Radio Le mouv 87.8 FM

Radio Le mouv 87.8 FM, Radio Le mouv 87.8 FM direct, écouter Radio Le mouv 87.8 FM en direct

l Il y a un problème de résa, il y a plus de clients que prévus. Je fais vite. Tu mens. Je ne mens pas. Maman ! Tu n’iras pas. Tes tantes sont là. Sois contente qu’elle ait un job, Chantal. Laisse-moi appeler l’hôtel. Je suis plus une gamine. Tu les appelles pas. Tu n’y vas pas, Deborah. T’as rien à me dire. Hello bébé, tu viens avec moi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Tu sais bien pourquoi. J’ai ans. En Belgique, tu valses en prison pour ça. OK, OK, désolé. Mais pour euros, je te fais grimper au ciel. OK. On y va ? Je suis contente de t’avoir rencontré. Pas moi. D’où sort tout cet argent ? T’as rien perdu dans ma chambre. D’où sort cet argent ? Du boulot. Oui, c’est ça. Prends-moi pour une idiote, mais je suis pas conne à ce point-là. Je l’ai piqué dans le bureau de mon boss. Et la lingerie ? Qu’est-ce que tu fous, Deborah ? Ca te regarde pas. Eteins la télé. Eteins la télé. Tu veux que je vive comme toi ? Me casser le cul tous les jours pour rien ? Et vivre dans un taudis avec des crétins pathétiques. Si ton pêre n’était pas parti jeux Il s’est pas cassé, c’est toi qui l’as fait fuir. Qui a dit ça ? Qui a dit ça ? Je fais comme toi. Ecarter les jambes pour les mecs. Sauf que toi, tu le fais gratos. Moi au moins, je me fais payer. Fous le camp d’ici. Fous le camp d’ici, Deborah. Ici Vincent. Je ne peux pas répondre, *laissez un message après le bip.* Bonjour. Bonsoir. Entrez. S’il vous plaît. Bon appétit. Merci. Surprise. Ce que t’es jolie ! Je peux rester avec toi, cette nuit ? Tu veux rester ici ? D’accord, pas de problème. Encore une surprise. Bonsoir, police d’Anvers. On peut entrer une minute ? Vous avez vos papiers ? Bonsoir, mademoiselle. Je peux voir vos papiers ? Bonjour ? Ça va, mademoiselle ? JUILLET Salauds ! Tu peux manger, si tu veux. Comment elle s’est échappée ? Par la fenêtre. Comment ça par la fenêtre ? Oui, par la fenêtre. Je voudrais bien jeux Ca fait dix centimêtres. Cette fenêtre s’ouvre de dix centimètres et elle est enceinte. T’es à ma place. Pardon. Quoi ? On ne peut pas être à deux ici et je suis déjà là. Pas de bol, je suis là aussi. Et alors ? Je ne serais pas aussi sûre de moi, à ta place. Pourquoi t’es là, au fait ? Ça ne te regarde pas. Mais je n’ai rien fait. Deborah, de la visite pour toi. Vincent ? Vincent. Toi, Yasmien, dans ta chambre le reste de la journée. Tu sais que vous ne pouvez pas fumer à deux. Et ce n’est pas ta première mise en garde. Bonjour, ma chérie. Comment va Junior ? Bien. C’est comment ici ? Deborah. A ton avis ? Ça va te faire du bien d’être ici. A l’écart de ton environnement pour un moment. Le juge a dit la même chose. Je comprends que t’aurais voulu que ça se passe autrement. Je n’ai rien dit à papy. Je lui ai dit que tu faisais un échange scolaire. Monsieur. Je veux retourner dans ma chambre. Tu as encore minutes. Je veux retourner dans ma chambre. Bon, je t’emmêne. Des longs cheveux blonds. Grand. Les yeux qui brillent et jeux J’attends qu’il vienne me rendre visite. J’étais avec lui tous les jours. Près de la came jeux Une dose. Je donnerais tout pour ça. T’es si jeune. Je suis plus vieille que tu le crois. T’as quel âge ? ans. Mais dans ma tête, j’en ai . Voire . En tout cas, plus âgée que mes vieux. Je connais ça. Allez, Yasmien, arrête de zapper. Merde, Yasmien. Mets BE. Hey, qu’est-ce que tu fous ? C’est reparti. Vincent ? Tu me manques. Faut faire vite. J’ai pas le droit d’appeler. Trois mois, encore deux. Je dois raccrocher. Je t’aime. C’est super joli. Comment va papy ? ll veut pas de putes chez lui. Junior, va jouer là-bas, avec les jeux vidéo. Non. Maintenant. Tu lui as dit. Ils ont appelé pour dire que le jour de visite avait changé et j’étais pas là. Il a honte. Moi aussi, j’ai honte de ce que j’ai fait. Contente de te l’entendre dire. Moi aussi, j’ai fait des erreurs, avec ton père et tout ça. Dans deux mois, tu seras à la maison. Comment la police m’a trouvêe ? Je ne sais pas. J’ai vu le code. On y va ? Merde, on ne peut pas sortir par ici. Deborah ! Eh merde. Viens ici ! Merde. On va où ? Sur le toit, on va partir par là. Merde. On est dans l’escalier. Je monte. Non. Non, je ne veux pas. Non, je ne veux pas y retourner. Je ne veux pas y retourner, je ne veux pas. Non. Non. Du calme. Du calme, Steffie. Non, je ne veux pas y retourner. Bonjour. C’est quoi ? Ça va te calmer. Je suis calme. Oui. Echanger ? Ce soir ? Oui. Ce soir. Comment ça va ? lls ont prolongé ma peine. Un mois de plus. Désolée pour le toit. Je me suis mise à flipper, je ne sais pas pourquoi. Tu sais quoi ? Quand tu seras sortie d’ici, tu pourras venir vivre chez moi. Je m’occuperai de toi. Attends. C’est le numéro de Vincent. Mon copain. Viens, Steffie. Comment ça va à la maison ? Tu crois que je passe mes journées devant la têlé, affalé dans le divan à rien faire ? Et que je ne sais rien de rien. Ta mêre aimait les hommes. Elle les aimait beaucoup. Peut-être un peu trop. C’est pour ça que ton pêre l’a mise à la porte. Ta mêre aimait ton pêre. Mais elle aimait aussi les autres. C’est pour ça que je l’ai hébergée. Parce qu’elle aime les gens. Toi, Junior, moi. Mais la différence avec toi, c’est que tu le fais pour l’argent. Je veux arrêter. Je veux rentrer à la maison. Ce n’est peut-être pas si mal que tu sois là. On t’empêche de faire des conneries ici. Peut-être que ta mêre a eu raison, en fin de compte. Qu’est-ce que maman a fait ? C’est elle qui m’a dénoncée ? Qui d’autre ? OCTOBRE Bon, j’espêre ne plus jamais te revoir ici. Moi aussi. Ma mère va venir me chercher et lundi, je commence une nouvelle école. C’est bien. Je ne dois plus rien signer ? Non. Je peux attendre dehors pour fumer une cigarette ? Bon, prends soin de toi, Deborah. Bonne chance. Voilà. Un grand séjour jeux avec jeux vue sur la mer. Cuisine équipée. Une salle de bains sobre, mais ravissante. Et pour terminer en beauté, une chambre claire et lumineuse avec un grand lit. Alors ? ça te convient ? Il te faut une nouvelle coupe de cheveux et d’autres fringues. Il ne faut pas les sous-estimer. Ils doivent être à ta recherche. Et s’ils te prennent, retour à Beernem, de nouveau trois mois. C’est pas un bon plan. J’ai d’ailleurs eu un contrôle de police quand



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *