Radio Arc Ciel 90.7 Fm

Radio Arc Ciel 90.7 Fm, Radio Arc Ciel 90.7 Fm direct, écouter Radio Arc Ciel 90.7 Fm en direct

J’ai senti hier, sans doute pas autant aujourd’hui, mais j’ai senti qu’aujourd’hui, il y avait, ou hier, un décalage entre ce qui se passe ici, ce qui est très cool Oui. Tu fais un nouveau ballet, un troisième, hein ? Tu es un gosse qui radio Je veux dire, c’est cool. Pas vrai ? Oui. Mais l’orchestre est juste radio Tu sais, ils n’ont pas été immédiatement fous de ce morceau, et tu sais, ce n’est pas radio Il y a un décalage entre l’excitation de ce qui se passe réellement radio Et ce que ça radio La raison pour laquelle j’ai posé la question sur Rabbit, c’est radio Si tu pouvais descendre et dire, “Merci infiniment pour le Rabbit d’hier, “et c’est mon troisième radio ” Tu vois ce que je veux dire ? Oui. Je leur ai presque dit quelque chose hier, mais je ne voulais pas non plus aller au-delà de mes limites. Je crois que si tu y allais et si tu pouvais radio Tu vas radio Tu vas être assis là ? Oui. Je crois que si tu y allais et disais à Marguerite d’attendre secondes et si tu allais dire à Andy, “Tu permets que je m’adresse à l’orchestre ?” Oui. D’accord. Je peux faire ça. Je sens que tu devrais créer ce lien. Oui, ce serait très bien. Et ils pourraient se rallier à radio Oui. Ils se diraient : “Oui, ça compte “qu’on joue bien et que ce soit très important.” D’accord. Tu sais ? Je veux dire radio D’accord. Oui, j’apprécie. C’est super. Oui. Je ferai ça. Merci. Puis-je juste dire radio Je peux parler à l’orchestre une seconde ? C’est possible ? Oui. Non ? Oui. D’accord. D’accord. Salut, les gars. Je suis le chorégraphe. Je ne sais pas si je radio Si je vous connais tous, mais je suis Justin Peck. Je veux juste dire que tout mon processus de chorégraphie est vraiment, vraiment basé sur la musique, et le but de tout ce que je fais, c’est de révéler les détails, les complexités et les textures de l’orchestre. C’est très, très important de jouer avec beaucoup d’énergie et de vigueur, surtout dans ce morceau. J’apprécierais cela infiniment car je suis vraiment ravi de vous avoir tous. C’était fantastique, ce soir. La section des cordes dans Year of the Rabbit m’a rendu très enthousiaste. Les tempos étaient fantastiques. Je me réjouis à l’avance de la perspective de cette première. Alors, merde. LE JOUR DE LA PREMIÈRE Je me sens bizarre quand mes cheveux sont en chignon bas. Je sais, mais ce n’est pas très, très bas. Ce n’est pas, tu sais radio Oui. Oui. Je vais te laisser le cou dégagé autant que possible. Je sais. Je sais ce que tu ressens. Une touche. Danseurs, signez votre arrivée si ce n’est déjà fait. Eh. Merde. Comment vas-tu ? Merde à toi. Dans une demi-heure, le premier ballet de la soirée : Paz de la Jolla de Justin Peck. Une demi-heure. Alors, oui. C’est formidable, Justin. On a vu votre Rabbit il y a deux jours. Ah, oui ? Et on est revenus. Ça m’a plu. Encore. Merci. Je l’ai préféré à la première fois. Non, ça m’a vraiment plu. En fait, ça devient de mieux en mieux. Que ressentez-vous quand vous montez les marches vers le théâtre, et qu’il y a radio Robbins, vous et Balanchine ? Oh, mon Dieu. Je panique à cette idée, oui. Olga, il était dans ton cours à l’école d’American Ballet ? Oui. Eh bien radio oui. Pas dans mon cours, mais j’ai fait avec lui radio Mais on a travaillé ensemble. Sur Scènes de Ballet. Sur l’œuvre de Chris Wheeldon. Chris Wheeldon. Ah, je vois. Je vois. Oui. Vous avez une bonne critique. Vous êtes au même niveau qu’Alexei. Alexei Ratmansky et Chris Wheeldon. Oui, c’est veut vraiment tout dire, alors radio Non, c’est fantastique. Ce que vous faites est fantastique. Amar ? Oui ? Tu veux faire des essais ? Allons-y. D’accord. Oui ? Oui ? Je saisis ces hanches. Les soulèvements et tout ça ? Oui. D’accord. Je vais juste saisir ces hanches et le faire. D’accord. Cool ? Cool. D’accord, chérie. Embrasse-moi. Tu es très beau. Régale-toi. Toi aussi. Merde. Merde. Merde, les gars. C’était génial. Vraiment génial. D’accord. C’est génial. Merci ! Oui. Ça a l’air super. Tellement super. Dans quinze minutes, le troisième ballet de la soirée : Le Concerto DSCH d’Alexei Ratmansky Danseurs sur scène. Mesdames et messieurs, durant la performance de ce soir du Concerto DSCH, vous êtes priés de vous rappeler d’éteindre vos téléphones portables. En place, s’il vous plaît. En place.Un homme n’est jamais fini La chance arrive sans prévenir Il n’est jamais trop tard dans la vie Un jour, c’est sûr, on réussira Nul ne peut juger la vie d’un homme La vie, ça va, ça vient Nul ne peut juger la vie d’un enfant des rues On ne choisit pas sa vie Les enfants du rond-point Mandela sont de grandes stars Ils dorment sur des cartons Les handicapés de Plateforme sont de grandes stars Ils dorment sur des cartons On a les cartons ! Qui es-tu pour te moquer de moi ? Applaudissez ! Merci, carton. JUILLET Lorsque nous avons rencontré le Staff Benda Bilili dans leur coin de rue, nous étions à Kinshasa, en train de faire un film sur la musique urbaine. Comme la majorité des gens congolais, Benda Bilili se centrait sur la survie, leurs seules armes étant leur talent et un optimisme inébranlable. C’était un coup de foudre pour ces virtuoses inconnus. Ils chantaient sur la vie dans la rue et comment s’en sortir dans cette ville cruelle. Leur musique nous a touché directement dans nos coeurs. Ça nous a fait réfléchir. Ça ne nous couterait pas grand chose de les aider à enregistrer un album. Alors on a décidé de faire ça avec notre propre argent. Pour ces personnes handicapées, des musiciens de rue vétérans nous avons saisi une opportunité que l’on ne pouvait pas rater, mais nous n’avions jamais imaginé que notre collaboration allait durer cinq années. C’est bon, j’ai discuté avec eux. On a trouvé un accord. Ils vont nous donner plus de fric ? Non, on n’aura pas plus de thune. C’est négocié. Ils nous ont prévenus, ils sont fauchés. C’est eux qui donnent le fric pour payer les solistes. Faut faire un effort ou ça ne marchera pas. Ils paient les clopes, la bouffe… Avec leur fric ! Et l’herbe. Pour avancer, se développer, il faut être d’accord. Faut pas les embrouiller. Il faut voir les choses comme ça. ABRI POUR LES HANDICAPÉS MOTEURS Je suis né fort Mais c’est la polio qui m’a eu Regarde-moi, aujourd’hui Vissé sur mon tricycle Me voilà avec mes cannes Je suis devenu l’Homme aux cannes Maudites béquilles Quelle galère Les mamans responsables



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *