle quelqu’un du musée le plus proche pour inspecter ce que vous avez trouvé, et s’ils jugent que ça appartient au patrimoine national, ils vous donnent % de la valeur totale. Ils donnent % ? C’est ça. Et si ça n’a pas de valeur historique ? Alors, ils redonnent tout. Mais je pense que tout ce qui date d’avant la nde Guerre a une valeur historique. Je n’en suis pas sûr, mais ce sont de tel abrutis qu’ils ne laissent pas grand-chose. OK. Quand vous serez décidé, et que vous avez l’argent, appelez-moi. Je suis Cornel. Costi. Je peux venir avec vous, si vous voulez. Pour seulement €, plus l’argent pour le gasoil. Merci. Mais je ne peux venir que le week-end. Il n’y a personne ici, je peux prendre l’équipement nécessaire. Je vois. Merci. Voici ma carte. Attention avec les cartes. Elles se ressemblent toutes. Je suis Cornel. Cornel, entendu. C’est dommage que vous ayez appelé mon patron. Ne vous inquiétez pas pour la police si vous êtes avec moi. Je scrute les lieux, repère les endroits intéressants, et je pars. On ne s’appelle pas et on ne se connaît pas. Si vous trouvez quelque chose, c’est votre affaire. Merci. Laissez-moi réfléchir et je vous appelle. Bonjour. Bonjour. Ton père est là ? Oui. Entrez, je vous en prie. Ils ont dit que, si on trouvait quelque chose, on devait le signaler à la police. Et l’Etat nous donne % de sa valeur. Non, si on y va et qu’on trouve quelque chose, on le met dans la voiture, on va à Bucarest et on vend l’or aux gitans. Ils le fondront et personne ne saura qu’il provient de pièces. Si on ne le signale pas, je ne viens pas. D’accord, on le signalera. J’ai trouvé quelqu’un. Il ne peut le faire que le week-end. Samedi serait parfait. Combien de temps faut-il pour y aller ? Une heure et demie, peut-être deux. Comment s’appelle le village ? Islaz, à km de Turnu Magurele. Sofronea l’a encore frappé. Vraiment ? Ça ne peut pas continuer, on doit faire quelque chose. On le changera l’année prochaine. Le changer ? Dans une autre classe. Il se fera encore frapper pendant la récréation. La maîtresse est une idiote. Je lui ai dit de le surveiller pendant la récréation. Qu’est-ce qu’il a fait ? Il s’est défendu ? Apparemment, non. Le mieux serait que tu parles aux parents de Sofronea. Ça ne peut pas continuer, il a été traumatisé. On leur parlera. Ça devrait être toi, tu es le père. Ok, je leur parlerai. Que dois-je faire, parler à sa mère ? Parle à son père. D’homme à homme. Je ne l’ai vu deux fois. C’est sa mère qui le ramène. Ok. J’en parlerai à sa mère demain matin. Et je parlerai au directeur. Pourquoi veux-tu en parler au directeur ? Je lui dirai que la maîtresse ne fait rien. Je lui ai parlé il y a un mois et elle n’a rien fait. Que crois-tu qu’il va faire ? En parler à la maîtresse. Elle va se fâcher, et à la fin, c’est notre fils qui va en pâtir. Qu’est-ce qu’elle peut lui faire ? Qui sait ? Ne pas l’interroger, ne pas l’écouter, ne pas lui demander d’écrire au tableau radio Tu as raison. Je vais juste en parler à sa mère. C’est mieux comme ça. Pourquoi Sofronea t’a-t-il frappé ? Je ne sais pas. Quoi ? Tu ne sais pas ? Je ne sais pas. Tu l’as embêté ? Non. Regarde-moi. Tu l’as embêté ? Non. Que faisais-tu ? Je mangeais mon sandwich à mon bureau. Il est venu et t’a frappé, c’est ça ? Oui. Il t’a frappé comment ? Et tu as fait quoi ? Je suis parti. Est-ce qu’il jouait ? Il t’a frappé fort ? Il m’a frappé fort. La prochaine fois, ne pars pas. Attrape ses mains. Vas-y. Frappe-moi. Prends ses mains. Tiens-les serrées et crie : “Laisse-moi tranquille !” D’accord. “Laisse-moi tranquille, ou je vais le dire à la maîtresse !” Entendu ? Entendu. Allez, fais comme si j’étais Sofronea. Dis-le fort pour me faire peur ! Laisse-moi tranquille, ou je vais le dire à la maîtresse ! Plus fort ! Vas-y ! Laisse-moi tranquille, ou je vais le dire à la maîtresse ! C’est ça ! Tu le repousses et tu pars. D’accord ? Oui. Mais ne le frappe pas. D’accord ? Oui. Tu lui tiens juste les mains, le pousses et il te laissera tranquille. Ce n’est pas bien de se battre, Ok ? Ok. D’accord ? Oui. Tu as pris un dossier sur mon bureau ? Quel dossier ? Il y avait un dossier bleu. Personne n’y a touché. Est-ce que les filles l’ont pris ? Où sont-elles ? En sortie sur le terrain. Bonjour ! Bonjour. Qu’est-ce qui s’est passé hier ? Le propriétaire ne s’est pas présenté. Fichus contribuables. Ils nous font sortir pour rien. Oui radio



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *