Radio Cristal Cocktail 103.2 FM

Radio Cristal Cocktail 103.2 FM, Radio Cristal Cocktail 103.2 FM direct, écouter Radio Cristal Cocktail 103.2 FM en direct

la torture, l’assassinat des femmes allemandes continua sans relâche. Juste parce qu’une femme avait été violée une fois, ne signifiait pas qu’elle ne serait pas assaillie à nouveau jeux et encore jeux et encore. Une victime Les Russes allaient et venaient sans arrêt et ils n’arrêtaient pas de nous lorgner avec avidité. Les nuits étaient terribles car nous n’étions jamais, à aucun moment, en sécurité. Les femmes étaient violées, pas une ou deux fois, mais dix, vingt, trente et une centaine de fois, et cela ne faisait aucune différence pour les Russes qu’ils violent de simples enfants ou des vieilles femmes. La plus jeune victime dans les maisons en rangées où nous vivions, avait dix ans et la plus vieille avait plus de ans.” Les femmes d’Allemagne ont non seulement dû endurer cette tempête de viols, de tortures et d’assassinats, mais aussi l’humiliation d’avoir subi cela devant les amis et la famille. Un témoin Ces atrocités n’étaient pas commises secrètement ou dans des coins cachés, mais en public, dans les églises, dans les rues et sur les places. Les mères étaient violées en présence de leurs enfants. Les filles étaient violées devant leurs frères.” Quand les corps violés n’étaient plus utiles, des bâtons, des barres de fer, et des récepteurs de téléphones étaient couramment enfoncés dans leurs vagins. Les Commissaires juifs avaient à cœur de souiller les églises de l’Allemagne. Peu après la chute de Dantzig, des centaines de femmes désespérées plaidèrent leur protection auprès d’un Officier. Le Soviétique leur indiqua une cathédrale catholique. Après que les femmes furent en sécurité à l’intérieur, l’Officier appela ses hommes, indiqua l’église et avec les cloches qui sonnaient et les tuyaux d’orgue qui rugissaient, l’horreur continua toute la nuit. Les femmes et les filles à l’intérieur certaines à peine âgées de ans furent violées plus de trente fois. Les petits garçons qui ont essayé de protéger leur mère furent tués. Quand les soldats soviétiques ont capturé la ville de Neustettin, en février , ils découvrirent plusieurs grands camps du Service de Main-d’œuvre des Femmes du Reich, une organisation principalement composée de filles qui travaillaient sur divers projets allant des soins infirmiers à la réparation des routes. Après avoir repris possession de la zone, les soldats allemands furent horrifiés par ce qui était arrivé aux femmes. Soldat allemand Nous n’avions jamais vu une chose pareil, absolument, incroyablement monstrueuse ! Nues, les femmes mortes reposaient dans la plupart des pièces. Le Swastika avait été entaillé dans leurs abdomens. Certaines avaient leurs intestins qui sortaient. Les poitrines coupées, les visages battus au point de les rendre violets et enflés, boursouflés. D’autres avaient été attachées aux meubles par leurs mains et leurs pieds et massacrées. Un manche à balai dépassait du vagin de l’une, un balai de bouleau de l’autre. Des mères ont vu se faire violer leurs filles âgées de à ans, par vingt hommes ; les filles ont vu leur mère se faire violer, ainsi que leur grand-mères. Les femmes qui essayaient de résister étaient torturées à mort. Il n’y avait aucune pitié. Les femmes que nous avons libérées étaient dans un état presque impossible à décrire. Leurs visages avaient un regard confus et vide. Certaines, avec qui il était impossible de parler, montaient et descendaient en courant et murmuraient les mêmes phrases encore et encore. Ayant vu les conséquences de ces atrocités bestiales, nous étions terriblement agités et déterminés à nous battre. Nous savions qu’il n’était plus question de gagner la guerre ; mais c’était notre engagement et c’était notre devoir sacré de nous battre jusqu’à la dernière balle.” Pendant que ses hommes se battaient avec acharnement dans l’Est, l’Allemagne essayait aussi de conjurer l’invasion dans l’Ouest. Malheureusement, les envahisseurs sur ce front, ne se comportèrent souvent guère mieux que leurs Alliés soviétiques. Les reporters de guerre dans l’Ouest n’ont tout simplement pas signalé les crimes. Alors que des dizaines de milliers de victimes de viols allemandes pouvaient en témoigner, il n’y avait aucune sécurité parmi les Américains et les Britanniques. Des millions massacrées, des millions violées, des millions déjà asservies mais, ce n’était que le début du cauchemar de l’Allemagne. LE MASSACRE BALTIQUE Avec l’Armée allemande en retraite précipitée, des hordes de soldats rouges grouillaient dans la Grande Allemagne durant le dernier hiver de la guerre. Alors que l’information sur la percée soviétique se propageait, des millions d’Allemands se hâtèrent d’emballer leurs affaires et fuirent dans le l’hiver glacial. La plupart chargèrent simplement leurs charrettes attelées à des chevaux ou des vaches, et partir aussi vite que leurs animaux le pouvaient. Déjà très froides, plusieurs jours après le début des ”randonnées”, les températures plongèrent. En conséquence, les jeunes enfants et les nourrissons tombèrent par milliers. Avec la terre dure comme de la pierre, de petits trous creusés dans les bancs de neige servirent de tombes. Une jeune mère Il faisait terriblement froid et le vent était comme de la glace jeux La neige tombait et il n’y avait rien à manger de chaud, pas de lait, rien. J’ai essayé de donner le sein à Gabi, derrière une maison, mais elle ne l’a pas pris, parce que tout était si froid. Beaucoup de femmes ont essayé aussi et plusieurs ont eu les seins gelés. Compte tenu des conditions chaotiques et avec les réfugiés gelés obstruant le chemin, beaucoup de ces ”randonneurs” furent vite rattrapés par les Russes. Certains chars soviétiques foncèrent tout droit à travers les colonnes, écrasant tout sur leur passage. Après le passage de ce lourd trafic les victimes hommes, femmes, enfants, animaux tous furent aplatis comme du carton. Ces survivants terrifiés qui s’étaient dispersés dans la campagne glacée furent des proies facile à abattre. Comme toujours, pour les femmes, la mort vivante bientôt commença. Pour des millions d’Allemands coupés de la côte baltique, il ne restait qu’une seule route échappatoire : la mer. Alors que



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.