Chérie FM

Chérie FM, Chérie FM direct, écouter Chérie FM en direct

Ajoutez à Votre Site web.

Quand ta carotte ne passe pas et qu’il faut utiliser tes doigts pour racler ? Boum ! Voilà, c’est nous ! Comment décrire notre aura ? Vous savez, quand vous passez devant une agence de voyages et que vous faites : « Quoi ? » Bah voilà. On est les Yerba Mate en sachet qui font tache dans la culture pop américaine. Mais qui sommes-nous comme individus ? Ça t’embête si je raconte mon histoire ? Tu as la scène, utilise-la. J’accepte de prendre le devant de la scène. Bien sûr, vous me connaissez tous, je suis George St. Geegland. Je suis le genre de type qui, à une soirée, ferait les poches des manteaux. Je ne suis ni juif, ni une femme, mais comme la plupart des hommes de plus de ans, j’ai atteint le moment de ma vie où je suis devenu les deux. Je suis né à Providence, dans le Rhode Island, je suis responsable d’avoir réintroduit le virus de la polio dans mon secteur. En tant qu’écrivain, on m’a une fois comparé à Philip Roth. On m’a un jour comparé au portrait-robot de l’exhibitionniste de Central Park. Vous savez quoi, mesdames et messieurs, j’ai été marié trois fois. Malheureux en amour, on aime en rire. Formidable ! Mes trois femmes sont toutes mortes de la même façon, dans le même escalier. À chaque mort, elles ont appris et amélioré la mort précédente. Fait amusant pour le spectacle de ce soir, je prends deux médicaments concurrents. Enchanté, je parie, je suis Gil Faizon. Je suis un acteur qui regarde les Tony Awards. Que j’habite dans votre immeuble ou pas, je me retrouve toujours dans votre assemblée de copropriétaires. Je ressemble à un Steven Spielberg qui n’aurait pas gagné d’argent. Au fil des années, j’ai eu beaucoup en commun avec un autre acteur, Richard Dreyfuss. Il a eu le premier rôle dans Les Dents de la mer, j’ai des problèmes de dents à cause de toute la coke que j’ai prise. Je suis aussi une doula non-agrémentée. Mais j’ai surtout gagné ma vie comme acteur de voix off. J’ai failli être la voix officielle de CBS. Désolé, je ne voulais pas t’interrompre, mais ton audition pour CBS était une merveille. Tu veux bien leur faire ton audition pour CBS ? Je ne sais pas si le public veut l’entendre. J’allais la faire de toute façon. Voilà mon audition pour CBS. Enchanté, je parie, je suis Gil Faizon, représenté par Don Buchwald & Associates. Je postule pour le rôle de CBS. C’est CBS, baby ! Drôle et y, mais je me trompe où tu avais fait une deuxième prise ? Oui. C’est bien ça. En tant qu’acteur, il faut donner le choix, vous comprenez ? C’est l’une des choses que j’enseigne dans mon colloque sur le jeu d’acteur, ça s’appelle : « L’improvisation pour ceux qui n’écoutent pas. » C’est un colloque de cinq heures, vous avez du poulet au déjeuner. C’est un wrap au poulet. C’est froid… Il y a % de salade. C’est un wrap froid, une limonade tiède, c’est un samedi et ça coûte dollars. C’est vrai, c’est le cas. Voici ma deuxième prise. Gil Faizon, enchanté, je parie, anciennement représenté par Don Buchwald & Associates, je postule pour le rôle de CBS. CBS ? D’accord ! Parfait ! Et si tu le permets, je suis aussi furieux que Raven-Symoné que tu n’aies pas eu le rôle. George, tu es un vrai phénomène Raven de dire ça. Ça n’a rien de Raven, c’est vrai. Toi, Gil Faizon, je te l’ai dit combien de fois ? Tu es le meilleur acteur de New York. Ce type est un pilier de ma vie. C’est lui qui m’a annoncé la nouvelle de mon échec avec CBS. Il ne m’a pas laissé me lamenter une seule seconde, non, non. Il m’a tout de suite remis en selle. On a commencé à prendre de l’héroïne ce jour-là. On se l’injectait entre les orteils, pour avoir les bras nickel au racquetball. Puis il a fait quoi ? Il m’a fait le plus beau cadeau qu’un auteur puisse faire à un acteur. Il m’a écrit une pièce. Ce qui nous amène à ce soir. Au fil des années, j’ai écrit plusieurs pièces pour Gil et moi… Tu te souviens de la première ? De la première ? Je n’oublierai jamais. Notre toute première pièce ? Je n’oublierai jamais. Elle était inspirée et directement pompée sur… Le classique de Sam Shepard : L’Ouest, le vrai. La nôtre s’appelait : L’Upper West, le vrai. Il y avait une surprise à la M. Night Shyamalan à la fin. À la fin, on faisait un plan large, c’est dur à faire au théâtre. Mais on zoomait en arrière. Et on réalisait que tout s’était passé dans l’Upper West Side, il y avait un magasin de bibelots juifs, toujours fermé. Qui est ce type ? Le type qui sort des égouts. Le type qui sort des égouts et dit : « Non, merci », et il redescend. Dans la célèbre reprise de L’Ouest, le vrai, John C. Reilly et… Désolé. Et Philip Seymour Hoffman. Désolé. C’est dur parce qu’on pleure sur commande, au même moment, à chaque spectacle. On voulait vraiment s’approprier la mort de Philip Seymour Hoffman. Mesdames et messieurs, c’est votre devoir, quand une célébrité meurt, dites du mal de l’année et ramenez la couverture à vous. Prenez une image sortie d’une banque d’images, logo compris, et postez-la sur votre page Facebook à la con. Ça touche beaucoup tous ces gens morts. Dans la célèbre reprise de L’Ouest, le vrai, John C. Reilly et Philip Seymour Hoffman échangeaient leurs rôles tous les soirs. On faisait notre propre version. On échangeait nos médicaments. Je prenais les neuroleptiques de George. Et j’appliquais la crème anti-eczéma de Gil. Mais beaucoup d’entre vous nous connaissent pour notre drame existentiel : En attendant Godot. Bonjour. Mais dans notre version, Godot arrive au bout de trois minutes, et on fait des blagues à cet enfoiré avec Trop de thon. On entre avec des chapeaux melons. On les enlève et on a des sandwichs au thon sur la tête. Le public en avait un point de côté. Littéralement, car on jouait au pavillon des grands brûlés de Washington Heights. Et ces… Dis-le. Ces connards de Dominicains… C’est comme si… Fermez la porte. On aurait dit que… Qu’ils ne comprenaient pas. Et ceux qui comprenaient l’anglais n’avaient pas l’air d’aimer. On a joué la plupart de nos pièces dans des hôpitaux, des refuges qui euthanasient des animaux, ou à la pause aux Alcooliques Anonymes. Voilà pourquoi c’est un tel honneur d’être ici ce soir. Au Winter Garden Theatre !



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *