élèctrodancefloor PARIS

élèctrodancefloor PARIS, élèctrodancefloor PARIS direct, écouter élèctrodancefloor PARIS en direct

Ajoutez à Votre Site web.

M. le conseiller. Je ne voulais pas mettre en doute votre âme… votre Ghost. Je me rends sur les lieux. Bonne chance. Ishikawa, vérifie. J’ai sous les yeux le rapport de la Commission nationale. On a les fonds. Bien joué, major ! Venez dans mon cyberespace. On prend l’affaire. Kusanagi… Comme on se retrouve. Le pouvoir t’a finalement mise en laisse ? Et toi ? Tu es devenue la planche à billets du grand capital, maintenant ? Les organisations militaires sont privatisées. Nous sommes en guerre. Ne te range pas du côté des perdants. La guerre est derrière nous. Je n’ai pas envie qu’on me colle un numéro de série. Ici-bas, nous ne sommes tous que des consommables. Nous saurons vite qui de toi ou de moi s’éteindra en premier. J’arrive dans sept minutes. Faites-moi un topo. En réaction au déclin du ministère de la Défense, militaires nationalistes ont pris possession de l’ambassade de l’Union économique asiatique. Voici leurs positions, leurs dossiers et les parties concernées. Eh ben… Ils sont tous cybernétisés, dont deux très lourdement. La police armée est pas de taille… Il y a otages. sont retenus dans l’entrée avec des explosifs. Les six autres ont pu se réfugier dans la chambre forte. Il faut que la porte tienne. Sinon, le siège va s’éterniser, ou ils vont exécuter les otages. Leurs revendications ? La préservation du ministère de la Défense. Rien sur les désertions. Ils se cherchent un nouveau champ de bataille. Domination, à mon signal. On lance l’assaut. Vous voulez qu’on fasse ça tous seuls ? Nous avons un sniper et les Logicoma pour nous couvrir. La police fera barrage aux renforts ennemis. J’oublie quelque chose ? Sérieusement… On se sent à poil sans son calepin et sa cravate, le nouveau ? Dur dur d’être le seul humain à %. Profites-en pour te faire cybernétiser. Si t’y restes, j’irai voir ta jolie petite femme. Avant de te faire exploser la tête, n’oublie pas ton testament. Si tu veux qu’on t’achève proprement et sans douleur, tu m’appelles. Arrêtez votre char, j’ai compris ! On donne l’assaut ! Vous êtes les meilleures pièces que j’ai pu trouver. Si vos performances sont insuffisantes, je vous mettrai au rebut. Mais sachez que, si vous n’êtes pas dans mon unité, c’est soit la prison, soit une mort violente qui vous attend. Gardez bien ça en tête. Préparez-vous à l’assaut. Elle parle de nous comme des objets… Elle sait pas comment nous motiver autrement, la diva. – C’est le diable en personne. Une guenon. Quelle mégère… Quoiqu’il en soit, elle croit en nous. Je vais y rester, c’est pas possible… Nous ne pouvons y aller seuls ! Où sont les forces spéciales ? Et les Rangers ? Personne ne veut y aller. Ils disent qu’ils ne veulent pas tirer sur leurs camarades… Et puis quoi, encore ? Il faudrait qu’on les laisse faire ? Les unités concernées devront répondre de leur complicité ! Chef, rappelez le négociateur. Vous voilà enfin, major ! Navrée, mais je prends les devants. C’était donc vous, ce mystérieux budget débloqué à la dernière minute. La politique ne vous sied pourtant pas. J’ai donc tout négocié en haut lieu. Votre arrangement ne vaut que sur le papier. Montez une unité conforme au droit international. Votre fameuse « unité d’intervention mobile » au sein des équipes de secours internationales ? Elle aurait dû être créée depuis longtemps, pour attaquer le crime à la racine et prévenir ses méfaits en amont. C’est bien joli tout ça, mais une prise d’otages m’attend. – Quand lancez-vous l’assaut ? Dans secondes. Après notre passage, vous aurez du pain sur la planche. Une gamine à qui on a donné de nouveaux jouets… Domination ! Ils ont coupé les communications ! Pas de problème ! Je les attends, moi ! Elle a infiltré ma ligne de mire… Hé, qu’est-ce qu’il y a ? Coucou ! Saleté ! Logicoma, protégez les otages ! Message reçu / ! Je crois que je viens de trouver ma proie. Reprenez les otages ! Il faut gagner du temps ! Coucou ! Moi aussi, je peux le faire ! Mais crève, à la fin ! Vise ailleurs. On ne tue pas. Arrêtez d’espionner mon champ de vision ! Alors vas-y mollo sur la gâchette. Dites plutôt ça à ces mecs-là… Allez au diable ! Toutes mes condoléances. Tu as tout misé sur la force brute… On t’a repêché à moitié mort, entièrement cybernétisé, et tu as cru réaliser ton potentiel maximal. J’ai cru ça, moi aussi. Major ! Ici, tout est clair. La chambre forte ? La porte est intacte. Deux cibles en mouvement. Je les encercle avec Batou. Occupez-vous des otages et des assaillants. On y va, nous aussi ? Vous tenez à vous ridiculiser ? Mieux vaut nous tenir prêts à nous saisir de l’inspection des lieux. Une seule unité nous a ravi des assaillants encerclés par plus de policiers. J’en suis bouleversé. PRISE D’OTAGES À L’AMBASSADE Il est indemne, M. le Premier ministre. Je vais publier le décret. Batou ? Major ? Où est la cible ? – Ishikawa ? J’ai eu de brèves interférences. Il y a un e homme sur place. Un douzième ? Localise-le ! Viens voir. Ils se sont entre-tués ? Dépêchez-vous de sortir ! C’est bizarre. Il en manque un. J’entends des parasites… Attendez, ne touchez pas à ça ! Contamination des cyber-cerveaux des otages !



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *