Radio Classique 95.7 FM

Radio Classique 95.7 FM, Radio Classique 95.7 FM direct, écouter Radio Classique 95.7 FM en direct

et à vous. Vous m’avez persuadé que je n’étais qu’un prétendant au trône. Un coquin, un imbécile. Par moments, je vous ai crus. Mais sa venue m’a ouvert les yeux. Que vous a-t-elle dit à la chapelle ? Je ne puis le répéter et je ne le dirai pas. Vous nous le direz. Vous n’avez jamais su garder un secret. Je garderai celui-là. À vrai dire, je ne sais pas encore ce que je veux faire. Il s’agit de ma tête et de ma couronne. J’ignore si je souhaite les risquer. Mais combien de temps ? Ne délivrerons-nous jamais Orléans ? Je ne sais pas. Je ne sais pas. Plus vous attendrez, mieux cela vaudra. Votre Majesté. Je n’en suis pas sûr non plus. Votre Majesté Jeux Mon Dauphin, pardonnez mes mauvaises manières. Voilà des jours que j’essaie de vous voir et les gardes refusent. Ma chère Jeanne, vous êtes splendide ! Je vous remercie, mon dauphin. Tous les préparatifs sont achevés. Laissez-nous agir. Envoyez-moi à Orléans et le signe vous sera donné. Il est temps. On a toujours le temps. On ne l’a pas toujours, mon Dauphin. Je ne durerai qu’une année et un peu plus. Faites-en bon usage. Accompagnez-nous à Orléans. Si vous voulez que je consente, ne demandez pas des choses insensées. Ne me demandez pas de conduire une armée. Lui faire confiance n’est pas raisonnable. Si Dieu entend délivrer Orléans, pourquoi avoir besoin de soldats ? Ils combattront et Dieu leur donnera la victoire. Comment en être certain ? Je ne suis pas certain de moi. Ferai-je un bon roi ? Il vous faut avoir foi en Dieu. Alors, vous aurez foi en vous. Dieu ne veut peut-être pas que je sois roi. Pourquoi m’aiderait-il, alors que je suis Jeux ce que je suis. Écartez doutes et craintes, mon Dauphin. Soyez noble comme je l’ai rêvé. Soyez tel que Dieu entend que vous soyez. Soyez tel que la France en a besoin. Votre France, votre nation et votre peuple désemparés sans vous et conquérants quand vous aurez confiance en Dieu. Peut-on la regarder et douter ? Non, je ne doute plus. Alençon, conduisez-la aux capitaines. Dieu est avec elle et sera avec elle dans la bataille. L’armure vous pèse-t-elle ? Non, je me sens légère et j’ai le cœur léger. Je vais voir l’armée et enfin commencer. Tenez ma bannière plus haut. Réveille-toi, c’est la Pucelle. La Pucelle ! Messieurs, je vous présente Jeanne la Pucelle. Voici André, De Rais, De Culant, De Gaucourt, Saint Sevère, et voici La Hire. Par la corne du diable, c’est une fille. Et harnachée ! La Hire se plaît à rudoyer les gens. N’y prenez pas garde. Il se bat bien. S’il se bat bien, il me plaira. Là n’est pas la question. Asseyez-vous avec nous, Jeanne. Nous allons combattre ensemble, il nous faut faire connaissance. Est-ce mon ami Baudricourt qui vous a envoyée auprès du Dauphin ? Oui. Pourquoi a-t-il cru en vous ? Je doute qu’il ait jamais cru en moi. Jean de Metz et Bertrand de Poulengy ont cru en moi. Il m’a envoyée à cause d’eux. Dans l’histoire de France, voire du monde entier, je n’ai pas souvenir d’un nom prenant tant de poids aussi vite, ni d’enthousiasme se répandant si largement, aucune carrière promue sous de si bons auspices. Seule une personne douée et à l’imagination très inspirée a dû concocter tout ça. Concocter quoi ? Cette histoire de vierge. Inutile de jouer avec nous. Comprenez-vous ce qu’il dit? Oui. Vous verrez qu’elle est honnête. Je ne vois que deux possibilités. C’est un charlatan ou une sotte. Pour le premier, je ne sais pas, je ne connais pas le sens du mot. Si je suis sotte, Dieu ne m’en a pas tenu rigueur. Jeanne, je vous promets ceci, tant que vous ne donnerez pas d’ordre, nous nous entendrons bien. Je ne saurais quels ordres donner. Tonnerre de Dieu, voilà votre première parole sensée ! Continuez, sacredieu ! Et tout ira bien. Ne jurez pas, La Hire. Ne pas jurer ? Par les cornes du Diable ! Pas de jurons dans cette armée à quelque grade que ce soit. Voulez-vous rendre l’armée muette ? Vous devez montrer l’exemple. Pas d’ordres, disiez-vous ? Ce n’est pas un ordre militaire, vous le voyez bien. Cette armée a été levée pour une cause sainte. J’ai vu les hommes aujourd’hui, avec des femmes à leurs côtés. Ils buvaient et juraient. Cela doit cesser et chacun doit se confesser avant de combattre. Avant. Bon Dieu ! Ne jurez pas, La Hire. Mais s’il le faut, dites : « Par mon Martin ! » Par mon Martin ! Quelle sorte de juron est-ce là ? Nulle armée ne s’est jamais confessée. Avec de tels ordres, nous serions la risée de tous. Je ne donnerai pas un tel ordre. Ni aucun d’entre nous, croyez-le. Par l’épée de Lazare ! Dans quelle guerre a-t-on vu les chefs prendre conseil d’une paysanne ignorante ? La peste soit du Dauphin ! Ce couard envoie des enfants pour nous conduire ! Plus encore. Elle chevauchera devant nous, comme un symbole auquel on se ralliera. En tout cas, moi, elle ne me ralliera pas. Je n’attends pas grand-chose d’elle au combat, mais je lui suis reconnaissant. De quoi ? C’est une nouvelle chance. Il doit y avoir un autre moyen de donner ordre à toute l’armée. Je ne connais que celui-là. Donner l’ordre aux capitaines et ils ont refusé. Mais comment leur dire ? Comment faire ça ? Je ne sais vraiment pas. Père Pasquerel. Que faire ? J’aimerais pouvoir vous aider, vous avez raison, mais je ne sais comment faire. Jouez-vous souvent à ce jeu ? Toute la journée, chaque jour ! Désormais, le temps manquera pour les jeux. C’est la Pucelle. La Pucelle. La Pucelle, celle que nous suivons. Que pouvons-nous pour vous ? Oui. Ramassez vos dés. Ramasse tes dés, l’ami. On me dit que toutes les armées sont comme ça et qu’on ne les change pas. Mais pas de victoire sans la mériter. Mais vous nous l’avez promise ! Dieu nous a confié cette tâche, c’est vrai, mais il ne suffit pas qu’il soit avec nous, nous devons être à ses côtés. Que devons-nous faire, Pucelle ? Il ne doit plus y avoir de jeux. Pas de jeux ? Non, pas même en cachette. Et vous ne devez plus blasphémer. Quoi ? Plus de blasphèmes. Et il faut renvoyer toutes ces femmes. Pas de femmes ? Comment ? Elles ne doivent pas suivre les camps. Elle parle de nous. Avant le combat, chaque homme doit se confesser et laver ses péchés. Elle nous prend pour des moines ? Tais-toi ! Laissons-la parler. Écoutez-moi, aussi nombreux que possible. Il n’y a pas de force en moi, voyez-vous, et pas de force en mes mains. Il n’y en a pas assez dans nos mains pour battre les Anglais. Notre force est dans notre foi. Et si elle est trahie par des choses que Dieu hait, même si nous étions des millions, nous serions battus et tués. Oui, approchez. Et vous autres aussi. Et à ceux qui ne m’entendent pas, répétez-leur ce message. Pour vaincre, nous devons devenir l’armée de Dieu. Il n’est pas facile pour moi de me tenir là devant vous et vous demander cela. Il ne sera peut-être pas facile de le faire. Mais je sais que si vous le faites, quand bien même les Anglais s’accrocheraient aux nuages et seraient poussées par le vent, nous les battrons ! Même si leurs flèches tombent comme la grêle et que leurs lances forment un cercle d’acier. Même si leurs canons crachent le tonnerre, nous les vaincrons. Car Dieu nous l’a promis ! Notre Père qui est aux Cieux est notre chef. Il sera avec nous qui glorifions



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *