Radio RCF Orne 93.8 Fm

Radio RCF Orne 93.8 Fm, Radio RCF Orne 93.8 Fm direct, écouter Radio RCF Orne 93.8 Fm en direct

semaine après semaine, très peu de nourriture et pratiquement aucun médicament n’arrivaient nulle part en Allemagne. Pratiquement rien n’arrivait dans les nombreux camps de concentration, où, durant les derniers jours, la maladie et la faim balayèrent les détenus par milliers. L’incident de Dachau était seulement un des nombreux massacres commis par les troupes américaines. Un soldat américain Nous avons été retenus dans une petite ville. Nous étions simplement supposés la traverser et les Allemands nous ont bloqué net. Nous ne pouvions tout simplement pas passer. Finalement, l’artillerie est arrivée et a pour ainsi dire nivelé les maisons. Ils se sont finalement rendus et sont sortis et se sont alignés. Comme d’habitude personne ne savait ce qui se passait. Nous avions un nouveau commandant de bataillon, tout juste diplômé de West Point. Il les fit s’aligner et dit Je veux que vous les tuiez.” J’étais horrifié. Plusieurs d’entre nous étions horrifiés. Je suis allé vers lui et lui ai dit Savez-vous que c’est inhumain et contre les lois internationales ?” Et mon bon copain, avec qui je passais beaucoup de temps, m’a attrapé et m’a dit Ce fou va te tuer, tais-toi.” Et finalement, il a eu assez de gars et ils ont tué ces jeux à peu près prisonniers. C’était une chose terrible à voir. J’ai parlé à plusieurs de mes copains qui avaient tiré sur ces gars jeux ils étaient également horrifiés.” Inconscients de la haine profonde que leur portaient les Alliés, quand les unités fières des SS se rendaient, ils assumaient naïvement qu’on leur accorderait le respect, en tant que combattants inégalés confirmés. Aussitôt qu’ils étaient désarmés, la plupart étaient abattus sur place. Pour ces membres de l’Armée allemande qui avaient la chance d’avoir survécu à la capture, la mort les attendait souvent derrière les lignes où des milliers d’autres périrent. Avec le Général Eisenhower qui fermait les yeux sur la Convention de Genève, seulement la menace de représailles contre les POWs alliés toujours détenus en Allemagne empêcha un massacre de proportions prodigieuses. Peu après que les soldats de combat américains quittaient une communauté et que les troupes de l’échelon arrière arrivaient, la réalité de l’occupation devenait claire pour les citoyens allemands. La seconde vague de soldats qui voulaient expérimenter un peu de la guerre par eux-mêmes, libérèrent leur agression sur les Allemands impuissants en pillant, violant, tuant et détruisant. Dans de nombreuses villes les envahisseurs ouvrirent les geôles, les prisons et les camps de concentration et invitèrent les détenus à se joindre aux réjouissances. Amy Schrott Ils ont simplement ouvert les camps et les ont laissé sortir. Les Russes et les Polonais pillaient les maisons et tuaient les commerçants. Puis ils commencèrent à violer les filles.” Les mêmes destructions engloutirent la plupart des villes de l’Allemagne de l’Ouest, alors que les Américains et les Britanniques poussaient en avant. Un sergent américain Notre propre Armée et l’Armée britannique ont collaboré aux pillages et aux viols. Nous aussi sommes considérés comme une armée de violeurs.” Bien que les viols brutaux continuaient contre les femmes sans défense, les troupes alliées ont rapidement découvert que la faim était une puissante incitation à la reddition uelle. Bien que le e pouvait être acheté contre un peu de nourriture, une cigarette ou une savonnette, certains vainqueurs préféraient prendre ce qu’ils voulaient. Quand et où cela leur chantait. Un soldat américain La faim a rendu les femmes allemandes plus ”disponibles”, mais malgré cela, le viol était répandu et souvent accompagné de violences supplémentaires, en particulier, je me souviens d’une femme de ans, qui avait eu le visage fracassé par une crosse de fusil, et fut ensuite violée par deux G.I’s. Même les Français se plaignaient que les viols et les pillages et l’ivresse de la destruction de la part de nos troupes étaient excessifs.” Malgré les nombreuses atrocités commises sur le front de l’Ouest, une telle sauvagerie ne fut jamais officiellement punie. Étant donné la propagande assoiffée de sang des médias appartenant principalement à des Juifs, de même que l’incitation active de leurs dirigeants politiques et militaires, le soldat américain et britannique se comportait étonnamment bien et certainement beaucoup, beaucoup mieux que son homologue soviétique. Bien que les Alliés dans l’Ouest auraient pu facilement pousser jusqu’à Berlin, ils reçurent l’ordre de s’arrêter juste en deçà de leur objectif. En gage de leur grand amour et gratitude, Roosevelt et Churchill avaient déjà accordé en récompense la capitale allemande à Staline. Après des jours de combats désespérés dans lesquels des petits garçons se sont battus, et bien trop souvent moururent comme des hommes, Berlin fut finalement écrasée le mai. Et avec le suicide d’Adolf Hitler, la guerre se termina effectivement. Maintenant qu’il n’y avait pratiquement plus aucune chance de représailles contre les Américains retenus dans les camps de prisonniers de guerre allemands, la haine pathologique de Eisenhower envers les Allemands eut libre cours. LES CAMPS DE LA MORT Avec la capitulation finale en mai , le Commandant suprême des forces alliées se trouva au contrôle de plus de cinq millions de soldats en guenilles, fatigués, mais des soldats ennemis vivants. Étant donné que Eisenhower ne pouvait plus tuer d’Allemands armés à la guerre, le bureau général américain décida de tuer les Allemands désarmés en temps de paix. Parce que la Convention de Genève garantissait aux POWs la même nourriture, les mêmes abris et les mêmes soins médicaux que pour leurs ravisseurs, Eisenhower contourna simplement le traité en créant sa propre catégorie de prisonniers. En vertu de ce reclassement, les soldats allemands n’étaient plus considérés comme des POWs, mais des D.E.F’s (Forces Ennemies Désarmées). Grâce à ce tour de passe-passe et en violation directe de la Convention de Genève, Eisenhower pouvait maintenant gérer en toute discrétion ceux sous son pouvoir, sans le regard indiscret du monde extérieur. Même avant la



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.