Radio France Inter 99.6 FM

Radio France Inter 99.6 FM, Radio France Inter 99.6 FM direct, écouter Radio France Inter 99.6 FM en direct

J’ai besoin d’aide. Même avec toutes ces informations, les gens du Sud ont tant à apprendre. Tant de choses sont jetées. Mais en utilisant nos ressources, nous pouvons trouver notre place. Je me rends compte de ceci. Quand on est dans un endroit inconnu, il faut établir un lien en s’ouvrant aux autres. En dialoguant avec la nature. En communiquant avec les gens du village. Et enfin, on peut s’adapter. Ainsi, on peut trouver des gens qui nous croient. Mes anciens m’ont chargé de remettre un message important. Et je n’y arriverai pas seul. Beaucoup de gens commencent à écouter ton gars. C’est bon pour sa cause qu’un tas de clodos le suivent ? C’est pas une cause. C’est une quête. Je sais pourquoi il est à New York. Pourquoi ? Dis-lui que je sais. Echec et mat. Ça fait dollars, petit. Quitte ou double. N’est-ce pas la seule zone pour laquelle on n’avait pas de solution ? A présent, on l’a. L’haltère sculptante. On peut se sculpter des bras et des épaules de rêve en seulement six minutes par jour. J’ai besoin de marcher. Dans cette ville, c’est si facile de s’égarer. De perdre son chemin. Les gens du Sud semblent essayer de se trouver, de trouver un ancrage. Mais on dirait qu’ils sont éloignés de leur centre. Ils ont tout le confort du monde, mais ils ne savent pas ce que c’est, de marcher sous le ciel immense. Je dois donc apprendre à vivre dans leur monde, dans l’ombre des gratte-ciels. Un Eskimo. C’est un Inuk. Qu’est-ce que tu fais ici ? J’écoute. Il est ici pour sauver le monde. Le sauver de quoi ? Du Soleil. Asseyez-vous et jeux racontez-nous ça. Quand on y réfléchit, l’environnement est une école, mais sans murs. Il faut être ouvert à tout ce qu’il nous enseigne. Il donne la vie. Nous devons le protéger. Parce que les choses changent beaucoup trop vite. New York. Y a une raison si on t’a envoyé ici. Il va sauver le monde. Du calme. Non. J’ai dit ici. Pourquoi a-t-il été envoyé ici, s’il fallait qu’il parle à tous les dirigeants du monde ? Bonne question. Pourquoi ? Monsieur l’Inuk, je vous présente Monsieur Nations Unies. J’y avais pensé aussi, mais venant de Sweet, l’idée semblait meilleure. J’appellerai. Il lui faut un plan. Et un costume. Elle a raison. Il te faut un costard. Tu peux pas aller là-bas en ressemblant à jeux un Eskimo. Faut que tu sois classe, sinon ils te prendront pour un fou. Ce qui arrivera à coup sûr dès que tu parleras. Oui, les gens me croient fou. Demain, shopping. Je mets les voiles. Le refuge va bientôt fermer. Tu peux rester ici si tu veux. Quoi ? Pour perdre mon lit ? Qu’est-ce qui se passera quand tu seras plus là ? Mais je vais réfléchir. On touche au but, hein ? Oui. Tu rentreras chez toi après ? Ça te manque ? Oui. Le silence. La simplicité. “La simplicité est la clé de la virtuosité.” Bruce. Et toi ? Ton chez-toi te manque ? Chez moi, c’est ici. J’ai rien à regretter. Ta famille te manque ? Mon père. Mais jeux ces gens sont ma famille maintenant. Je suis dans la rue depuis si longtemps, je me rappelle à peine pourquoi j’ai fugué. J’étais une toxico. Et une voleuse. Jusqu’à ce que M. Sweet me trouve, il y a deux ans. J’ai choisi de m’enfuir. Je dis pas que c’est une vie facile, mais c’est le choix que j’ai fait. Je l’assume. La vie est pleine de difficultés. Mais dans mon pays natal, notre sens de la famille nous unit, comme un manteau chaud protège du vent froid. Oncle ! Oncle ! Dieu t’a donné des jambes. Oui, mais ma femme m’a donné ça. Je sais qui je crains le plus. Tu auras besoin d’affaires. Je peux m’adapter. Prends-les quand même. Je les prends par égard pour ta mère. On nous a appris que gaspiller les ressources était un péché. On ne doit jamais les surexploiter. J’ai observé qu’à New York, cette surexploitation a un nom particulier : le shopping. Vous voulez un peu de monnaie ? Vous avez combien ? Non, non. Non. On veut un costume. Un costume ? C’est pour la télé ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Un costume, s’il vous plaît. Oui, j’ai entendu, mais jeux Mais quoi, Clochette ? Un costard ! Je dois te décoller la cire des oreilles ? Tu veux essayer ? Je choisis de ne pas relever. D’être la plus adulte des deux. On opta pour un magasin plus abordable. OK, faisons nos achats. Ça fait un peu alligator. Tyler, assieds-toi. Je vous présente Theo. Il est pas chicos ? Il est classe, ça me plaît. Super chicos ! Tu as le costard et j’ai le plan. Tous ces messieurs à qui tu as parlé en ville, je crois qu’ils vont pouvoir nous être utiles. Bon. Je te couvre. Si on te dit non, insiste, et ouvre l’œil. Tu n’entres pas avec moi ? Un original à la fois, c’est leur maximum. Viens là. Tu peux y arriver, Theo. Sois toi-même. Bonne chance. Merci. Désolée. Lequel ? Votre prénom. Mon prénom. Le jour où je suis né dans un igloo, ma mère jeux m’a donné un nom. Celui de sa mère. Winnie. Que faisiez-vous à l’ONU ? J’étais en mission. En mission ? Vous comprenez que faire irruption à l’ONU est illégal ? Non. Eh bien, vous savez jeux On appelle le roi “le roi”. La reine, “la reine”. Et M. Sweet jeux “M. Sweet”. M. Sweet. M. Sweet. Oui, monsieur. Quel est votre prénom ? Tyler. Vous êtes dans le pétrin. Que faisiez-vous à l’ONU ? Son lien avec vous ? Son nom ? Chloe. Chloe n’est pas violente. Je voulais pas enfreindre la loi, mais vos gardes m’ont barré la route. On voulait entrer pour parler aux anciens, mais ils ont refusé de nous laisser entrer. Qui étaient les gens avec qui vous êtes arrivé à l’ONU ? Qui étaient ces gens ? Ce sont mes amis. Ma tribu. Ma nation. Le Soleil va créer le chaos dans le monde. On l’a mis en colère. Donc votre message est un message de colère ? Et vous êtes envoyé jeux par un groupe de gens à l’ONU. Vous aviez l’intention de nuire. Je pense que vous vouliez nuire à quelqu’un. Vous comprenez ce qui se passe ? Pourquoi vous et vos acolytes avez décidé d’entrer à l’ONU sans autorisation ? Vous avez de gros ennuis. Dites-moi pourquoi vous êtes ici. On ne plaisante pas. Vous avez de gros ennuis. Lâchez-moi ! Je vais vous tuer ! Je suis venu apporter un message du peuple inuit. Est-ce que vous écoutez ? J’ai tout fait foirer, comme toujours. Comment va l’Eskimo ? Vous avez parlé à la police ?



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.