Radio Frequence Plus 94.0 FM

Radio Frequence Plus 94.0 FM, Radio Frequence Plus 94.0 FM direct, écouter Radio Frequence Plus 94.0 FM en direct

Gros budget. En anglais avec une distribution internationale. Ne me vends rien. Faut pas baratiner un vendeur! T’as une aspirine ? Je ne sais pas si je vais supporter ça plus longtemps. T’en veux vraiment, hein ? Tu veux qu’ils t’aiment tellement. Nous, on compte pas. J’avais des idées folles quand j’étais gosse. Révéler notre culture au monde. Je voulais lui donner un héros, un héros chinois. Tu l’as fait. Tu ne t’en rends pas compte ? Je veux autre chose maintenant. Je ne veux plus faire de peine à ma femme. Je veux jouer avec mes gosses sans toujours regarder ma montre. Ils sont Américains. Je vais les perdre si je ne retourne pas là-bas. Et si je les perds, rien n’aura plus d’importance. e JOUR DE TOURNAGE DU FILM OPÉRATION DRAGON Papa! Brandon! Cours! Échappe-toi! Cours! Non, non! Viens, papa radio Papa, il arrive! Papa! Dépêche-toi! Il arrive, papa! Tout va bien, Brandon. Papa! Maintenant, Brandon. Maintenant. Cours! Je me suis demandé ce qui t’était arrivé. Bruce ? Ça va ? Tu vas bien ? Papa! Toi, ici ? J’habite ici. Je peux jouer avec vous ? Bien sûr. On a eu un typhon, papa. Je sais. Mais c’est fini. Je suis le conducteur et toi l’aiguilleur. Oui, bonne idée. Dernière scène. Surpasse-toi. J’ai oublié quelque chose. Quoi ? De te dire que je t’aime. quand tu es venu la première fois, c’était pour quoi ? Encore un . Non, c’est pour toi . Non, pour vous. Pour toi, Toyoji . Eh bien radio moitié-moitié. En ce jour béni radio Béni du ciel radio Félicitations, Madame. Faut pas nous oublier, Seki . Elle aime mieux s’occuper de son mari . Toujours aussi charmante et jeune, notre Seki . Elle plaît toujours autant. Ça doit inquiéter son Gisaburo. Oh, Madame ! Mes félicitations ! Quel beau jour ! Le saké te rend bien gai et tu es gai tous les jours ! Même gai, on n’oublie pas sa femme ! Entre donc, et viens boire. Il serait temps de te marier. Ça te fait quel âge ? Le même âge que le marié. Ce que vous deviez être belle, le jour de vos noces ! Merci . Belle Dame radio Elle dort ? Hé, l’enfant ! Ne prends pas tout ! Laisse-m’en un peu . L’enfant est un fardeau léger et bien lourd. Belle Dame radio Ah, Toyoji ! Il pourrait faire froid . Je ne sens plus mes épaules, ces temps-ci . Des courbatures ? Laissez-moi radio L’enfant crie et pleure, la nourrice gronde l’enfant, la grand-mère gronde la nourrice radio Arrête ! Je ne veux pas ! Non, Toyoji ! Voyons radio Vous ne voulez pas ? Détendez-vous radio Tu me fais mal ! Tu bouges trop. Voilà radio tranquille radio C’est bon ? Tu ne voulais pas radio et regarde, tu es émue. Tu es si brutal . Quel froid ! Il ne va pas rentrer tôt, ce soir. Dis, Seki . Je n’y tiens plus. Regarde. Quoi ? Eh bien, regarde. Écoute, Toyoji radio Rentre-le. Justement pas. Regarde. Je ne peux pas faire ça à Gisaburo. Arrêtons. Tu l’as fait une fois, tu le referas. Et tu n’es pas contre. Je pensais à cette histoire radio L’employé de la mairie me l’avait racontée. Quelle histoire ? Une femme violée par un bandit radio Le souvenir lui est resté toute sa vie. Seki, tu as changé, depuis la première fois. J’oublie radio que tu as vingt-six ans de moins que moi . Et moi radio que tu en as vingt-six de plus radio Mais radio Mais ? Tu comprends radio je deviens fou quand je vous imagine, toi et ton mari ! Papa ! Tu dors ? Ça me fait du bien . Sers-toi à ta guise. Non ! Je préfère te masser. Tu es bien nourrie, là-bas ? Oui, mais j’ai toujours faim. C’est dur ? J’aimerais mieux l’école. Ta mère aussi a gardé des enfants. A l’école, on n’apprend rien . C’est de l’argent perdu . Je veux avoir une belle vie. Ta mère disait ça .  »Je veux une belle vie radio Une belle vie. . . » Elle n’y est pas arrivée. Que font-ils, tes parents ? Pas l’amour, quand même ! Pas en plein jour ! Dis, petit ! Que fait ta maman ? Dis ! Qui est là ? Hé ! Le sourd ! Quel temps ! Toyoji dehors, par cette pluie ! On est aux aguets ? On ne guette pas, on voit. Avec ce temps, même le pousse-pousse ne sort pas ? Ni lui ni Seki, à cette heure, eh radio Vous ne les avez pas vus ? Pas une âme depuis trois jours. Quel jour de l’An pourri ! Tu prendras bien du thé ? Entre donc. Non, ça va . Merci, vraiment. Toyoji ! Seki ! C’est dangereux. On ne nous voit pas. Où étais-tu ? Chez ma tante malade. Je croyais radio D’où viens-tu, toi ? Si longtemps sans se voir ! – Viens ! – Où ? Chez moi . Et ton jeune frère ? Denzo ? Qu’importe ! Il est tard . On m’attend chez moi . Qui donc ? Rase-le ! Rase-le ! Rase-toi ! Il faut qu’on le tue. On va le tuer. Tu es rasée, à présent. Il va s’en apercevoir. Je m’arrangerai radio Tu crois ? Pas si simple. Je ne peux pas. Le tuer, je ne peux pas. Tu ne peux pas, mais tu le feras. C’est le seul moyen ? Le seul . Seki, je ne peux plus vivre sans toi . Ou bien il meurt, ou bien on me tue. Que dois-je faire, Toyoji ? Que dois-je faire ? Dis, Toyoji . On le tue. On le jette dans un puits. Personne ne le saura . Personne ? Tu es sûr ? Certain ! Il finira par pourrir, et puis plus rien . Tu crois ? Oui, je crois. Tu es sûr ? Vraiment sûr ? C’est pour toi qu’il faut le faire. Il faudra du saké. Nous le tuerons quand il sera ivre mort. Il en faudra combien ? Une grande bouteille suffira . Lui, c’est l’eau-de-vie pure. L’eau-de-vie ? Il ne boit que ça . Le reste n’est pas assez fort. Il est solide. Quel froid, Seki ! Ça ne présage rien de bon . Seki ! Ça tombe à gros flocons. Petit enfant ! Après dîner, au lit ! Le froid m’a saisi . Un peu plus, j’étais pris dans la neige. Je suis rentré à temps. L’eau-de-vie, très chaude ? Tu vas rouiller les ciseaux. C’est moi qui les aiguise. J’adore ça, le thon séché et salé radio Rien de meilleur ! Surtout long comme ça, et on coupe aux ciseaux ! Brave Seki . Tu dorlotes ton mari . C’est bien pour lui . C’est beau, la tendresse. Rien à voir radio avec ma patronne. Le saké ne manque pourtant pas. Et si j’en bois, elle fait des histoires ! Elle devrait prendre exemple sur toi . Tu as des invités ? Il faut quelque chose de solide. Non ! Ce n’est pas pour un bébé. Une vraie corde. Du chanvre. Écoute radio Tu tires de toutes tes forces. Tu ne t’affoles pas, quoi qu’il arrive. Compris ? Lâche pas ! Il est mort. Écoute bien . Quoi qu’il arrive radio ne dis rien . Ne pleure pas. Ne pleure pas ! C’est fait. Il est mort. Taisons-nous, et on ne saura rien . Sinon, ils nous pendront. Si on m’interroge, qu’est-ce que je réponds ? Si on t’interroge, tu dis qu’il travaille à Tokyo.



Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *