insidelatino lille

insidelatino lille en ligne écouter en direct Radios françaises La qualité et la diffusion en continu.

Ajoutez à Votre Site web.

Tu crois ça ? Joyeux anniversaire. Enfoiré. Hélas, pauvre Yorick ! Je l’ai connu, Horatio. C’était un garçon d’une gaieté infinie. M. Sherry commença à nous traiter comme une équipe. On lui en était reconnaissants. Mais quand on annonça un spectacle à l’école des filles… CONCOURS DE JEUNES TALENTS …personne ne leva la main. Mais Sherry nous avait entendus jouer de la guitare et avait dit… Non, il avait insisté pour que Conor et moi jouions une chanson. Alors, comment ça va ? Très mal. C’est horrible, merci. Pourquoi ça ? On n’est pas des super joueurs de guitare espagnols, on oublie l’instrumental. On doit chanter un truc, mais aucun de nous ne veut chanter. Je ne chanterai pas. Non, moi non plus. Pourquoi pas tous les deux ? Comme Simon & Garfunkel ? Oui, comme Simon & Garfunkel. Je ne crois pas. C’est pas assez cool pour vous, Ned ? Franchement, non, pas vraiment. Jeune homme, vous devez apprendre qu’il y a plus important qu’être cool. C’est… la beauté. En haut… en bas… Mais c’est super haut. « Super haut. » Ne galopez pas, vous n’êtes pas un cheval. Conor. On a entraînement. C’est dans minutes. Grouille. L’équipe de rugby du lycée entama une succession de victoires. Les journaux du coin les attribuèrent à mon ami. Le pilier droit vedette. Mais les joueurs vénéraient Pascal. Arrêtez ! Numéro neuf, félicitations ! Tu as une annonce à faire ? Non. Si. Non. Si. Allez, numéro neuf. J’ai vu le numéro neuf en train de faire un tacle, il a clairement autre chose en tête. Je suppose que c’est parce que ton copain et toi allez vous fiancer. Pourquoi tu cajoles un sac ? Frappe-le ! Tu as peur qu’on te frappe ? Inscris-toi pour l’opéra du lycée ! Je parie qu’ils manquent de serveuses de taverne. Approchez-vous tous. Il faut être sérieux. C’est dans la nature de cette école qu’on vous parle « d’avoir l’esprit ouvert », des bienfaits d’une « éducation complète ». C’est des conneries ! On va entrer sur un champ de bataille, une fois sur place, la dernière chose qu’il nous faut, c’est de l’empathie, de ressentir des choses. Conor sera notre leader, tout le monde voudra sa peau. Alors, à partir de maintenant, vous n’êtes pas une équipe. C’est une zone de guerre, vous êtes une armée. Tu ne devrais pas dormir ? Toi aussi, non ? Je n’ai pas de quart de finale. C’est pour ça que je ne dors pas. Je n’y arrive pas. Je suis anxieux. Tu vas gagner. Tu n’en sais rien. Je n’y connais rien en rugby, mais… Je le sens au fond de moi. Tu y seras ? Ce n’est pas vraiment mon équipe. Une fois, avant que tu arrives, l’un de tes coéquipiers m’a mis la tête dans la cuvette des WC. Je ne veux pas que ça me suive toute ma vie. Il vaut mieux que je ne vienne pas. Mais je penserai à toi. En file indienne, messieurs. En file indienne. Conor, ton père est au bar. Il veut nous payer un coup à boire. Attention. Je passe. Je passe. Et voilà. Attention, les gars. Prenez un verre. Bougez-vous. Prends un verre avec ton père, fiston. L’eau me va, merci. Prends-en, ça ne te fera pas de mal. On ne peut pas trinquer sans une boisson de mec. À mon fils, l’athlète, et à vous tous, messieurs.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *