Radio Vibration 100.8 FM

Radio Vibration 100.8 FM, Radio Vibration 100.8 FM direct, écouter Radio Vibration 100.8 FM en direct

Tant que le policier est là, évitons de nous voir. Soyons prudents. Prudents radio Te voilà prudent, maintenant. Tu ne l’étais pas, avant. Avant, tu me disais de me raser. Ne pleure pas. Ne pleure pas. Toyoji ! Je t’en supplie, ne me laisse pas. Ne m’abandonne pas. Pourquoi t’abandonner radio Il faut tout supporter pour qu’on puisse rester ensemble. Je ne peux plus radio Supporte tout, toi, si tu peux. Denzo ! En avant ! Qui t’a donné ce clairon ? Le policier ? Seki ! Rentre, il ne faut plus se voir ici . Ni chez toi . N’aie pas peur du fantôme. S’il vient, donne-lui de l’eau-de-vie ! Tu sais, Seki, on raconte partout que tu as quelqu’un . C’est pour lui, ça ? C’est quand même drôle, cette histoire de fantôme. Il ne serait pas jaloux ? S’il vient me voir, je lui donnerai le conseil qu’il repose en paix, s’il veut ton bien . Quelle mine tu as radio Excuse-moi . Merci . Les histoires de fantôme, je n’aime pas. Tu rentres à la maison, Seki. Monte. C’est sur mon chemin. J’aime mieux revenir à pied . Monte, ma Seki. Ma pauvre Seki. Bon, je monte. C’est le bon chemin ? Tu te trompes. J’ai oublié le chemin du retour. Seki, guide-moi. Il faut revenir en arrière. Non ! Ce n’est pas le chemin . Arrête ! Je n’y suis plus. Je suis perdue. Je ne connais pas cet endroit. Où sommes-nous ? Attends ! A quoi bon avancer sans savoir ? Gisaburo ! Vraiment, tu as oublié la route ? Gisaburo ! Sauve-moi ! Sauve-moi ! J’ai peur ! C’est bien toi, Gisaburo ? Montre-toi ! Maman ! Qu’as-tu ? Oshin . Maman, je m’en vais. Ne pars pas. C’est toi qui voulais radio Si tu cessais de parler de ton père radio Ici, on ne peut que penser à lui . Et toi, tu sais où il est. Je ne raconterai mon rêve à personne et je ne reviendrai jamais. Que dis-tu ? Prends soin de toi . Ne sors pas la nuit. Pense au petit. Adieu . Petite Seki, c’est la moisson ? Toyoji a du temps à perdre. Il pourrait bien t’aider un peu . C’est du propre, on trompe le mari et on le tue ! Tu parles sans savoir. Et si tout ça n’était pas vrai ? C’est quand même louche. N’exagérons pas. Je sais ce que je dis. N’est-ce pas bizarre, le manège de ce gars ? Pour ça, oui . Ces temps-ci, il n’arrête pas d’aller dans la montagne. On m’en a parlé. Il paraît qu’il ramasse les feuilles et qu’il les jette dans un puits. Que cherche-t-il ? Vous l’avez vu ? Vous avez vu Toyoji dans la montagne ? Vous l’avez vu chez moi ? J’ignore tout de ces choses. Cessez vos racontars ! Merci pour ta peine. Bonjour. Je ne pensais pas qu’il irait là . Le fils de la maison m’a vu quand j’étais au puits. Que faire ? Rentre chez toi . On verra plus tard . S’ils nous prennent radio j’ai peur. Va vite. Si on nous voit, c’est fini ! Petite Seki ! Tu es déjà couchée ? Je t’apporte des patates douces. Merci de ta gentillesse. Un moment radio N’ouvre pas, je les pose là . Je ne veux pas gêner tes amours. Ma Seki. Gisaburo. Excuse-moi . Je suis trop fatiguée pour aller acheter ton eau-de-vie. Tu en veux une ? Dis-moi Gisaburo, pourquoi radio ne me dénonces-tu pas aux autres ? Avant de mourir, tu as bien vu qui te tuait. Tu m’as bien vue. Pourquoi ne le dis-tu pas ? Gisaburo ! Où vas-tu ? Emmène-moi . Emmène-moi avec toi . Seki . C’est moi . Seki ! C’est Toyoji ? Que fais-tu ? Ouvre la porte. Rentre chez toi, Toyoji . Je ne peux plus te voir. Que dis-tu ? Le policier reste toujours là . Si on lui parle du vieux puits radio Tout m’est égal . Ils peuvent m’arrêter, me condamner tout de suite. Cela vaudra mieux. La pauvreté radio le travail radio l’angoisse et la peur radio et toi qui ne viens plus. Je suis à bout ! Ouvre la porte ! Toyoji, si tu ne veux pas que j’avoue aux policiers que j’ai tué Gisaburo radio Ouvre-moi, ouvre ! Que fais-tu ? Qu’est-ce qui te prend, Seki ? Tu es folle ? Pars, Toyoji . Tout s’arrangera avec ma mort. La police ne pourra rien contre une morte. Tu resteras innocent. Va-t’en, cherche du travail à Tokyo, n’importe où . Sois heureux, Toyoji . Ouvre-moi ! Non, Toyoji . A quoi bon mourir à deux ? Vivons à deux, Seki ! Il faut vivre ! On ne peut pas vivre. Il faut mourir. Pars, Toyoji radio On va te voir. Non, je ne peux pas. Va, Toyoji . Pars, si tu m’aimes. Je t’en supplie, pars ! Non, je ne peux pas ! Je ne pars pas, non ! Je n’ai pas peur. Va-t’en radio Va-t’en ! Gisaburo radio Seki ! Seki ! Pardonne-moi, Seki . Pardonne-moi . Il ne faut pas mourir. Trois jours radio Rien que trois jours radio Je voulais vivre comme un couple. Attention aux flammes ! Jeune maître ! Que faites-vous ? Le puits vous intéresse ? Je me promène radio C’est notre bois. Et toi, Toyoji ? Quelqu’un a dit que j’y jetais des feuilles. C’est vous. Moi ? Jamais radio Vous êtes le seul à m’avoir vu . Mais la forêt est vaste et il n’y a qu’un puits. On peut se tromper de puits radio L’inspecteur sait ? Eh oui . Ne mens pas. Si tu étais sûr de l’endroit, tu ne serais pas à tournailler. La mort t’attend . Mais toi d’abord, jeune maître. Bonsoir. Tu te fais attendre, Toyoji . Déjà cinq nuits radio Il serait temps ! Merci de ta gentillesse. Je t’en prie, ce n’est rien . Bonsoir, Belle Dame. Le petit dort ? Il vient de s’endormir. Belle Dame, prenez-en un . Qu’as-tu, Toyoji, à me parler comme ça ? Seki . Même trois jours, tu voulais vivre une vie de couple. J’ai réfléchi . Avant, quand je venais te voir, je t’appelais Belle Dame, et c’était le bonheur. On ne se cachait de personne. Allons vivre ces trois jours. Le policier n’y pourra rien . Belle Dame, prenez-en un . Que c’est gentil radio tu me gâtes toujours. Pas de quoi, ce n’est rien . Tu les as achetés où, Toyoji ? Chez l’épicier. Ils étaient si frais, je parie qu’ils sont bons. Ah oui ! Bien, j’en prends un . Je me laisse toujours gâter. Je vais faire du thé, Toyoji ? Belle Dame, goûtez d’abord . Il ne serait pas amoureux de toi ? Ne pleure pas. Un seul faux pas, et c’en est fait. Un faux pas radio C’est juste ce que j’attends. Qu’as-tu, Toyoji, à me regarder ? Tu ris radio Je me souviens radio Toyoji . C’est pour toi . Non, pour vous. Pour toi, Toyoji . Non, pour vous. Toyoji radio Non, Seki ! Qui est là ? – Qui est là ? – Qu’y a-t-il ? J’ai entendu un bruit. Je n’ai rien entendu . Tu l’as entendu ?



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *