Radio RCF Bordeaux 88.9 FM

Başlık, Başlık direct, écouter Başlık en direct

, pas trop Tu imagines cette femme et moi ? Très bien. Il y a des preuves Jeune, on ferait un enfant à n’importe qui J’ai fait ça en t’attendant. Jamais je ne l’ai aimée C’était la chair, Sophie Je t’en prie. Uniquement la chair Tu vas voir comme les nuages vont se dissiper, comme ce jour de Pâques va être beau Stéphane ! Stéphane ! Oh, Stéphane, mon grand Mon grand ! Oh, mon grand ! Mon grand ! Mon grand ! Seigneur, jetez un coup d’oeil ici Tu vois, je pars Ben oui Ça m’a fait drôle de te voir Moi aussi. Il y a pas de raison Oh, tes mains Tes belles mains qui ont couru sur mon corps Je les ai pas oubliées Au revoir. Au revoir Bon. Maman, nous avons tout dit Permettez que je l’embrasse ? Je vous le demande Est-ce vraiment utile ? Au revoir, toi Viens, maman. Allez. Dis au revoir à papa Au revoir, papa. Au revoir, ma petite fille Oh, tu sais ! Catherine, la petite Catherine “Catherine” ? La cadette. Elle est encore plus de son côté qu’elle Parce que vous avez une autre fille ? J’aurais peut-être pas dû. Mais tu racontes quoi ? Ben, je savais pas, moi Je la connais pas, cette môme Elle est peut-être pas de toi Il faut calculer, ma vieille ! C’est odieux Odieux, ce rôle que tu me fais jouer Briseuse de ménage. Un foyer avec enfants Que fais-tu ? Je te laisse avec les tiens Sophie ! Ne me touche pas ! Non, non, non. Sophie ! Non, non. Écoutez-moi. Sophie ! Qu’on me donne un mur, que je tape ma tête dessus, que je me suicide au mur J’ai bien joué le jeu, hein ? Il fallait éviter la cadette J’ai eu l’idée de cette petite note pour faire plus vrai Elle soupçonne plus Julie Vous saviez et vous m’avez laissée patauger pendant jours ? Pourquoi ? La cinquantaine chez l’homme, c’est le moment dangereux pour le coeur Le cholestérol, l’envie d’aventures, il faut juguler tout ça très vite Vous croyez l’avoir guéri ? Après les heures qu’on lui a fait passer, je serais étonnée qu’il récidive Mais vous n’aviez pas prévu ma mère Ah non ! Ça, j’avoue que j’ai eu de la chance Parce qu’arriver chez moi avec une jolie fille et être obligé de repartir avec sa mère jeux Ça jeux Vous allez pas le laisser partir ? Ah oui. Je voudrais voir jusqu’où il aura le culot d’aller C’était pas une femme pour vous. Qui ? Ben, la vôtre. Hier soir, je vais vous dire, j’ai pas eu une bonne impression Je vais vous dire : vos impressions, on n’en a rien à foutre Je t’en supplie, ne pars pas Mais je pars pas. C’est quoi ? C’est la tienne. Comment ? Je peux pas continuer à vivre avec toi Je penserais sans arrêt à elle et à ces gosses. Une horreur Je vais me réveiller. Le réveil va sonner Je vous le rends. Pardon pour ces années où je vous l’ai volé Mais, madame jeux Je vous donne de la confiture Mais il va pas vous manquer ? On fait quoi, maintenant ? On crache le morceau ou on épouse maman ? Le héros se porte un peu lâche, cette année Pour la drague : James Bond À la maison, c’est M. Propre. Ça suffit Les chaloupes à la mer, les femmes et les enfants d’abord Nom de Dieu ! Là ? Sur le canapé ? Chiche C’est fini ? Vous me faites de la peine Je vais retrouver Rousseau “Rousseau” ? Il m’a invitée à sa conférence Quel culot ! C’est pas sans charme Voilà ce qu’elles aiment : les tyrans Rousseau vous coupera la tête C’est un sinistre con, Rousseau Il faut oser le lui dire Vous êtes une serpillière. Moi ? Le James Bond de la panique, le du déculottage Nom de Dieu ! Et après ? Nom de Dieu ! Vous m’écrirez la suite “Le James Bond du déculottage” ? On va voir ça Nom de Dieu de nom de Dieu ! Belle sortie Nom de Dieu de nom de Dieu ! Où vas-tu ? Où sont les clés ? C’est ma voiture ! Arrêtez-le ! Assassin ! Ah, il est paniqué, James Bond ? Nom de Dieu ! Ah, il a du charme, Rousseau ! Tiens, connard ! Pas le moment de m’emmerder Bonjour. Bonjour Bonjour Toi, accroche-toi à ton pinceau Ah, il a la trouille, ! Et c’est en tant que représentant du gouvernement français que j’adresse un vibrant hommage au génie de l’homme Devant tant de merveilles réunies, on se demande comment les frontières peuvent encore subsister Les différences s’estompent pour ne laisser la place qu’à l’immense sentiment de joie qu’on éprouve devant ces sublimes manifestations de l’esprit humain Bravo ! Il veut me piquer ma fille, ce con Au contact de tant de beauté, comme, subitement, on se sent bon, généreux, fraternel Oh, le con ! Arrêtez-le ! Arrêtez-le ! Nous sommes frères Nous sommes frères ! Du calme, du calme. Restons calmes ! Tout le monde a le droit de s’exprimer Nous ne sommes pas sectaires. Lâchez-le Alors on recule ? On fraternise pas avec tous ? On a ses têtes ? Mais que me voulez-vous ? Un bisou Un gros bisou fraternel Eh oui ! Et voilà ! Excusez-moi. Pardon. Et on veut suborner ma fille Gougnafier ! Raciste, hein ? Pas beau, ça Attention ! Non, non. Laissez-le-moi Merci. De rien Laissez-le-moi. Laissez-le-moi ! Ma voiture ! Salaud ! C’est bien fait ! Il y a une justice ! Dégénéré ! Pédé ! Pas devant la gamine ! Arrête ton cinoche ! Tais-toi Moi, me faire faire un môme par lui ? Tu vas la boucler, oui ? Ma fille ! C’est pas la tienne ! La ! Elle me trompait ! Des années jeux Les plus belles années de ma jeunesse, je les ai sacrifiées à cette femme Elle me trompait ! Il est fou Et cette gosse jeux que j’ai élevée comme ma propre enfant ans, j’ai cru qu’elle était de moi Je lui ai acheté des glaces, des doubles cornets à la vanille et à la pistache Je suis un homme brisé, monsieur le juge Pardon. Mon commandant Les salopes. Oui, les salopes ! Allons jeux Allons-y, oui Je peux embrasser ma femme ? Allez-y Tu m’attendras ? Tu as été très bien, mon grand Oh jeux Ma fille ! Ma pauvre petite fille perdue C’est pour papa ou pour Stéphane ? Pour toi Oh jeux Pourquoi faut-il qu’elles mentent tout le temps ? Elles ne voient pas le mal qu’elles font ? Je hais le mensonge. Je hais le mensonge ! Merci, monsieur le commissaire. Merci de votre intervention Ça n’a pas été facile. Votre mari jeux Bonjour, les dégâts ! Il ne va plus tarder. Merci, Roger Le petit Roger Puglia qui est devenu commissaire comme son papa Le petit Roger avec lequel je jouais à la maman, sur la plage Tu as grandi. Il vaut mieux. J’avais ans Tu as les yeux de ton père. Regardez ces yeux qu’il a ! Absolument superbes. Magnifiques C’est absolument superbe Oh, c’est énorme ! Oh ! Sophie ! Ce jeune homme jeux Toi jeux Mais, monsieur jeux Stéphane, enfin ! “Enfin !” C’est Roger. Le petit Roger “Le petit Roger.” Roger Puglia C’est mon fils ! “C’est mon fils !” Les sal



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.