Radio Nostalgie 98.2 FM

Radio Nostalgie 98.2 FM , Radio Nostalgie 98.2 FM direct, écouter Radio Nostalgie 98.2 FM en direct

Sûrement pas, ils s’amusent bien. Que vouliez-vous me dire à propos des armes, M. Halloway ? Vous ne vous en servez jamais ? Si, sur scène. Et vous tirez ? Sur scène. Pas avec des vraies balles ? Non. Juste à blanc, hein ? Oui, juste à blanc. Nous, acteurs, on les préfère. Ceci est absurde, John. Paul vient de donner sa première et est sûrement épuisé. Chéri, tu n’as pas dansé avec moi, ce soir. Viens, veux-tu ? Je l’ai remarqué. C’est trop tard maintenant. Veux-tu cesser de tripoter ce fusil ! Ça commence à m’agacer ! Pourquoi n’y vas-tu pas, Éthel ? Peut-être que ton mari souhaite me parler, seul ? Oh, non, je n’ai pas de secrets pour ma femme, mais elle, peut-être si. Avec les femmes, il y a toujours une moitié qui manque. Mais les homme sont faits d’un bloc. Empreints de vérité et d’honneur. Oui, ces choses viennent avec l’âge. Merci. Bien dit. Je suppose qu’un acteur peut s’en sortir sans eux. Oh, oui. Un acteur peut s’en sortir sans rien, excepté une bonne pièce. Désolé d’avoir raté votre pièce. J’ai cru comprendre qu’on vous y tue. Oui, à la fin du dernier acte. Ils ne pouvaient pas se décider ? Non, ce n’est pas cela. Ils ne peuvent se permettre de me tuer plus tôt. Ça aurait été mauvais pour la pièce. Je vois radio C’est une femme qui vous descend. Oui, une femme que j’aime. Ça semble très dramatique. John ! Je ne veux plus être interrompu. Comment jouez-vous quand elle pointe l’arme sur vous ? En ayant peur ? Non. Un peu triste, mais résigné. Je bois un whisky avec des glaçons. Vous en voulez un ? Non, merci. Je ne supporte pas de te voir ivre comme ça ! Je ne vous ennuie pas, M. Orman ? Non, pas du tout. Vous êtes debout devant elle et ne jouez pas la peur, hein ? Pourquoi cela ? Ça ne me paraît pas réel. Eh bien, que suggéreriez-vous que je fasse ? Face à une arme, un type joue toujours la peur. Oui, mais un acteur sans courage ferait un bide. Le public apprécie toujours le courage. Donc, vous pensez à votre public quand vous jouez ? Toujours. C’est quelque chose que je n’ai jamais pu comprendre avec Éthel. Je n’ai jamais pu discerner si elle était sincère ou jouait. Laissez quelqu’un douter toute une année. Le mariage n’est pas marrant quand il se mue en concours de doutes. Bon ! Vous voilà, Colonel ! Tout remis à neuf radio Soigné radio Propre radio Et prêt pour partir à la chasse. John ! Est-ce radio Est-ce que c’était assez long, M. Halloway ? Je devenais très nerveux. C’était un accident. Vraiment ? Tu l’as vu, Éthel ! Je nettoyais l’arme. Le coup est parti. Je ne pensais pas qu’il était chargé. Tu l’as tué ! Que vas-tu faire ? Ils vont venir ici. La police ! Ils t’arrêterons et t’emporteront. Oh, John, pourquoi as-tu fait ça ? Je ne supporterai pas. C’est notre ruine, à tous deux. Pourquoi as-tu fait ça ? C’était un accident. Je nettoyais mon arme. Tu l’as vu. Oh, oui radio Oui, bien sûr. C’était un accident. Tu peux dire à la police radio que c’était radio involontaire. Que ton mari et moi étions les meilleurs amis. Oui, bien sûr. Je le leur dirais. Je dirais ça. John. Appelle un médecin, s’il te plaît. Non, non. C’est trop tard pour un médecin. Le rideau est tombé. C’est la fin de l’acte III. Il a soudainement radio Non, non, on appelle un médecin. Oh, chérie, je ne savais pas. J’ai été bête et horrible. Je t’ai fait faire cela. Tu n’as rien fait. C’était un accident. Ça aurait pu arriver à n’importe qui. Je vais avertir les domestiques. Tu seras mon témoin ? Oui. Jusqu’à la fin. Chic fille. Bon. Je vais les prévenir. Ne te dérange pas. Je vais bien. Paul, tu n’es pas blessé ! Grâce au ciel. Qu’en avez-vous pensé ? De quoi ? De ma performance. Je n’ai pas pu résister. Vous savez ces scènes sont ma spécialité depuis que je suis devenu célèbre. Donc quand quelqu’un me tire dessus, je tombe raide mort. Vous radio jouiez ? Oh, ce n’est pas la nuit du Colonel. Ce n’est pas le magicien que vous me vantiez. Il m’a bien raté. J’espère que vous aurez plus de chance au Canada. Oh, non, ne vous soyez pas si abattu. Je dépareillerais là-haut sur une plaque. Vous jouiez ? Oui. Ton mari m’a mis en tête radio se plaignant de toi, qu’il était incapable de distinguer quand tu jouais ou étais sincère. J’ai pensé ainsi lui montrer un exemple de fait réel. Paul, il n’a pas essayé de te tuer, ce n’était qu’un accident. La seule chose accidentelle, ici, ma chère, est qu’il m’ait raté. Ça, c’était un vrai accident. Mais lui, le Colonel. Je crains, Monsieur, que vous ne deviez le rétrograder à nouveau en capitaine. Vous n’avez pas à vous soucier de votre femme, M. Halloway. Elle, elle peut se griser au vin de la romance radio mais vous, vous serez toujours, du lendemain matin. Vous auriez dû m’interroger sur elle. Ainsi vous auriez éviter l’embarras de cette tentative de meurtre. Paul, ce n’est pas vrai, je l’ai vu. C’était un accident, tu dois me croire. Oui. Oui, M. Halloway. Elle était sincère quand vous doutiez. Elle était sincère en chacun de ses mots. Elle aime votre côté viril et votre fidèle compte en banque. Elle vous aime avec dévouement, de tout son cœur. Que Dieu la bénisse. Au revoir. Éthel. Tu ne vas rien faire à ce propos ? Rien du tout. Orman, je ne sais pas quoi dire. Quand vous saurez, dites-le lui sous la pleine lune canadienne. Bonne nuit, M. Halloway. Bonne nuit, Capitaine. Bonne nuit. Déjà fini ? Oui. Quelle destination, maintenant ? Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qu’il y a ? Mais vous saignez ! On vous a tiré dessus ! Que s’est-il passé ? Êtes-vous gravement blessé ? Qui vous a fait ça ? Pourquoi ? Mais vous êtes trempés ! Vous pouvez parler, M. Orman ? Oui, oui. Arrêtez de crier. Pourquoi, on vous a tiré dessus ? Oui. Foutu, mon nouveau costume. Le plus beau costume que j’ai jamais eu. C’est de ma faute. Je l’ai mis sur le mauvais mannequin. Je vais chercher un médecin. Non, non. À l’hôpital Saint-Luke. Foncez. Rappelez-vous, c’est un accident. Pas de publicité. Je ne veux pas que vous gâchiez ma scène. J’ai été superbe. Et ce type qui disait que ce costume vous porterait chance. Peut-être que si. Oui, oui. Une minute et je vous apporte votre Aspirine. Bonjour, Edgar. Ah, c’est toi, Luther. Salut. Est-ce que radio Tu peux entrer, M. Wilson dort encore. Attention aux bris de verre. Qu’est-ce qui s’est passé ici ? M. Wilson s’est marié hier soir. Oh, bien sûr. Cette nuit. Le célibataire a dîné ici ? C’est tout comme. M. Wilson a ramené quelques amis après, pour un dernier verre. Il semble qu’ils aient eu quelques soucis pour en arriver là. Qu’est-ce qui est arrivé à la salle de séjour ? Ces Messieurs l’ont utilisé comme stade. C’était mieux pour jouer quelques mi-temps d’un jeu d’Yale-Harvard. Ce sont les poteaux de but. L’un d’eux t’est tombé dessus ? Oh, ça ? Non, c’est arrivé, quand ces Messieurs ont décidé que je jouerai les dernières minutes de jeu. Une mêlée ? Non. Ils m’ont donné la balle et j’ai fait l’erreur de partir du mauvais côté. Oh, c’est très dangereux. Maintenant, je le sais. M. Wilson m’a personnellement plaqué. Il est cent pour cent américain. Une triple menace. Une cigarette ? Où vas-tu porter ça ? Ici, à toi, l’idéal pour un mariage. M. Wilson possède son propre frac. Tu pourrais le porter pour marquer ton respect



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *