Radio Toulouse 92.6 Fm

Radio Toulouse 92.6 Fm, Radio Toulouse 92.6 Fm direct, écouter Radio Toulouse 92.6 Fm en direct

C’est un beau spectacle. On porte une armure, des gants, un plastron et un masque. Le combattant est entre le moine et le joueur de base-ball. Un peu de musique ? Si vous jouez. Charlie ne m’a pas comparé à Mozart, j’espère. S’il vous plaît ! D’accord. – Qu’est-ce que c’était ? Akatonbo. “Libellule rouge.” Une vieille comptine. Magnifique. Vous la rejoueriez ? Avec joie. Pourquoi être devenu policier ? Le travail me plaît. Simple curiosité. Pourquoi ? J’ai remarqué la signature sur ce tableau. Vous devriez remplacer votre arme par un pinceau. Ce Kojaku-là, c’est mon père. Il est magnifique. C’était un véritable artiste. Ses toiles étaient incroyablement réalistes. Il captait la fragilité d’une toile d’araignée. Ses couchers de soleil étaient féeriques. C’est sa dernière laque. Il l’avait intitulée Or glacé. Mon père avait réalisé son rêve. Et vous réalisez le vôtre dans la police ? Je suis inspecteur à la brigade criminelle. Navrée. Me pardonnez-vous ? On nous trouve étranges, on l’est peut-être, mais c’est un travail stable. On ne peut pas nous virer facilement, et la retraite est bonne. Mais ce n’est pas ce qui m’attire. Je sais. Comment le savez-vous ? Une intuition. La maison avec les escaliers. Derrière moi. La chambre du haut allumée. Non, par là. Il est là-haut. Vous n’oublierez pas ce tuyau de Ziggy ? Ne t’en fais pas. Vous vous en souviendrez ! Police ! Du calme. Je suis de la police. Calmez-vous ! Asseyez-vous. Vous voulez bien vous calmer ? Vous voyez, c’est moi. D’accord ? Oui. Bien. Où est l’homme qui vit ici ? Comment ça ? Vous le connaissez ? Elle est à l’envers. Alors ? Oui, mais il est parti. Où ? Je m’en fiche. Quand ça ? À l’instant. Et il ne reviendra pas. Il a pris ces escaliers ? Il est parti par-devant. Pourquoi il ne reviendrait pas ? Katie, il me demande pourquoi. Il a plié bagage. Et je fais le ménage. Comment je le sais ? Et son sac ? Quel genre de sac ? Je m’en fiche. C’est quoi ce raffut ? Qui se tape dessus ? Vous savez où est parti M. Hansel ? Le type qui vivait là ? Vous êtes flic ? Oui. Je sais rien du tout. Et vous ? Écoutez, madameradio Votre petite fille est très belle. L’avez-vous vu avec quelqu’un ? Non. Vous avez le téléphone ? Non. Si vous le voyez, appelez la police et demandez à parler au sergent Bancroft. Comptez pas là-dessus. Pourquoi ? Je ne m’approche pas de la police. Pourquoi ? Pour rester entière. J’ai cru que vous alliez me comparer à Rembrandt ou de Vinci. Sans vouloir dénigrer votre talent, leurs tableaux me bouleversent pendant des semaines. Navrée de ne pas vous bouleverser. Ne vous méprenez pas. J’aime ce tableau du kimono. Pourquoi ? Pourquoi ? Je trouve difficile d’expliquer pourquoi et aussi pourquoi je le trouve inachevé. Mac vous a parlé ? Comment ça ? Au sujet de mon tableau. Non, pourquoi ? Je trouve étrange que vousradio Qu’entendez-vous par “inachevé” ? C’est difficile à exprimer. C’est comme si vous n’aviez jamais trouvé ce que vous pourchassiez. Et qu’est-ce donc ? Je ne sais pas, je ne suis pas un intello, mais je vais tenter de m’expliquer. En le voyant, j’ai eu l’impression que vous recherchiez l’inaccompli. Comme si vous étiez assise au bord d’un volcan. Je ne sais pas. Je ne sais pas pourquoi je vous dis ça. Je ne suis pas critique d’art. Mais vous avez une grande sensibilité. J’ai dû hériter ça de mon père. Il saisissait les intentions d’un artiste d’un simple regard. Vous avez une petite amie, Joe ? Si je suis mordu ? Oui. Un beau jour, vous aurez le coup de foudre. Vous croyez à ces bêtises ? Non. Moi non plus. Joe ? Oui ? Croyez-vous que certains ne tomberaient jamais amoureux s’ils n’avaient jamais entendu parler d’amour ? On ne peut aller contre un élan naturel. Alors pourquoi résistez-vous ? Chris. Ne compliquons pas la situation. Retournez travailler. Qu’est-ce qui ne va pas, Joseph ? S’il te plaît, parle anglais. Tu sais que ça m’aide à faire des progrès. Une fille me pose problème. Je l’aime. Qui est-ce ? Chris Downs. Quel est son nom japonais ? C’est une occidentale ? Oui. Je vois ce qui te préoccupe. Non, ce n’est pas ça. Je ne mérite pas une fille comme Chris. Moi, Joe Kojaku. Je ne la mérite pas ! Je ne comprends pas. Ce serait mal. Selon qui ? Ça m’a tourmenté toute la nuit. Je ne sais plus quoi penser. Je suis complètement perdu. Tu aimerais que je t’aide ? Je devais en parler à quelqu’un. Comment puis-je t’aider en ignorant ce qui te trouble ? Je ne pensais pas tomber amoureux. C’est arrivé comme ça. Il n’est pas là. Viens, allons-y. Où peut-il bien se planquer à ton avis ? Je veux bien parler tout seul, mais je vois bien que ça ne va pas. Ton repas est passé de travers ? C’est la balle qui fait des siennes ? Quoi ? J’ai l’impression d’être avec un zombie. Allez, viens. Je monte voir. Tiens-toi prêt, au cas où il filerait par-devant. Mais qu’est-ce que tu as ? Fumer une cigarette n’a rien d’exceptionnel. Un homme ne sera toujours qu’un homme, mais un bon cigare, c’est l’extase. Avez-vous déjà aimé un homme d’une culture différente ? Bien des fois. Était-il d’une couleur différente ? Je me souviens d’un Hindou à Bombay. Votre différence de peau le dérangeait-il ? Non, mais son père m’a fait comprendre que ça le dérangeait. Pourquoi ? J’aime Joe Kojaku. Il élève un mur entre nous, parce qu’il est japonais. Lui avez-vous dit que vous l’aimiez ? Il le sait. Et qu’a-t-il dit ? Que pouvait-il dire ? Il s’est figé. Parce qu’il est japonais. Quoi d’autre ? C’était palpable dans tout ce qu’il disait. Son embarras emplissait la pièce. Vous ne connaissez pas Joe Kojaku. Il me tient à distance. Ce n’est pas son origine japonaise. Alors, quoi ? C’est peut-être Charlie. Je ne comprends pas. Il vous aime, Chris. C’est ça, le problème. Il me l’a dit, il l’a dit à Joe, et demain, tout le commissariat saura que Charlie est enfin amoureux. Je vois. J’en doute. Il faudrait que vous compreniez l’importance qu’a Charlie pour Joe. Mais je comprends. Cette situation n’a rien d’original. Peut-être. Mais ce que ces deux-là ont vécu à la guerre est intouchable. Le sang de Joe a maintenu Charlie en vie en Corée. À présent, c’est l’amitié de Charlie qui maintient Joe en vie.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *