ZEBRadio Paris Angoulême

ZEBRadio Paris Angoulême, ZEBRadio Paris Angoulême direct, écouter ZEBRadio Paris Angoulême en direct

C’est votre mari ou votre petit ami ? Otto ! Je t’ai déjà dit de ne pas être aussi impertinent ! Que ça n’arrive plus ! Il me fait toujours des reproches pour tout ! Tu peux aussi ne plus être sur mes genoux ! C’est compris ? Comme tu voudras. J’ai déjà été assis sur de bien meilleurs genoux. Tu savais ça ? Je n’attends qu’une chose de toi : le silence. Et j’en attends peu ! Ah oui ? Si je reste silencieux, on sera muets tous les deux. Mets-toi bien ça dans le crâne. Tais-toi ! Je ne le répèterai pas ! Comme tu voudras. L’année dernière, il avalait une nappe. Bonjour, petite ! Combien payes-tu pour de la compagnie ! Ça suffit ! À ta place, je me tairais. D’accord. Tais-toi. Comment ? Tu as dit qu’à ma place, tu te tairais. Alors, tais-toi ! Tu es moi ! Il est malin ! Dis donc ? Quand je rentre, je pourrai cacher des hot dogs sans problème. Tu as dit toi-même que j’étais toi. Donc, je mange bien assez pour nous deux ! Eh bien alors, j’espère que j’ai très mal dans ton ventre ! Que fais-tu dans sa loge ? Rien. Rien du tout ! Je passais par là et c’était tant en désordre que j’ai voulu ranger. Pour quoi faire ? Pourquoi t’inquiètes-tu tant pour lui ? Que signifie tout ceci, Mary ? Oh, rien Radio Tu n’y comprendrais rien de toute façon. Ah bon ? Me prendrais-tu pour un idiot ? Je suppose que tu vas me dire que tu as pitié de lui. Je ne t’ai rien dit du tout ! J’irai lui causer un brin s’il s’approche de toi ! Ne lui dis rien. En scène ! Le numéro des amoureux, en scène, s’il vous plaît ! Je ne laisserai pas « le Célèèèbre Gabbo » faire son numéro. Ne sois pas idiot ! Merci beaucoup ! Alors ça, ça me plaît ! J’aime beaucoup cela aussi ! Ah ouais ? Regarde, Otto. Comme tout est bien rangé. Tu sais qui a fait ça ? Non ? C’est elle. Tu t’en souviens, Otto ? Comme elle rangeait les choses pour nous ? Et maintenant, elle le fait à nouveau. Regarde ! Ni trop chaud, ni trop froid Radio juste comme il faut. Elle avait toujours raison. Peut-être reviendra-t-elle avec nous ? Peut-être ? Je suis sûr que oui ! Tu sais quoi, Otto ? Elle voulait me montrer qu’elle pouvait réussir Radio sans moi. Mais maintenant, elle veut revenir ! Tu te souviens ? Je t’ai toujours dit : elles reviennent toutes ! Je rigole. Oui, Otto Radio Désormais, nous pouvons rire. Toute notre vie va être Radio magnifique. Tu sais bien ce que j’en pense. Contrôle-toi ! Et autre chose : il n’était jamais en coulisses ! Il ne t’a jamais aidée ! Tu devais l’y encourager ! Ne sois pas ridicule ! Je n’ai rien de ridicule ! Toute la troupe te voit faire ! Crois-tu que ça m’importe, comment les autres me voient ? Quelle différence cela fait ? Je ne fais rien de mal. Je le sais ! Mais ça leur semble mal. Qu’est-ce qui semble « mal » ? C’est mal de parler à la vedette du spectacle ? Ils voudraient bien qu’il leur jette même un seul regard. Et en plus Radio il a un côté doux que personne ne comprend. Hum Radio et toi, oui ? Oui. Je le comprends. Je te dirai Radio Otto Radio tu as entendu ça ? Ils se disputent à cause de moi. Bien sûr ! Pourquoi voudrait-elle d’un gars comme lui ? Alors qu’elle a une chance de revenir avec Gabbo ? Tu verras ! Nous serons à nouveau réunis. Nous voilà assis sur le sommet du monde ! Oui, Otto Radio Nous sommes assis au sommet du monde. C’est Philippe ? Oui. Ici, Gabbo. Ja, wie geht’s ? Écoutez, Philippe. Je voudrais que vous me prépariez un souper pour trois, après le spectacle. Oui. Non, pas en bas. Dans un salon privé. En haut. Il y aura Radio euh Radio moi-même Radio et Radio Otto Radio et puis Radio une dame. Oui. Celle que vous avez vue au dîner. Écoutez, Philippe Radio Je veux des fleurs magnifiques Radio Et puis Radio des bougies, elle adore ça. Et je voudrais que vous prépariez le souper en personne. Compris ? Tout doit être mieux que parfait ! Oui. Eh bien, euh Radio je dirais Radio des hors-d’œuvre Radio du caviar Radio pas pour moi, mais elle, elle aime ça. Tu sais, Otto ? Elle se souvenait que le caviar et le homard ne me plaisaient pas. Ah, et Philippe ? Un pigeonneau, désossé, cuisiné dans une noix de coco. Vous voyez ? Oui, c’est ça. Et puis Radio des cœurs de laitues Radio « à la vinaigrette ». Oui. Ah ! Et Philippe Radio Une bouteille de Veuve Clicquot, brut, et très fraîche. Je m’en remets à vous, Philippe. Oh, je dirais Radio vers h . D’accord. Auf Wiedersehen. Il faut lui parler, dès maintenant, pour éviter les problèmes. Pourquoi y aurait-il un problème ? Sois pas bête. Personne du spectacle ne sait rien. Il va le savoir. Car je vais le lui dire. Je t’en prie, n’en fais rien. Je le lui dirai. Très bien, mais si tu ne lui dis rien, je le ferai. T’étais super ! Très belle entrée. Vraiment ? Et toi ? J’ai merdé Radio Oh, vraiment ? Ne me dis pas que le Roi nous parle ? Ça doit être son anniversaire. Il a changé de marque de parfum ! Tu l’as dit ! Bien vu, chérie ! Et voilà. Ton petit nez était tout éraflé. Je crois qu’on t’a négligé. Tu es la plus gentille fille que je connaisse. Tu as trouvé les fleurs dans ta loge ? Gabbo, elles étaient magnifiques. Mary Radio Pourquoi ne me demandes-tu pas pour quoi sont ces fleurs ? Très bien, Mister Bones. Pourquoi ces fleurs ? Une sorte d’anniversaire. Cela fait juste ans aujourd’hui que tu nous as quittés. Et c’est Radio ans de trop. Tu sais ? Ça me semble presque naturel de te voir ici. Coiffant les cheveux d’Otto, les arrangeant si bien Radio Son nez était tout éraflé et ses cheveux tout emmêlés. Il avait l’air à l’abandon. Oui. Mais il ne sait pas ce que c’est que d’être abandonné. Moi, je sais ce que c’est que d’être seul. Et solitaire. Ce que tu dis ne te ressemble pas, Gabbo. Ça, je le sais bien. Mais c’est différent, désormais. Tout a changé. J’ai changé aussi. Nous faisons tous des erreurs. Et Dieu sait que j’en ai fait. Mais je m’en suis aperçu. Je n’avais jamais réalisé combien tu comptais pour nous jusqu’à ce que tu partes. Mary Radio tu nous as beaucoup manqués. Et nous, on t’a manqué ? Otto m’a manqué. Seulement Otto ? Personne d’autre ne t’a manqué ? Je sais que Otto t’a manqué parce que Radio il te disait toujours de gentilles choses. Oui. Otto était toujours gentil. Mary Radio Il y a ans,



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *