Radio RCF Cantal 89.4 FM

Radio RCF Cantal 89.4 FM, Radio RCF Cantal 89.4 FM direct, écouter Radio RCF Cantal 89.4 FM en direct

C’est vrai ? Je ne te promets rien, mais je peux jeux Ça serait génial si jeux Bobby ? Il faudrait retailler celles-là et leur ajouter jeux Salut, Ma. jeux un peu de rose. J’ai besoin d’aide à l’arrière. Ma ? Sérieusement. Tu ne vas même pas me dire bonjour ? Bonjour. Tu as besoin d’argent ? Je n’ai besoin de rien. Juste jeux Quand est-ce qu’on te voit, Tommy ? Pour payer ta caution ou quand tu as des ennuis. Ma, arrête. Tu viens quand tu as besoin de quelque chose, puis tu pars, et on ne te revoit plus, adieu. Et toutes les nuits, je me demande si je te reverrai avant de t’enterrer. Ne dis pas ça. Ça va être différent, maintenant. Je vais mieux. Je recolle les morceaux. Va-t’en. Ma ? Bobby, au travail. D’accord. La semaine prochaine, on pourrait aller boire cette bière, non ? Oui. J’aimerais bien. D’accord. Je veux te présenter Rosie. Oui, Rosie. Vous pouvez commencer à payer par mois. Je vous en prie. Vous travaillez dans la bureaucratie. Alors il faut penser en bureaucrate. Je vais vous dire quoi faire. Vous m’écoutez ? Vous remplissez le bordereau. D’accord ? Vous l’envoyez. Mais sans argent dedans, d’accord ? Puis vous appelez et vous leur mettez la pression. “Je vous ai payé. Vous n’avez pas reçu le bordereau ?” Ils vont dire : “On a le bordereau, mais pas jeux ” Vous direz : “Vous avez perdu mon chèque !” Vous allez vous gagner six mois. Je suis sérieux. Il faut être positif ! DON L’INTOUCHABLE VA DE MAL EN PIS GOTTI ACCUSÉ DE MEURTRES Par JERRY CARDOZO Selon les experts, il ne s’en tirera pas facilement. Je ne peux croire à quel point Bobby Pills a vieilli. Il vient d’entrer avec sa veste à carreaux, le choc ! Ce n’est pas Bobby Pills. C’est Tony Caruso. C’est Tony Caruso ? Tony est un faux frère. Il change toujours de camp. On le surnomme la Vipère. Ils n’ont jamais pu le trouver. Oui. Quand ils l’ont attrapé, il avait un alibi en béton. Par JERRY CARDOZO Sa femme a dit qu’il n’avait pas pu tuer Jimmy, “tous les vendredis soirs, Tony est avec sa maîtresse.” Sa femme a dit ça ? Elle leur a dit ça, oui. Super. J’y retourne. Cet homme. John Gotti. Je fais ce qu’il me demande, quand il le demande. Il me dit de sauter, je saute. Ça a toujours été comme ça. C’est le patron. Par patron, vous voulez dire jeux Le capitaine, le chef, le capo. C’est le patron de la famille Gambino. Et il m’a demandé de m’en occuper. De vous en occuper ? De le buter. Le refroidir. Le fumer. Me débarrasser de lui. Le tuer. Pouvez-vous me parler de la nuit du août ? On était à un dîner au club Vazallo, sur Union Avenue. C’est le club de la Mafia au Union Avenue ? Objection, votre Honneur. Il faut retirer le mot “Mafia” du dossier. La Mafia n’existe pas. C’est un stéréotype ethnique péjoratif. Accordée. À ce club, vous aviez votre arme avec vous ? Non. Pas d’armes dans le club. C’est contre les règles. Les armes et les malfrats ne font pas bon ménage. La vue sur l’océan. Et il faudra aussi déposer un gros crédit. Comme ta vie. Ne cherche pas à m’embobiner. À plus tard. C’est la bibliothèque ? C’est un club privé. Il y a une bibliothèque par ici ? C’est le Union ? Sors d’ici. D’accord. D’accord. Je pourrais boire quelque chose ? Vous avez du Campari ? Fiche-moi le camp d’ici ! D’accord, je fous le camp d’ici. Pauvre type. Salut. Salut ? Tu ne quittes pas ton travail quand ça te chante. “Rosie, je peux t’aider ?” Je peux t’aider ? Non. Tu as le beurre de cacahuètes ? Oui. Tu étais où ? Je suis allé dans un de ces clubs. Un club de la Mafia ? Oui, le club italien sur Union Avenue. J’étais curieux. J’y suis entré. Tu sais ce qui s’y passait ? Non. Rien. Il ne se passait rien. Rien du tout. Un groupe de vieux qui jouait aux cartes. Tu savais que les armes étaient interdites dans ces clubs ? Oui ? Oui. Où tu as entendu ça ? Au procès Gotti. Tu as été au procès Gotti ? Oui. Quand ? Avant d’aller au club. Tu commences à me faire peur. Tu joues la groupie ? Tu connais Sammy the Bull ? Non, je ne le connais pas. Tu le connais. Je l’ai vu aujourd’hui, au tribunal. D’accord. Il témoignait. D’accord. Et il a dit ça : “Les malfrats et les armes ne font pas bon ménage. “Les armes sont interdites au club.” Ce sont peut-être vraiment des clubs, ils traînent comme des personnes normales. Ils traînent comme des personnes normales ? À d’autres. Mais je me disais jeux Quand je suis entré, ces malfrats, ils ont du fric. Beaucoup de fric. Oui. J’aurais pu leur prendre tout leur argent. Tout. Non, non. Quoi ? Tu n’es pas sérieux ? Eh bien jeux Ne me dis pas que tu es sérieux ? C’est de l’argent facile. Je dis ça comme ça. Donne-moi tout ton fric ! Donne-moi tout ton fric ! Donne-moi tout. Un porte-parole du bureau du maire Dinkins a démenti toute accusation. À Manhattan, le grand jury a rejeté l’inculpation contre Alfonse Fiorello, patron reconnu d’une famille criminelle, pour manque de preuves fiables. On a longtemps cru qu’il était derrière le meurtre d’Anthony “Clams” Opstrepo, associé de la famille Gambino, qui a déclenché une guerre au sein de la famille et a conduit au meurtre de Robert Fiorello, le fils unique du patron présumé. Le F.B.I. cherche à prouver que Fiorello, QUI EST LE VRAI BIG AL ? PAR JERRY CARDOZO importateur de nourriture à Brooklyn, est à la tête des Vazallo, famille criminelle connue, mais les fédéraux ont toujours fait face aux voiles qui entourent Fiorello. LE F.B.I. ÉCHOUE CONTRE BIG AL PAR JERRY CARDOZO En sport, Darryl Strawberry reprend l’entraînement pour la re fois après avoir quitté les Mets pour les Dodgers. Marissa. Salut, minette. Ça, c’est pour Tommy. D’accord. Et ça, pour mon meilleur salarié. C’est moi ! Merci. Cent-un dollars et vingt-deux cents Cinquante-huit dollars et cinquante cents Il va falloir vendre ta voiture. Mon père m’a donné cette voiture. Je ne la vendrai pas. Alors, il faudra retourner chez ta mère jeux Je ne retournerai pas chez ma mère ! Alors, il va falloir passer au plan B. C’est quoi, le plan B ? Le plan B, chérie. Dis-moi. Écoute-moi bien. Non ! Non. Non. Ce sont des criminels. Ils n’appelleront pas la police. Et les flics s’en fichent si on vole ces malfrats. On prend la voiture, tu me déposes à l’angle. J’entre,



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *