Radio RTL 104.2 FM

Radio RTL 104.2 FM, Radio RTL 104.2 FM direct, écouter Radio RTL 104.2 FM en direct

Vous y avez cru, n’est-ce pas en ma venue en avion ce soir ? Et tu as aussi marché, Le Sentimental, pour ce travail que tu me proposais. Non, pourquoi pas ? Tout ça, n’est qu’une blague. Comme ma présence ici. En fait, je n’y avais pas du tout pensé jusqu’à ce matin où l’un de mes amis, un chouette type, n’effectue une mission en bas de la rue Dewey. Vous devriez passer, tous, assister à une messe et écouter de vrais témoignages. Pariez que je ne pouvais pas venir ce soir pour vous embobiner. Mais oui, je lui aurais pris son argent si Henderson n’avait pas été si négligent avec son portefeuille, ou si Hank n’avait pas suggéré que l’on soit fouillés. Je serais sorti de cette pièce ce soir, Avery L. Browne, promotion de , le meilleur plaqueur que cette vieille école n’est jamais eu. Et aucun de vous ne s’en serait rendu compte, sauf Williams, bien sûr. Et il n’aurait jamais laissé tomber un vieux camarade, pas vrai, Williams ? Désolé, Juge, mais je crains de n’avoir aucune défense. Je suis juste le genre de gars qui aurait pu voler le portefeuille d’Henderson. Donc je plaide coupable. Bien sûr vous n’avez rien contre moi, à part la preuve circonstancielle, et je connais trop la loi pour savoir qu’un dossier comme le mien est difficile. Oui, Monsieur, on dirait que ma seule chance est de suivre le conseil de Williams. D’ôter ma veste, de vous laisser me fouiller et radio de m’en remettre, moi-même, à la merci de la cour. J’ai retrouvé votre portefeuille dans la voiture. Il pourrait vous être utile. Oh, merci. Bien, Monsieur. Veux-tu la fermer s’il te plaît ? Joe, regarde qui est là. Larry, comment c’était ? As-tu pris du bon temps ? Ça a dû être une sacrée fête pour que tu ne rentres qu’au matin. La fête est finie. Voilà ton costume à la J. P. Morgan. Larry ! Voici, mère, votre porte-bonheur. Portez-le aux frères Santelli. On en tirera peut-être de quoi s’acheter du ragoût de lapin. Excusez-moi, Larry Browne vit-il ici ? Oui, voulez-vous entrer ? Mon nom est Bronson. Hank Bronson. Comment allez-vous, M. Bronson ? Voici le juge Barnes. Enchanté. Et M. Davis. Enchanté. Larry a rendez-vous avec moi à h, je viens donc le chercher. Oui, ainsi il ne sera pas en retard le jour de son embauche. Un travail ? Oui, là, il va travailler pour moi. Eh bien, euh, vous les garçons radio après la fête de la nuit dernière radio je crois qu’il dort encore un peu. Eh bien, pourrions-nous radio Pas de soucis, il sera là à l’heure. Très bien. Merci beaucoup. Merci. Dites-lui que nous sommes passés. Il connaît l’adresse ? Oui, , Wall. Au revoir. Au revoir. On va en faire quoi, maintenant ? Apporte-le aux frères Santelli comme je te l’ai dit. Il a fait son travail ici. Ailleurs, il aidera peut-être quelqu’un d’autre. Oh, oui. Le Seigneur est ton berger LES FRÈRES SANTELLLI VÊTEMENTS D’OCCASION Ils ne prendront même pas le temps de me regarder. Calme-toi. Je me charge du travail. Tu restes dans la voiture. Je me glisserai dès la porte ouverte. Pourquoi tu la fermes pas ? Tu dois porter ces fringues de pingouin pour entrer. C’est l’étiquette stricte de Park Avenue. Viens, dépêche-toi. Vas-y doucement, on a jusqu’à h. La voiture est volée. Le gars va s’en rendre compte et se mettre à gueuler. La ferme. Oh, je suis un ami de M. Reed Patton. Bonsoir, Monsieur. Bonsoir. Ça marche ce soir ? Oui, Monsieur. Faites vos jeux, Mesdames et Messieurs. Gardez-les en l’air ! Pas une mauvaise prise, environ .. La joie de Park Avenue. Qu’en est-il de l’avion ? Il attend. Glisse au pilote, et ne pose pas de questions. Demain, tu seras à Mexico. D’accord, tu m’y retrouves la semaine prochaine. Abandonne la voiture pas trop près de l’aéroport. D’où ça pourrait venir ? Du ciel. Tais-toi donc. Ne vois-tu pas que la foudre a mis la marque du Seigneur sur cette chose ? Je ne demande pas d’où ça vient ni pourquoi, mais sûr, ça tombe à point nommé, le jour avant Noël. Alléluia ! Loué soit le Seigneur ! J’ai prié pour cette vache brindée depuis que je suis mariée. Gloire à toi ! Loué soit le Seigneur ! Le Seigneur est venu ici et est reparti. Je vais m’acheter un tracteur. un rouge avec un moteur tout neuf qui ronronne et brille au soleil. Je vais m’acheter deux tracteurs, trois tracteurs radio et une grande parcelle de terrain, des semences et une belle, grande maison. Attends, Luke. Tu dois prier pour ces choses-là. Et tu ne l’as jamais fait de ta vie pour quoique ce soit et tu le sais. J’ai souhaité l’abondance, même si je n’ai pas plié les genoux. Souhaiter n’est pas prier. On ne doit pas le garder. C’est pécher que d’avoir tant d’argent. Mais radio Le révérend Lazarus, lui, c’est homme de Dieu en ce lieu radio Il saura ce que le Seigneur a en tête. Apportons-lui tout l’argent et il nous dira qu’en faire. Chère Esther, si tu pries pour un tracteur n’est-il pas compris que tu pries pour un terrain, aussi ? Allons-y, Luke. Eh bien, Luke, as-tu péché envers le Seigneur et la loi ? Ça ressemble fort à un péché, de là-haut. Le shérif est-il au courant ? Ceci n’est pas un péché, révérend Lazare. Il y a trop de bonté en lui. As-tu bu ? Esther dit que Dieu a envoyé ce miracle du ciel même sur les ailes de la foudre. Tu sais, je veux pas discuter avec elle. C’est vrai, c’est un sacré miracle que vous avez eu, ici-bas. J’ai entendu un tas de prières, mais j’ai jamais vu Dieu réussir un miracle. C’est blasphémer, révérend. Tais-toi, Nicomedus. Qui est le prédicateur par ici ? Ou c’est toi ? Je ne dis pas que le Seigneur n’a pas réussi ici ce miracle. Eh, Jeff ! Tu es certain que ce manteau venait d’en-haut et non, d’ici-bas ? Il sent plus le diable que Dieu. Moise n’a dû cesser de s’expliquer comment le diable avait envoyé la manne aux enfants d’Israël. Il savait que Dieu l’avait envoyé car il croyait en lui. Voilà ce que c’est, la manne du ciel. Dieu la fait, est parti et l’a refait encore. Loué, soit le Seigneur ! Alléluia ! Que comptes-tu faire avec cet argent ? C’est un miracle, non ? Je dois le mettre de côté jusqu’à ce que je réfléchisse. Attendez, révérend. J’y ai déjà réfléchi. C’est la réponse pour tous ceux qui ont prié, jusqu’au dernier centime. Bien, alléluia ! J’ai prié pour



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *