Skyrock 103.1 FM Angoulême

Skyrock 103.1 FM Angoulême, Skyrock 103.1 FM Angoulême direct, écouter Skyrock 103.1 FM Angoulême en direct

Parler à une poupée ! Il doit avoir un problème de ventre. Pas au ventre. Mais à la tête. Ce type est dérangé, c’est sûr. Après tout, ça ne nous regarde pas. Je ne le supporterai plus. Vraiment ? Oui, vraiment. Si tu n’étais pas si important, je te quitterais sur-le-champ. Vraiment ? Laisse-moi te dire une chose Radio je me fiche de savoir quand et où tu pars, et le plus tôt sera le mieux. Tu peux y aller. Tu le penses ? Oui, je le pense. Bon Radio Je ferais mieux de partir, alors. Si c’est toute la reconnaissance que tu as pour celle qui a toujours voulu faire ce qui était juste, alors, tu ne mérites aucun égard. Qui t’a demandé des égards ? Je ne veux rien de toi. Tu t’en vas Radio Où irais-tu ? Que ferais-tu sans moi ? Je suis le numéro ! Pas toi ! Tout dépend de moi ! Eh bien, je ne dépends plus de toi. Je me débrouillais bien avant de te rencontrer. Et souviens-toi : je peux encore chanter et je peux encore danser. Eh bien, vas-y ! Je ne te retiens pas ! Pourquoi es-tu restée si longtemps ? Je suis restée seulement parce que Radio je ne sais même pas pourquoi je suis restée. Le petit Otto, là Radio il est la seule chose humaine en toi. Tu le penses ? Je ne le pense pas. Je le sais. J’ai tant essayé de te comprendre, Gabbo. Mais tu es impossible. La seule gentille chose que tu m’aies jamais dite est venue d’Otto. Je quitte le numéro, ce soir. Je peux faire mieux. Et je sais que je ne peux pas faire pire. Que ferais-tu sans moi ? Allez, vas-y ! Fous le camp ! Qu’est-ce que ça peut me faire ? D’accord, Gabbo. Si c’est tout ce que ces deux ans signifient pour toi, je suis désolée. Ce type se plaint depuis le début. C’est même pas la peine d’essayer de s’entendre avec lui. T’es pas mal non plus ! Au revoir, Otto. Je suis désolée de te laisser car tu es la seule chose chez ce type qui semble avoir une âme. Même si tu n’es fait que de bois. Et si tu es aussi bon que tu le penses, pourquoi ne joues-tu pas dans de vrais théâtres ? Pour faire de meilleures choses. Occupe-toi de tes affaires ! Et pars comme tu l’as dit. Je te prouverai Radio je vous prouverai à tous que sans le grand Gabbo, vous n’êtes rien. D’accord, Gabbo. Mais souviens-toi de ça : pour progresser, pour réussir, arrête de ne penser qu’à toi ! Pense à d’autres ! Abandonne-toi, parfois. Écoute, on ne retire de la vie que ce qu’on lui a donné. Au revoir. Mary Radio Tais-toi ! Tu sais bien qu’on ne peut pas la rappeler. On ne peut pas la rappeler. Tu ne sais pas ça ? Elle croyait que je la prierais de rester. On dirait qu’elle est partie, cette fois. Pour de bon. Et alors ? Ai-je besoin d’elle ? Non Radio Ai-je besoin de quiconque ? Non ! Elle n’ira pas loin. Elle reviendra. Pas cette fois, Gabbo. Je ne crois pas. Tu ne crois pas ? Je t’ai demandé quelque chose ? Qu’est-ce que tu en sais ? La fille est partie. Elle l’a laissé. Mais à qui parle-t-il ? À cette poupée ! Il fait toujours ça. Ce type est vraiment dérangé. Tu ne vas pas encore te miner pour elle ? Hein ? Me miner ? Pas du tout. Rien dans ce monde ne me mine. Sauf toi. Oui, sauf moi ! Encore moi ! Tais-toi. Tu n’as pas besoin d’un verre. Ah non ? Je t’ai demandé ton avis ? Tu es allé bien vite, Gabbo. Bien vite en besogne avec elle. Trop vite ? Elle a gâché mon numéro. C’est une idiote. Oh non Radio C’est toi l’idiot, Gabbo. Ça suffit ! Tu veux que je te mette au rebut, aussi ? Pauvre fou. Tu dois admettre qu’elle était gentille. Et elle nous a aidés, aussi. Elle me coiffait, me maquillait, cirait mes chaussures, et maintenant, elle n’est plus là. Eh bien, qu’elle aille au diable. Elle te manquera aussi. Tu as besoin d’elle. Non, je n’ai besoin de personne ! Elle te réveillait le matin, préparait ton café, elle te bordait, te soignait quand tu étais malade, c’était une gentille fille, Gabbo. Veux-tu te taire ? J’imagine que tu l’aimes, Gabbo. Otto Radio Si tu ne te tais pas, je te cogne ! Je te détruirai pour que tu te taises à jamais. Est-ce que je voudrais encore t’entendre ? Non ! Je n’ai besoin de personne ! Qu’est-ce qu’elle peut faire sans moi ? Moi ! Gabbo. Elle regrettera quand elle verra mon nom sous les projecteurs. Le grand Gabbo. Le très grand Radio Gabbo. Ils disent qu’ils vont se séparer. Ouais ? J’en connais d’autres qui risquent d’arrêter. Ouais, tu l’as dit. Bientôt, on ne se souviendra plus de notre numéro. Mais tu resteras pas planté sur ce lit, je peux te le dire ! Tu vas te taire ? Je fais ce que je peux. Oui, c’est terrible ! Tu n’essayes même pas ! As-tu vu que ce Gabbo a du succès à Manhattan ? Ouais, tu y crois ? Il y a peu, on travaillait avec lui chez Patterson. Et puis, ils se sont séparés. Il a été malin. Il travaille tout seul. Tout seul, je ferais un bon numéro. Ce type était cinglé. Cinglé ? J’aimerais que tu sois aussi cinglé que lui. Il est sur Broadway. Tout lui réussit. Tu me répètes ça depuis qu’il fait ce grand spectacle. Tes cendres ! Qu’est-ce que je peux faire ? Elles tombent ! Gabbo avait fait un fiasco. Nous, un succès. Oui, chez Patterson ! Mais lui, il réussit à New York ! Essaye de faire pareil ! Je réussirais aussi bien si j’avais sa chance. Si une certaine dame ne me raisonnait pas tant, j’essaierais. Tu n’y arriverais pas. Faut être élégant pour ça. Nous avons une chance. Allons voir ce Gabbo. Tu dois apprendre des choses ! D’accord, d’accord ! Je vais aller voir ce Gabbo, juste pour rire ! Mais ne crois pas qu’il puisse m’apprendre quoi que ce soit ! Ne vous dérangez pas. Mon serviteur s’occupe de tout. N’est-ce pas la chose la plus amusante que vous ayez vue ? Laquelle ? L’homme ou cette poupée ? Dis-moi, Bob, qu’est-ce que c’est ? C’est le célèbre Gabbo. La vedette d’une revue de Manhattan. Il vient avec sa poupée pour se faire de la publicité. Le grand Gabbo ? On ne doit avoir d’yeux que pour lui ! On m’a dit qu’il était formidable. Oui, mais il est un peu Radio siphonné. Il parle à cette chose et il prend ça très au sérieux. Regarde-le. Tu as raison. Moi, je le trouve merveilleux. Voici les pigeonneaux farcis. J’espère que leur cuisson est bonne. Pour moi, peu importe, mais M. Gabbo est très difficile. Truffes à l’espagnole. Ah oui Radio des truffes. De magnifiques truffes.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *