Radio RCF Haute-Loire 101.7 Fm

Radio RCF Haute-Loire 101.7 Fm, Radio RCF Haute-Loire 101.7 Fm direct, écouter Radio RCF Haute-Loire 101.7 Fm en direct

cinq minutes, et bim ! On s’en va. Et si tu vas en prison ? Comment ça ? Pourquoi en prison ? Qui va aller en prison ? Qui va aller en prison ? Pas moi. D’accord. Tout ira bien. Il nous faudrait ou dollars, on relèvera la tête, et on reprendra notre boulot. Et si tu es blessé ? Personne ne sera blessé. Personne ne sera blessé. Si tu as une meilleure idée, je t’écoute. Je n’en ai pas. Tu dois juste conduire. C’est tout. Personne ne sera blessé. D’accord. Oui ? Oui. Calme-toi. J’ai tout prévu. Je vais y réfléchir aussi. Je n’ai pas encore dit oui. C’est quoi ça ? Quoi ? C’est quoi, ça ? Mon Dieu ! Une aubergine. Non, à côté de l’aubergine ! Merde, je suis désolé. J’avais oublié. C’est quoi ? C’est jeux Écoute. Mon Dieu ! Une force écrasante. Si ça marche pour l’armée américaine, ça marchera pour nous. Mais j’ai besoin de ton aide, car je ne sais pas du tout comment ça marche. Ne t’approche pas. Tu es meilleure en mécanique. Je crois que je l’ai cassé. Tourne-le à gauche. Tourne quoi à gauche ? Si tu bouges ça jeux Tiens-le comme ça. D’accord ? Qu’est-ce que je ferais sans toi ? CLUB DÉMOCRATIQUE & ASSOC. DES FEMMES Arrête-toi. On l’a passé. Tu fais quoi ? Je ne peux pas. Tu ne peux pas quoi ? Je ne peux pas. Je ne peux pas retourner en prison, Tommy. Je n’y retournerai pas non plus. Rosie, j’ai besoin de toi. Juste une fois, on en a parlé. Juste le temps de se reprendre. Fais demi-tour. C’est nos nouveaux draps. C’est une taie d’oreiller. Ça fait partie du lot ! Le sac poubelle pouvait se déchirer. Seigneur. Tu es à moi ? À toi. Tommy. Oui. Je t’aime. Ne me dis pas ça ! Je t’ai dit que jeux D’accord. Je ne t’aime pas. Tais-toi ! Toi, tais-toi ! Tais-toi. T’as intérêt à te taire de suite ! Arrête ! D’accord. On arrête. Mets ta capuche. Ouvre les yeux. Laisse le moteur tourner. Je peux vous aider ? Oui. Tu te fous de nous ? C’est un braquage. Viens par là. Allez ! Viens par là. Personne derrière moi, compris ? Petit, tu sais où tu es ? Oui, au Union Avenue. Je ne me suis pas trompé d’adresse. C’est la bonne adresse. Je sais où je suis. Et je veux tout ! Je veux tout. Je veux votre jeux Je veux vos jeux Vos chaînes. Vos montres. Vos bagues. Vos portefeuilles. Je veux vos liasses. Je veux tout ! Attends voir. C’est un costume d’Halloween ? Tu fais quoi ? Non, c’est du vrai ! C’est Gotti ? C’est Gotti qui t’envoie ? Vous croyez que je plaisante ? Du calme ! Petit, enlève ton doigt de la gâchette. C’est ça ! Personne ne sera blessé, d’accord ? Viens là. Viens là et tiens ça. Super, hein ? Prends le sac. Tout dans le sac. Petit, laisse-moi te dire une chose. Je vais te retrouver, et quand je te retrouverai, tu vas mourir ! Je vais mourir ? C’est ça. Je vais mourir ? Tout le monde meurt ! Tout dedans ! Tout ! Dedans avec ces s cheveux ! Ces s cheveux ! Petit ! Ces s cheveux ! Tout dedans. ! C’est quoi ça ? C’est des jeux C’est des italiennes ? Donne-moi ces chaussures. Je les veux ! Je veux tes chaussures. Mets les chaussures dans le sac. Dans le sac. Dans le sac, génial. Abrutis de ritals. Abrutis de jeux Vous m’avez entendu ! Maintenant, je veux tout le monde à plat ventre. À plat ventre. Allez jeux À plat ventre au sol. À plat ventre au sol. Tu n’es qu’une petite merde. Petite merde. Couchez-vous ! À plat ventre. Face contre terre ! Mets-toi sur lui. Papy, mets-toi sur lui. Comme ça. J’ai dit sur lui. C’est ça, sur lui. Oui, comme ça. Je ne suis pas un pédé ! Couche-toi. Couche-toi ! Bouge tes hanches. Comme si t’allais l’enculer ! Comme ça ! Monte-lui dessus. Le gros, viens par là ! Viens l’enculer ! T’es un homme mort. Mais ouais, je suis un homme mort. Où est mon appareil photo ? Ça, c’est pour Frank Uva ! Ouvre-moi ! Ouvre la porte, Rosie. J’essaie ! Ouvre ! Rosie, ouvre la porte ! Tire sur la poignée ! Mais je tire ! J’essaie de l’ouvrir ! Pousse ! Pousse vers le bas. Mon Dieu ! C’était qui ? Quelle merde ! Tire ! Bon sang ! Je n’y crois pas jeux Fonce ! Tu fais marche arrière ! Tais-toi ! Ne conduis pas n’importe comment. Je ne cambriole pas la Mafia pour me faire attraper par les flics pour infraction au code ! Et tu as fait quoi ? Je lui ai donné l’argent. Vous étiez dix. Vous ne pouviez pas l’attraper ? Le gamin avait un Uzi, Sal. Toi, tu remuais la queue. Ce n’est pas juste. Va te faire foutre ! Juste ? Je suis quoi, ta mère ? Tu veux un câlin ? C’était qui, ce gosse avec un Uzi ? Il est avec Gotti ? Je croyais, mais je n’ai jamais vu ce gosse à un mariage ou à une veillée. Je crois que c’est le gamin qui est entré la semaine dernière. Quel gamin ? Celui qui a parlé du Union. Celui qui regardait par la porte ? Oui. C’était lui. Tu vas le dire au patron ? Il sait déjà. J’y vais après. Que sait-il ? Qu’on vous a cambriolés. À main armée. Pourquoi ? Il y a eu autre chose ? Non. On nous a cambriolés. Quoi d’autre ? Rien. Rien. Je le jure. Je n’ai pas besoin de maux de tête. Surtout pas aujourd’hui. Ça va, Ange ? Salut. Salut, Carrie. Salut. Je veux que tu saches que je pense à Bobby tous les jours. Pas juste aujourd’hui. Mon mari est mort depuis longtemps, Sal. Pense à mon fils, plutôt. D’accord, Robbie, on récapitule. Tu prends le risotto, assez pour faire une belle grosse boulette de riz. Comme une balle de base-ball ? Exactement. Tu fais un petit trou dedans, pour la viande et le fromage. Tu prends un peu de viande, tu la fourres dedans. Un peu de mozzarella. Tu la mets dedans. Tu refermes tout. Tu trempes dans l’œuf. Tu recouvres de panure, tu enlèves le surplus. La suite est importante. Tu prends un cure-dent, tu fais un petit trou, comme ça. Une fois dans l’huile, l’huile entrera et fera fondre le fromage. D’accord ? J’ai compris. Des boulettes de riz. Ton grand-père fait les meilleures boulettes de riz. La chose la plus compliquée que je n’aie jamais faite. Des arancini. C’est ça. Arancini, Robbie. Ça veut dire ? Petite orange de riz. C’est ça ? Le plus important dans la boulette de riz ? Le riz ? Tout sauf le riz. L’amour et la patience. Ça vaut le coût, n’est-ce pas ? Robbie, apporte une boule à Ma. D’accord. Je dois parler à Oncle Sal, d’accord ? Compris. Bisous. Je t’aime. Les gens ne parlaient que des repas à emporter



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *