Radio Classique 91.7 FM

Radio Classique 91.7 FM, Radio Classique 91.7 FM direct, écouter Radio Classique 91.7 FM en direct


Ajoutez à Votre Site web.

vous enfermer ensemble. Ils sont compréhensifs, mais tout de même alors qu’est ce que je fais ? oh surtout ne faites rien ma petite fille, jamais. ça vaudra toujours mieux. allez à bientôt. pardon. hah Duret, mon vieux vous allez ouvrir un dossier, Yvette Maudet. bien,monsieur. oh tu sais ce que c’est, sont deux pauvres mômes qui font le tapage, et s’y prennent mal. alors comme elles crèvent de faim, elles passent devant un bijoutier, elles voient des bijoux de quatre sous et se disent tiens, si on les volait, on serait peut être à l’abri pendant quelques mois. alors elles font le coup avec un pistolet d’enfants, et elles le ratent c’est une petite affaire. he elle n’est pas si facile tu sais. pauvre petite affaire pas facile, le genre d’affaire qui ne paie pas . je me demande pourquoi tu l’as prise ? jolie la fille oh gracieuse oui mais joli oui mais c’est pas pour ça. pourquoi alors ? oh bravo ravissante! tu permets ? non vive la reine God save the queen Versailles, au nom prestigieux, tout le passé de la France à revivre pour recevoir la jeune souveraine dans un cadre digne . avoues que tu as été flatté que la gamine te connaisse. oh pas du tout. si, si, tu as été flatté oh tu m’embêtes, disons que ça m’amuse, et que ça n’a aucune importance on verra. ah Bourdenave, vous restez pour voir passer sa majesté j’espère Si vous permettez maître. mais je ne permets pas j’ordonne, et vous allumerez partout cela lui fait plaisir. Merci maître. Ne me remerciez pas, c’est un ordre de la préfecture de police, pour une fois, il paye la lumière vous éteindrai en partant. Je penserai y penser,madame. sur le port de tretigny ont pris places les quelques rares privilégiés qui vont participer sur le fleuve à ce long base man dans lequel la seine et ses lumières se courberont en l’honneur de sa Majesté et la foule acclama et voici qu’apparaît la Reine, dans une éblouissante robe du soir le prince la suit, prince Philippe,prince charmant aussi détendu que s’il embarquait sur la tamise, pour un joli dimanche anglais à l’ambassade de grande Bretagne, un dîner aux chandelles, attend pour tout à l’heure le couple royal souper royal lui aussi dont le menu laisse rêveur accompagne des crus les plus prestigieux, de notre champagne ce vin de minuit, qui clôture les comptes. car le port de tretigny vogue à présent, sous une véritable féerie nocturne de lumière,de musique et d’acclamations le feu d’artifice est commencé qui lance déjà vers le ciel ses gerbes de fleurs ses étoiles d’ocres c’est toi Yvette Maudet? oui pourquoi? allez viens avec nous. je n’ai rien fait de mal. on t’a pas dis ça, allez viens gentiment. oh la la quel temps, alors je compte sur vous ? oui, oui, vous aurez ça dans quinze jours bon, au revoir monsieur, au revoir monsieur et alors votre pauvre dame? ça ne va pas fort, elle est toujours à l’hôpital, vous voyez J’ai encore une paire de bas. oh, la,la des bas la pauvre,ça ne presse pas, allez rien à faire pour vous? non merci, excusez-moi il pleut allô je voudrais parler à M. Gobillot. Non, non, non, c’est personnel. M. Gobillot? ..non maître, je ne veux pas de rendez-vous, non,non, je veux pas dire mon nom. c’est un service que je rend, et je veux pas qu’il m’attire des ennuis. c’est au sujet de l’affaire de la Rue St Gilles radio Le bijoutier. Bourdenave! Bourdenave oui, oui chère madame, je vous écoute, mais permettez une seconde. Bourdenave Bourdenave Là! là allez vite vite, notez vite, notez je vais juste chère madame, mais je n’ai pas très bien entendu. voulez vous répéter je vous prie ? oui c’est ça et ça change tout Bourdenave, ça change Tout. mais si mais si c’est extrêmement intéressant, chère madame, mais oui bon alors, si vous avez d’autres détails, vous avez mon numéro rappeler moi. C’est ça, encore merci et au revoir chère madame. c’est pas formidable,hein? plaidoire, plaidoire radio tapez ça tout de suite, et donnez le à Duret. Allons Bourdenave ,ne faites pas cette tête la. vous ne trouvez pas ça drôle? oh pardon Entres entres. dis donc,Viviane radio il y a du nouveau, tu sais le bijoutier Quels bijoutier? mon cher, mais il n’y en à qu’un seul , y à qu’un seul bijoutier, en ce moment à Paris, celui de la rue Saint-Gilles. Je viens de recevoir un coup de téléphone passionnant ah racontes. figure-toi que cet horloger, cet honnête artisan, y a qu’un malheur, c’est un satyre. il se livre couramment à l’exhibitionnisme, dès que sa femme, a tourne les talons. tu vois le partie que je peux tirer de ça au procès, parce que quoi après tout, ce soir-là, pendant que sa femme était absente pourquoi n’en aurait-t-il, pas profité pour emmener chez lui deux petites putains. qui auraient fait le coup Oui pourquoi pas? il n’y a qu’un malheur comme tu dis, c’est qu’à l’instruction, il a reconnu ces deux gamines. Oui, évidemment il a reconnu les deux bonnes femme à l’instruction, mais il ne voit pas clair il aurait pu aussi bien reconnaître deux autres, il y en a des tas qui sont venues chez lui. que moi j’en trouve dix et que je les amène à la barre, et tu verras le spectacle seulement il faudra bien les choisir, et qu’elles ressemblent à cette Yvette Maudet et à son amie. ça c’est pas difficile, Une brunette et une petite blonde, d’ailleurs je n’accuserai aucune. car il n’est pas exclu messieurs que les coupables se trouvent parmi elles. celui-ci, celui-là, moi ça ne me regarde pas, ce n’est pas mon affaire . c’est à vous de découvrir les coupables, moi, je défend les innocentes alors est ce que tu reprends confiance maintenant? ceci dis j’aime mieux te dire que de les avoir si rend quelquefois mes deux innocentes car elles aussi auraient pu très bien faire le coup, seulement voilà ils n’y a qu’un malheur qu’elles n’étaient pas là. elles étaient dans le petit bar de mon ami Gaston. Gaston,dont je vous le signale messieurs, le casier judiciaire est absolument vierge qualité indispensable à un faux témoin un faux témoin, il est plus sur qu’un vrai, il ne varie jamais, un faux témoin je répond comme de moi même. dis moi, ton bijoutier de quatre sous, en cherchant bien, je ne sais pas moi on ne trouverait pas une petite affaire de recel,



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *