Radio Le mouv 87.7 FM

Radio Le mouv 87.7 FM, Radio Le mouv 87.7 FM direct, écouter Radio Le mouv 87.7 FM en direct

Nous sommes une fraude totale. Pensez-vous qu’ils peuvent voir à travers nous. Bien sûr que non. Nous porter ombre à paupières. Être cool est si épuisant. Qui est la fille d’anniversaire? Huh. Hey. Bonjour? ans de l’école de théâtre pour ça. Quoi? Bougeons. Regardez. C’est d’accord. C’est bon. Nous avons juste besoin d’aller à notre endroit heureux. Aw! Oooh! Ça sent bon. ça va aller. C’est bon.J’ai rajouté des images de toi Merci Tu me ramèneras les autres ? – J’ai pas fini. Qu’est-ce que tu peux faire, avec ces vieux trucs ? Enfin, bon ! Au moins quelqu’un les regarde. Moi, j’y arrive plus. Tu la réveilles bientôt ? Elle doit se reposer. Il faut que je sache, pour la maison de mamie. C’est pas le moment. On débarrasse demain avec Cathie. Maman veut garder des trucs ? Demain ? On en avait déjà parlé, tu le savais. Je veux venir. C’est hors de question. Mais je vais mieux. Le médecin te l’a dit. Laisse-la ! Tu ne te rends pas compte. Elle est trop fragile. Elle est rentrée, maintenant. Elle peut décider seule, non ? S’il te plaît. Bon. Suzanne va aller se recoucher. Toi, c’est mieux que tu partes, maintenant. Je viens te chercher demain matin. Tu ne m’embrasses pas ? Tu cherches quoi ? Qu’elle refasse une crise ? Elle est de sortie pour deux jours, pas encore guérie, je te signale. T’es pas venue la voir à la clinique. Ce matin, t’es pas allée la chercher. Elle a le droit de venir. C’est sa maison aussi, bordel ! Et toi, t’étais obligé de la remettre là-bas ? Comme si j’avais le choix. Tu rêves ! Tu crois t’en tirer comme ça ? Arrête ! Rentre chez toi ! Je vois bien que ça ne va pas Lâche-moi Dis-moi ce qu’il y a ! Je ne veux pas de ton aide. J’en veux pas, tu comprends ? Tire-toi. Il faut que tu te calmes. Il faut que tu te calmes ! Dégage, putain ! Dégage, bordel ! – T’es tarée Tu comprends ? Dégage. Allez, monte ! On gêne, là. On y va. C’est pour qui, ces fleurs ? Grand-maman. Je passe à l’hospice prendre Cathie. Avanti ! Avanti ! Arrête ! Remonte ta vitre. T’es sûre que tu veux venir ? Ça va être très bien. C’est mieux que tu restes ici. J’en ai pas pour longtemps Salut ! – Oh ! Oh, Léa ! Cara mia. On ne t’attendait pas si vite. Il fallait venir les mains vides On y va ? – Oh non ! Reste un peu. On n’est pas à deux minutes. C’est que maman attend dans la voiture. Déballe tes fleurs, on va chercher un vase. Dans le réfectoire, au bout du couloir. Pourquoi tu l’as amenée ici ? Elle reste dans la voiture. Tu m’as bien comprise. Elle va bien T’as quoi, dans la tête ? – Elle voulait nous aider T’es inconsciente ? – Elle fait ce qu’elle veut. Bonjour, maman. Qu’est-ce que tu viens faire là ? C’est comment, ici ? Ça va ? Très bien. Comme à l’hôtel. On peut dire que tu m’as bien laissé tomber. Excuse-moi. Heureusement que ta soeur était là. T’as pas l’air bien mieux. Tu m’as manqué. Arrête de faire l’imbécile. Reprends-toi ! Basta ! Ça va. Elles fabriquent quoi, les autres ? Je vais les attendre dehors Salut, ma belle Salut. Ça me fait plaisir de te voir. Moi aussi. Désolée, maman. On a fait un peu long. Ouvrez les volets, j’arrive. Allez ! On attaque ? Je mets ça où ? Ça, dans le carton. Et le reste, à la poubelle. Tiens. Tu mets ça là Là, je te dis Ah, c’est lourd ! C’est trop lourd. Elle n’a pas besoin de rester là-bas, je peux m’en occuper. Je vais bien, maintenant. Mais oui. Je vais bien. Viens avec nous. Viens t’asseoir Ah, merde ! – “Ah, merde !” Ça va ! Oh, oh ! “Ça va !” Ça va ! Ça va ! Ça va ! – Arrête ! Arrête ! – Ça va ! Arrête radio Tu m’as manqué. Allez ! Ça va ! Ça va ! Allez ! Je vais chercher le dessert. Je le crois pas ! Elle l’a gardé. Qu’est-ce que tu en dis, Suzie ? Hein ! Il me va encore ? C’est quoi ? Des trucs de bonne soeur ? – Des mantilles Quoi ? – Des mantilles Des voiles pour l’enterrement. Allez ! On n’est pas à un enterrement. Restez comme ça. Mettez-vous comme avant. Ne nous filme pas comme ça. Laisse-la. Allez, enlève ça ! Enlève ça, je te dis. Enlève ça ! Arrête avec cette caméra ! T’es pas drôle. Ça suffit, maintenant ! Il faut que tu te ménages. Où tu vas ? Je ne suis pas fatiguée. T’es contente ? Tu vois pas que tu l’excites encore plus avec tes conneries ? Prends-toi en main ! J’ai assez de soucis avec ta mère, ta grand-mère. Je peux pas tout faire. Je ne t’ai rien demandé. Si vous la lâchiez un peu ? – Qu’est-ce que tu dis ? – Tu sais. Toi, papa, vous flippez. Arrêtez de lui dire toujours quoi dire, quoi faire. Arrêtez de la prendre pour une tarée. Pourquoi la traiter comme ça ? Si vous lui foutiez un peu la paix ? C’est quoi, votre problème ? Tu veux pas comprendre. Elle est malade ! Ça vous suffit pas de la faire enfermer ? Merde ! Qu’est-ce que tu crois ? Qu’elle peut être seule à la maison ? Elle n’était pas comme ça, avant. Avant moi, c’est ça ? Arrête de dire n’importe quoi. Grandis un peu. Maman ? Maman ! Cathie ! Elle s’est barrée ! Je vais aller voir. T’aurais pas pu te taire ? Je suis contente que tu sois venue. Ça fait du bien. Oui. Ça fait du bien, de fumer. De disparaître. Tu ne diras rien à ton père ? Lui dire quoi ? Pourquoi tu restes avec lui ? Je vais t’aider. J’ai aussi mon voile de mariée. Allez, on y va ! Allez, tiens ! Attends. Tu ne veux pas y retourner comme ça ? Allez ! C’est maintenant que vous rentrez ? J’ai attendu toute la soirée. Qu’est-ce que vous avez foutu ? J’ai fait un détour. T’aurais pu avertir. Excuse-moi Je me suis fait du souci Excuse-moi. C’est bon, là. Arrête, maman. C’est ma faute, j’ai dit. Ça va, t’as rien fait de mal. “J’ai rien fait de mal.” Je veux que tu te reposes. Alors, je dois être comment ? Comment tu aimerais que je sois ? Voilà, voilà. C’est comme ça que je t’aime. Va dormir, maintenant. Je vais vous laisser. Bonne idée. Demain, on mange à midi. Après, je ramène ta mère à la clinique. Bonne nuit, maman. À demain. Allez, enlève ça ! Enlève ça ! Arrête avec cette caméra ! Enlève ça ! – Arrête avec cette caméra ! – T’es pas drôle. Stop ! Ça suffit radio Tu as regardé la cassette ? Oui. Quelle cassette ? La cassette de Trieste. On pourrait partir. Va préparer tes affaires. On va y aller. Si tôt ? Il faut que je passe encore au bureau. Je vais t’accompagner, moi. On prend le temps de finir Tu l’emmènerais ? – Oui. D’accord. Bon. J’y vais. Salut. Merci. De quoi ? De m’avoir prise avec toi, hier. Je viendrai te chercher, vendredi prochain. Je serai là, cette fois. Je te promets. On y est. T’as pas chaud, avec ton manteau ? – On se tire Vraiment ? On va où, alors ? Paname ? – San Remo ? – D’abord, on se tire d’ici. Madrid ? Mexico ? Ah non !



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *